« Dé­ve­lop­per du ma­té­riel utile pour le vé­lo, ce­la me plai­rait bien »

Le Cycle - - Actus -

Si j’avais conti­nué à faire du VTT, je les au­rais en­tre­te­nues, j’au­rais été en­core plus com­plet. Mais, comme je le di­sais, ce sont deux ac­ti­vi­tés com­plé­men­taires. Pour les cy­clo­spor­tifs jus­te­ment, et toute l’an­née, pas seule­ment en fin de sai­son comme er­satz. Pour les pros, les en­jeux spor­tifs em­pêchent ce­la, mais des pros route en sai­son pra­tiquent le VTT en se­maine. Le pro­fil de puis­sance s’adapte en fonc­tion de ce que l’on fait, et le VTT amé­liore des ca­pa­ci­tés qu’on ne tra­vaille pas sur la route. C’est comme la mus­cu­la­tion l’hi­ver et le gai­nage : si on ar­rête en sai­son, ce­la ne sert pas à grand-chose. Donc cy­clo­spor­tifs, faites les deux toute l’an­née ! Vous n’avez pas d’em­ployeur vé­lo ! LC : Avec le re­cul, quel est votre plus beau sou­ve­nir : d’avoir été deuxième aux J.O. ou au Tour de France ? JCP : De coeur, ce sont les J.O. et ses va­leurs spor­tives qui me sont chères, et mé­dia­ti­que­ment, c’est le Tour. Son am­pleur même par rap­port aux J.O., où beau­coup d’ath­lètes se par­tagent la ve­dette, n’a pas d’égale en juillet sur le Tour, où les stars, ce ne sont que les trois gars du po­dium. Sur­tout pour moi, Fran­çais, après des an­nées de di­sette. La vo­lon­té de m’ac­com­plir s’est ma­té­ria­li­sée avec les Jeux. L’émo­tion sus­ci­tée que je ne re­cher­chais pas est née avec le Tour. Tout ce­la m’a com­blé. Mais battre les autres n’a pas été mon mo­teur pre­mier ; me réa­li­ser, oui, et j’ai été ser­vi en choi­sis­sant la com­pé­ti­tion. LC : C’est pour ce­la que vous n’avez ja­mais été porte-pa­role, mal­gré un cha­risme et des va­leurs que per­sonne n’a ja­mais contes­tés ? JCP : Oui, le conflit et la po­lé­mique ne sont pas ma tasse de thé. Je suis calme et po­sé. C’est un sport que j’aime pro­fon­dé­ment. J’ai pour­tant eu en­vie, à ma ma­nière, de faire avan­cer les choses dans la di­rec­tion qui me semble être la bonne. Et pour­quoi pas, dans l’ave­nir, m’in­ves­tir, chose que je n’ai pas eu le temps de faire, rendre au vé­lo ce qu’il m’a don­né pour le faire par­ta­ger dans ce qu’il a de plus beau, en m’im­pli­quant. J’étu­die ce­la. LC : Peut- être vous in­ves­ti­rez-vous dans l’en­traî­ne­ment ? Vous avez fait par­tie de ces pion­niers qui ont tra­vaillé avec ces concepts nobles et tech­no­lo­giques, en les étu­diant

Au Roc d’Azur, en 2003, il en­grange une vic­toire de cham­pion de France de VTT ma­ra­thon.

Cham­pion du monde VTT par équipe en re­lais mixte en 2008 avec Lau­rence Le­bou­cher, Alexis Vuiller­moz et Ar­naud Jouf­froy.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.