Le maire, Marc Gau­det, dé­mis­sionne

Le Courrier du Loiret - - LA UNE - PHI­LIPPE DE LA GRANGE

Afin de se confor­mer à la loi de non­cu­mul des man­dats, le fu­tur pré­sident du conseil dé­par­te­men­tal quitte son poste de maire.

Le maire d’ascoux, fu­tur pré­sident du conseil dé­par­te­men­tal, doit dé­mis­sion­ner pour se confor­mer à la loi sur le non-cu­mul des man­dats. Il a pré­si­dé son der­nier conseil mu­ni­ci­pal, ven­dre­di 27 oc­tobre.

Sous le por­trait de son père, lui­même maire de 1959 à 1983, Marc Gau­det semble im­per­tur­bable, ce ven­dre­di 27 oc­tobre, quand il ouvre les dé­bats de son ul­time conseil mu­ni­ci­pal. Afin de se confor­mer à la loi sur le non­cu­mul des man­dats, il a pré­sen­té sa dé­mis­sion. Il est en ef­fet ap­pe­lé à prendre la suc­ces­sion d’hugues Sau­ry à la tête du conseil dé­par­te­men­tal, lors de l’élec­tion qui au­ra lieu lun­di 13 no­vembre.

Quelques Ans­cul­fus­siens, par­mi les­quels l’épouse du maire, ont pris place dans la pe­tite salle sur­an­née où 12 élus sont réunis au­tour de la table du conseil. Tel un « vieux » sage (il n’a que 53 ans !), rom­pu au job après 22 ans de man­dat, il liste les su­jets ins­crits à l’ordre du jour (tra­vaux de la salle des fêtes, vi­déo­pro­tec­tion…) et donne la pa­role aux élus de son conseil comme si de rien n’était. Rien de bien ex­cep­tion­nel jus­qu’à ce qu’il se lève, so­len­nel­le­ment, en fin de séance pour faire un sort à cette « mau­dite loi sur le cu­mul des man­dats, quelque chose que je trouve ab­so­lu­ment anor­mal, et à ces gens à qui on confie notre pou­voir et qui ne connaissent rien à la ru­ra­li­té, en tout cas qui ne la dé­fendent pas ». Marc Gau­det s’est tou­jours éri­gé en dé­fen­seur de la ru­ra­li­té et son élec­tion est, de fait, une au­baine pour le NordLoi­ret. « Je me suis in­ter­ro­gé :” Est­ce que je fran­chis le pas ou pas ?” ». « J’ai choi­si, mais c’est un crève­coeur de lâ­cher ce man­dat », jure le fu­tur ex­maire qui, tou­te­fois, conti­nue­ra à sié­ger comme simple conseiller mu­ni­ci­pal et aus­si à la com­mu­nau­té de com­munes du Pi­thi­ve­rais dont il est, pour l’heure, en­core vi­ce­pré­sident. Marc Gau­det tient dans ses mains de pe­tites fiches pour mieux lis­ter son bi­lan après avoir ren­du hom­mage à ses pré­dé­ces­seurs, aux élus et au per­son­nel du vil­lage : en­fouis­se­ment des ré­seaux, ré­fec­tion des rues, dé­ve­lop­pe­ment de com­merces, créa­tion de la Zac de la Crosne, ou­ver­ture d’une agence pos­tale com­mu­nale, construc­tion du gym­nase et d’un bâ­ti­ment pour la Mai­son fa­mi­liale et ru­rale qui s’y est fixée ré­cem­ment après son dé­mé­na­ge­ment de Vri­gny. Il re­trace aus­si les mau­vais mo­ments de son man­dat ponc­tué de 250 séances : dé­cès, accidents de la route. Par­mi les bons, la cen­taine de ma­riages qu’il a cé­lé­brée dans cette salle.

Une élec­tion pré­vue en dé­cembre

Tou­te­fois, la suc­ces­sion de Marc Gau­det, dont Ch­ris­tian Ter­ter, le 1er ad­joint as­sure l’in­té­rim, ne se­ra pas ai­sée après la dé­mis­sion de deux conseillers mu­ni­ci­paux qui n’ont pas été rem­pla­cés. Les Ans­cul­fus­siens vont donc être ap­pe­lés à vo­ter pour pour­voir à leur re­lève, les di­manches 10 et 17 dé­cembre avant qu’un nou­veau maire soit élu. « Avant le 22 dé­cembre », a in­di­qué Marc Gau­det qui a ti­ré sa ré­vé­rence sous les ap­plau­dis­se­ments de ses pairs. Sans ma­ni­fes­ter une émo­tion per­cep­tible, mais la nos­tal­gie de­vait le te­nailler…

Après la dé­mis­sion de Marc Gau­det, cin­quième en par­tant de la gauche, Ch­ris­tian Ter­ter, le 1er ad­joint, sep­tième, as­sure l’in­té­rim. Le fu­tur maire d’ascoux se­ra élu en dé­cembre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.