Le lan­gage des signes s’ap­prend

Le Courrier du Loiret - - Malesherbes - P. L. G

Na­tha­lie Fran­çois, for­ma­trice en lan­gage des signes, a sen­si­bi­li­sé les élèves de 3e du col­lège Gu­ten­berg à la dé­fi­cience au­di­tive.

◗ Der­rière la porte du cours de mu­sique, ven­dre­di 6 avril, on rit bruyam­ment. Quelle sorte d’ins­tru­ment peut pro­vo­quer une telle eu­pho­rie par­mi les élèves de 3e du col­lège Gu­ten­berg, de Ma­le­sherbes ?

Une fois qu’on s’est as­su­ré de frap­per à la bonne porte, on est ac­cueilli par une bande de joyeux col­lè­giens qui miment des gestes sur l’in­jonc­tion d’une pré­su­mée prof, Na­tha­lie Fran­çois.

Pour rendre la vie des sourds plus fa­cile

Sous les yeux de Mé­la­nie Walc­zak, (la vraie) pro­fes­seur d’édu­ca­tion mu­si­cale et de l’in­fir­mière Ar­melle Gou­bert, les élèves dé­codent les signes dont Na­tha­lie Fran­çois, for­ma­trice en lan­gage des signes, a « fait son com­bat pour rendre la vie plus fa­cile aux sourds et mal­en­ten­dants avec quelques signes ba­siques, très vi­suels et très lu­diques ». Son en­sei­gne­ment s’adresse à tous les pu­blics : « Les élè­ ves adorent ça et com­prennent que ce­la peut être utile. Mon but n’est pas de rendre les gens bi­lingues, mais de leur ap­prendre les bases ».

Le maire de Quiers­surBe­zonde l’a ain­si ap­pe­lé à la res­cousse pour se for­mer au lan­gage des signes au mo­ment de lire aux époux en si­tua­tion d’han­di­cap les ar­ticles du code ci­vil. Elle a aus­si for­mé les ins­ti­tu­teurs de l’école de Pithiviers­le­vieil.

Avec Fri­mouss’signes et For­ma’signes, les deux en­ tre­prises qu’elle a créées, Na­tha­lie Fran­çois forme les en­tre­prises et les col­lec­ti­vi­tés, une for­ma­tion qu’elle a ac­quise no­tam­ment au­près des Ca­na­diens, très im­pli­qués dans ce do­maine.

La tâche n’est pas ano­dine : « Tous les ans, il y a de nou­veaux signes et cer­tains sont dif­fé­rents dans les ré­gions. Il y a aus­si des mots et des ex­pres­sions in­tra­dui­sibles : trans­pa­lette, tom­ber en­ceinte, prendre ses jambes à son cou, prendre la porte », ob­serve Na­tha­lie Fran­çois. « Si on n’ar­rive pas à com­mu­ni­quer avec les signes, on mime ».

Na­tha­lie Fran­çois et les élèves de 3e en train d'ap­prendre quelques bribes du lan­gage des signes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.