Pour une nou­velle his­toire de l’aé­ro­nau­tique - Par­tie 8* 1870-1871, la vic­toire des bal­lons de Pa­ris

Dans Pa­ris as­sié­gé en 1870, l’ad­mi­nis­tra­tion des Postes me­na la ré­sis­tance à sa ma­nière. Sans arme, avec du gaz, de la toile, des plumes et du col­lo­dion, elle per­mit aux Pa­ri­siens de rem­por­ter, avant de se rendre, une vic­toire mo­rale dont nous pro­fi­tons e

Le Fana de l'Aviation - - Histoire - Par Mi­chel Bé­ni­chou

les bal­lons de Pa­ris ou, c’est moins connu, à ce qui fut la pre­mière poste aé­rienne de notre pla­nète.

sommes prêts et ar­chi­prêts. La guerre dût- elle du­rer deux ans, il ne man­que­rait pas un bou­ton de guêtre à nos sol­dats”, furent, adres­sées à Na­po­léon III, les mal­heu­reuses pa­roles du gé­né­ral Le­boeuf, mi­nistre de la Guerre, juste avant de dé­clen­cher les hos­ti­li­tés contre la Prusse et quelques se­maines avant d’être cap­tu­ré à Metz, le 19 oc­tobre 1870, par les troupes de la­dite.

: 19 juillet 1870, dé­cla­ra­tion de guerre à la Prusse par la France ; 2 sep­tembre, ca­pi­tu­la­tion de Na­po­léon III à Se­dan et fin du Se­cond Em­pire fran­çais ; 4 sep­tembre, avè­ne­ment de la Troi­sième Ré­pu­blique et for­ma­tion du Gou­ver­ne­ment de la dé­fense na­tio­nale à l’hô­tel de ville de Pa­ris ; 18 sep­tembre, dé­but du siège de la ca­pi­tale par les troupes al­le­mandes ; 28 jan­vier 1871, ar­mis­tice. Six mois et de­mi, 139 000 morts fran­çais, mi­li­taires et ci­vils, pour rien si­non la perte de l’Al­sace et d’une par­tie de la Lor­raine, et, à Ver­sailles, la pro­cla­ma­tion de l’Em­pire al­le­mand.

à ce fu­neste sep­tembre 1870. Par­fai­te­ment en­fer­mée entre ses for­ti­fi­ca­tions, ef­fi­ca­ce­ment cer­née, fort dé­pour­vue en moyens mi­li­taires, Pa­ris souf­frit bien­tôt de la faim puis de la va­riole. On connaît les anec­dotes, les ani­maux du zoo trans­for­més en mets de luxe, les bou­che­ries de rats, les jar­dins pu­blics et les bois trans­for­més en cultures ma­raî­chères, le sou­lè­ve­ment d’une par­tie de la po­pu­la­tion, la Com­mune, etc. Mais les Pa­ri­siens dé­ployèrent aus­si as­sez d’in­gé­nio­si­té pour par­ve­nir à rompre leur iso­le­ment, lan­çant à l’ad­ver­si­té un dé­fi riche sur­tout de ses suites.

la pro­cla­ma­tion de la Ré­pu­blique et la for­ma­tion du gou­ver­ne­ment pro­vi­soire, alors que l’en­ne­mi ap­pro­chait de la ca­pi­tale, la so­cié­té co­lom­bo­phile l’Es­pé­rance était al­lée convaincre le gén. Louis Tro­chu, gou­ver­neur de Pa­ris, pré­sident du nou­veau gou­ver­ne­ment, de l’in­té­rêt des pi­geons voya­geurs pour trans­por­ter des mes­sages ; la co­lom­bo­phi­lie était alors ré­cente puisque la pre­mière so­cié­té fran-

LOC

Les Prus­siens as­sié­gèrent Pa­ris à par­tir de sep­tembre 1870. Ils blo­quaient toutes les liai­sons entre le gou­ver­ne­ment pro­vi­soire et les ar­mées qui pour­sui­vaient la guerre en pro­vince.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.