Elle va rou­ler sur la piste des 24 heures

Le Courrier du Loiret - - Au Pays - MA­RIE JOUSSEAUME

Laure « Lau­rette » Qui­not va par­ti­ci­per à la Wo­men’s cup, la course d’ou­ver­ture des 24 heures du Mans mo­to, les 20 et 21 avril. Cette ha­bi­tante de Da­don­ville n’en est pas à son tour d’es­sai sur cette piste my­thique.

◗ « En 2016, j’ai par­ti­ci­pé à la pre­mière course Wo­men’s cup sur la piste des 24 heures du Mans », ra­conte celle qui se fait ap­pe­ler Lau­rette, sur les pistes et en de­hors. Cette course existe de­puis deux ans, et voit s’af­fron­ter sur la piste près de 80 pi­lotes fé­mi­nines, en deux sé­ries. « C’est le même prin­cipe que pour les pros : il y a des es­sais qua­li­fi­ca­tifs, une pré­grille pour les po­si­tions, le tour de chauffe et en­fin les douze tours de pistes », ex­plique­t­elle.

Rou­ler comme les pros

Sauf qu’en 2016, la mé­téo était si mau­vaise que les com­pé­ti­trices n’ont pu ef­fec­tuer que huit tours. « On croise les doigts pour cette an­née, 15, 20 de­grés, du so­leil, ce se­rait idéal », es­père­t­elle. Si elle n’a pas par­ti­ci­pé à l’édi­tion pré­cé­dente, c’est sur­tout à cause du bud­get, qui grimpe très fa­ci­le­ment, entre les stages, les droits d’ins­crip­tion et la li­cence. Elle roule avec une Ya­ma­ha R6 de 2000, qui se­ra sans doute une des plus an­ciennes sur le cir­cuit.

« Je reste ama­teur. Ce qui compte, c’est de prendre du plai­sir, d’être avec les co­pains tout le wee­kend », pour­suit­elle. Car au­tour d’elle, c’est une vé­ri­table pe­tite équipe qui se réunit : son conjoint, Pas­ cal Rouault qui pré­pare la mo­to, et des amis, Sé­bas­tien Guillet, Fré­dé­ric Mar­tin, coaches, Stan Dan­dine, chro­no­mé­treur, et Jim­my Bez­rou­kav­ni­kof, mé­ca­ni­cien.

Et ça fait quoi, de rou­ler sur la piste des 24 heures du Mans ? « On fait vrai­ment comme les pros, il y a le pu­blic… Se dire qu’on a rou­lé sur cette piste, c’est fort, c’est em­blé­ma­tique ! Sur la piste, il n’y a qu’à ac­cé­lé­rer, et se con­ cen­trer sur les tra­jec­toires et le chro­no ». En 2016, elle avait at­teint la 26e place sur 40, dans la deuxième sé­rie. « C’était pas mal, pour une pre­mière, avec ces condi­tions mé­téo. Cette an­née, l’ob­jec­tif, c’est de ne pas tom­ber, et pour­quoi pas d’être d’ar­ri­ver entre la 15e et la 20e place ».

Pour Lau­rette, ne reste plus qu’à faire chauf­fer la gomme.

Lau­rette se­ra sur le cir­cuit des 24 heures du Mans pour la course d’ou­ver­ture.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.