Le ta­touage, ici aus­si on l’a dans la peau !

Le Courrier du Loiret - - La Une - CA­MILLE COELHO

Plus d’un fran­çais sur dix se­rait ta­toué ! Chez Alin’k Ta­too, ins­tal­lée de­puis 2012 à Neu­ville­aux­bois, les de­mandes af­fluent. De 16 à 76 ans, on vient ici pour se faire en­crer un des­sin dans la peau. Dé­cryp­tage de ce phé­no­mène et pré­cieux conseils avant de sau­ter le pas.

Plus d’un fran­çais sur dix se­rait ta­toué ! Chez Alin’k Ta­too, à Neu­ville-aux-bois, les de­mandes af­fluent. De 16 à 76 ans, on vient ici pour se faire en­crer un des­sin dans la peau. Dé­cryp­tage de ce phé­no­mène et conseils avant de sau­ter le pas.

Mais d’abord, un ta­touage, qu’est­ce que c’est ? « Il s’agit de pous­ser de l’encre sous la pre­mière couche du derme de la peau avec une ai­guille », ex­plique Aline K., ta­toueuse de­puis 2012 et ar­bo­rant des di­zaines de ta­toos sur les bras. « Un phé­no­mène chi­mique fait que l’encre reste sous la peau, con­trai­re­ment à une écharde qui res­sort », ajoute­t­elle.

Une séance, com­ment ça se passe ?

Le client échange d’abord avec la ta­toueuse ou sa col­la­bo­ra­trice, Ta­ma­ra, sur son en­vie de ta­ touage. « On éla­bore le pro­jet en­semble. En­suite, on fait un des­sin et lors­qu’il est prêt, le client vient le voir », dé­crit Aline K. Si le cro­quis convient, le ren­dez­vous est pris. Le dé­lai d’at­tente pour un des­sin est d’un à six mois et pour l’acte, il est de deux mois. La Neu­villoise uti­lise du ma­té­riel à usage unique, ce qui évite de le sté­ri­li­ser après chaque client.

Une séance dure entre 30 min et trois heures. Si le ta­touage né­ces­site plus de temps, il se­ra réa­li­sé en plu­sieurs fois. Après la dés­in­fec­tion de la par­tie du corps concer­née, un calque du ta­touage est ap­po­sé. Une fois le des­sin trans­fé­ré sur la peau, la pro­fes­sion­nelle peut en­suite in­sé­rer l’encre avec une ai­guille et en sui­vant les traits. Un pan­se­ment pro­tec­teur trans­pa­rent est en­suite ap­pli­qué. Du­rant un mois, il ne faut pas ex­po­ser son ta­touage au so­leil, ni se bai­gner. Il est né­ces­saire d’ap­pli­quer une crème au moins trois fois par jour pour la ci­ca­tri­sa­tion. Des re­touches peuvent être né­ces­saires par la suite.

Mal­gré la dé­mo­cra­ti­sa­tion du ta­touage, cer­taines per­sonnes n’osent pas fran­chir la porte : « On est des gens nor­maux », lance la ta­toueuse aux che­veux bleus. Ici, pas de ju­ge­ment, pas de pré­ten­tion mais sur­tout une bonne dose de bonne hu­meur ! Pra­tique. Alin’k Ta­too, 111 rue de Saint-ger­main à Neu­ville-aux-bois. Tél. : 09.84.03.84.20. Page Fa­ce­book : Alin’k Tat­too.

Ce jour-là, chez d’aline K., Mar­jo­rie se fait ta­touer le pré­nom de son fils, Ga­briel, sur l’avant-bras. La jeune femme n’en est pas à son pre­mier ta­too.

Les des­sins sont réa­li­sés se­lon les de­mandes des clients.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.