Les pe­tits dé­tails en plus

Un vé­lo de pro com­porte aus­si plein de pe­tits dé­tails en plus qui sont là pour op­ti­mi­ser la per­for­mance. Des choses qui semblent ano­dines mais qui peuvent faire la dif­fé­rence sur la du­rée.

Le Cycle - - Dossier -

Si les ma­chines et les com­po­sants sont proches des nôtres, il existe quelques pe­tites dis­pa­ri­tés qui peuvent faire la dif­fé­rence. Les pros veulent de la per­for­mance mais aus­si de la fia­bi­li­té. Ils veulent de l’ef­fi­ca­ci­té et de la pré­ci­sion, mais éga­le­ment de la constance. Car le vé­lo, eux, c’est tous les jours, et dès que quelque chose est dé­ré­glé, ce­la pose pro­blème. La pré­pa­ra­tion et l’en­tre­tien du ma­té­riel sont qua­si­ment aus­si im­por­tants que le choix de la ma­chine. Voire plus… Après vient la no­tion de « confort ». Ce­lui qui per­met de pé­da­ler sans contrainte ni bles­sure, il n’est donc pas for­cé­ment ques­tion de fil­tra­tion des chocs ou autres, mais sim­ple­ment de pré­ser­ver le geste. En­suite, les équi­pe­men­tiers se servent éga­le­ment de leurs ath­lètes pour mettre au point ou par­faire leurs com­po­sants. Les cou­reurs pro­fes­sion­nels sont donc sou­vent choyés avec des pro­duits « amé­lio­rés » ou per­son­na­li­sés. En vue d’une pro­duc­tion ul­té­rieure ou d’un test.

Pour bien pé­da­ler, il faut un bon ap­pui. Les cou­reurs uti­lisent la plu­part du temps les pé­da­liers des marques qui les spon­so­risent. Mais par­fois, il n’y a pas la lon­gueur ou le Q-fac­tor vou­lu. Dans ce cas, ils montent autre chose. Comme Adam Han­sen qui...

Le cap­teur de puis­sance n’est pas un gad­get, c’est un moyen ef­fi­cace de gé­rer son ef­fort quand on sait s’en ser­vir. Ce­la évite d’al­ler au rup­teur et de se griller. Il y a moins de pa­nache mais plus d’ef­fi­ca­ci­té.

La pres­sion des pneu­ma­tiques est pri­mor­diale. La ré­sis­tance au rou­le­ment ne né­ces­site pas que les pneus/boyaux soient gon­flés très dur. Il faut qu’ils soient gon­flés juste pour ne pas re­bon­dir. En fonc­tion des routes et de la mé­téo, les mé­ca­ni­ciens...

Les pros es­saient par tous les moyens de ne pas perdre en ri­gi­di­té. C’est pour ce­la que les po­tences sont « po­sées » au plus près des rou­le­ments de di­rec­tion. Sur cet Ar­gon 18, il existe une cu­vette su­pé­rieure qui re­hausse de 15 mm la douille.

Car un vé­lo de pro est par­fai­te­ment ré­glé ! In­dexa­tion, frei­nage, jeux éven­tuels, état des pneu­ma­tiques, tout est contrô­lé. Et les pièces sen­sibles sont rem­pla­cées avant la prise de risque. Ce­la a un coût, mais une vic­toire peut en dé­pendre.

Les pros roulent sur le même ma­té­riel que nous ? Pas tou­jours. Par­fois ils sont mieux ser­vis que les pra­ti­quants. Ain­si, chez Con­ti­nen­tal, les boyaux ont des chambres en la­tex.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.