Le juste prix

Le Courrier du Loiret - - AU FIL DES JOURS - FRAN­CIS BON­NET

Le mou­ve­ment est en marche mais ce­lui­là ne doit rien à la po­li­tique. Ce mou­ve­ment, c’est man­ger mieux en s’ap­pro­vi­sion­nant chez les pro­duc­teurs lo­caux, en pri­vi­lé­giant les cir­cuits courts. Ils ne sont certes pas tous sy­no­nymes de qua­li­té mais la proxi­mi­té met en confiance les consom­ma­teurs plus en­clins, au­jourd’hui, à ache­ter des ali­ments fa­bri­qués près de chez eux. La grande dis­tri­bu­tion l’a bien com­pris, ri­va­li­sant d’une en­seigne à l’autre pour la pro­mo­tion de pro­duits du ter­roir cer­ti­fiés comme tel dans les rayons. Et c’est tant mieux ! Man­ger lo­cal peut per­mettre d’ai­der les agri­cul­teurs qui souffrent de la dic­ta­ture du mar­ché que fa­vo­risent les cen­trales d’achat. A force de cas­ser les prix, de ré­duire les marges des pro­duc­teurs, la France pay­sanne se meurt à pe­tit feu. Rien que dans le Loi­ret, 40 % des agri­cul­teurs ont per­çu, en 2016, un re­ve­nu men­suel in­fé­rieur ou égal à 360 eu­ros. Rien d’éton­nant dans ces condi­tions que plus de la moi­tié des ex­ploi­ta­tions soit en si­tua­tion cri­tique. C’est pour contre­car­rer les ef­fets dé­vas­ta­teurs de cette crise sans pré­cé­dent que des ini­tia­tives sont prises pour pro­mou­voir la pro­duc­tion lo­cale et la qua­li­té des pro­duits frais. Tel ce pa­villon des pro­duc­teurs lo­caux qui a ou­vert ses portes der­niè­re­ment à la Cha­pelle­saintMes­min, près d’or­léans. Ou bien en­core le fo­rum de la res­tau­ra­tion col­lec­tive de l’est du Loi­ret qui a lieu ce mer­cre­di à Sain­teGe­ne­viève­des­bois. Dans les écoles, dans les éta­blis­se­ments de san­té et la res­tau­ra­tion d’en­tre­prise, les dé­bou­chés sont im­por­tants pour ai­der les pro­duc­teurs lo­caux. Tout ce­la va prendre du temps évi­dem­ment et toutes les bonnes vo­lon­tés n’y suf­fi­ront pas. C’est aus­si aux consom­ma­teurs d’en dé­ci­der. La grande dis­tri­bu­tion ne nous a­t­elle pas ha­bi­tuée aux prix bas ? Cette course ef­fré­née entre les en­seignes à un coût que nous avons sous­es­ti­mé : la dis­pa­ri­tion de cen­taines de mil­liers d’ex­ploi­ta­tions agri­coles au pro­fit d’im­por­ta­tions ve­nant de pays à la main d’oeuvre bon mar­ché. Il se­rait temps d’ac­cep­ter de payer le juste prix de ce que nous ache­tons pour man­ger mieux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.