L’ex­cep­tion !

Le Cycle - - Essai -

C’est une ma­chine de connais­seur. D’une part, parce qu’il faut sa­voir émettre ses dé­si­rs pour ob­te­nir sa­tis­fac­tion. D’autre part, parce qu’il faut connaître le com­por­te­ment spé­ci­fique et « élas­tique » d’un mo­dèle en acier afin d’évi­ter la dé­cep­tion. Avec le car­bone, on s’at­tend à ce que le cadre ne bouge pas. Avec l’acier, on « do­mine » son su­jet, et le vé­lo ac­com­pagne le coup de pé­dale du cy­cliste. En somme, il a « une vie », là où le com­po­site est plu­tôt « stable » – quand il est de qua­li­té. Le fu­tur ac­qué­reur a donc tout in­té­rêt à chan­ger de ré­fé­rences pour ap­pré­cier sa fu­ture ma­chine. En­suite, on n’achète pas un cycle de sé­rie dans un ma­ga­sin ou sur ca­ta­logue. On conçoit son vé­lo de A à Z. Tout est pa­ra­mé­trable : ca­rac­té­ris­tiques dy­na­miques, géo­mé­trie, types d’acier sont au libre choix du client, qui pren­dra aus­si le temps d’in­di­quer son type de pra­tique et le ni­veau d’équi­pe­ments sou­hai­té. Car sui­vant qu’on se­ra cou­reur, cy­clo­spor­tif ou cy­clo­tou­riste to­nique, les be­soins et so­lu­tions ne se­ront pas les mêmes pour le ca­dreur. Et c’est ici que le sur-me­sure marque sa dif­fé­rence. La concep­tion du vé­lo est adap­tée pour épau­ler l’uti­li­sa­teur et non pas pour at­teindre un prix de vente. Ajou­tons la réa­li­sa­tion fran­çaise du cadre, qui peut aus­si être dé­ter­mi­nant chez cer­tains. Tou­jours est-il que l’acier reste lu­dique, et que ce pro­duit est beau et per­son­na­li­sable à l’en­vi. De quoi faire pa­tien­ter le pas­sion­né, car il faut at­tendre plus de douze mois pour ob­te­nir sa ma­chine…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.