17e Ex­po­si­tion in­ter­na­tio­nale de l’aé­ro­nau­tique Pre­mier sa­lon d’après-guerre

En dé­cembre 1946, l’Union syn­di­cale des in­dus­tries aé­ro­nau­tiques or­ga­nise à Paris la 17e Ex­po­si­tion in­ter­na­tio­nale de l’aé­ro­nau­tique. Où en est alors l’in­dus­trie fran­çaise ? Pour­ra-t-elle faire bonne fi­gure ? Une dé­ci­sion que d’au­cuns jugent un peu hâ­tive

Le Fana de l'Aviation - - Histoire - Par Ro­land de Nar­bonne

Que reste-t-il de l’in­dus­trie aé­ro­nau­tique na­tio­nale en juin 1945 ? Sur le plan de l’in­fra­struc­ture, la si­tua­tion est dra­ma­tique. Les usines, tra­vaillant par obli­ga­tion pour l’oc­cu­pant, n’ont pas été épar­gnées par les bom­bar­de­ments des Al­liés. Comme dans cha­cun des pays qu’ils ont en­va­his, les Al­le­mands ont contraint les construc­teurs à pro­duire ou ré­vi­ser des ma­té­riels des­ti­nés à la Luft­waffe. En consé­quence d’un ac­cord ob­te­nu par le gou­ver­ne­ment de Vi­chy, avec comme but d’évi­ter le pillage de la to­ta­li­té des ma­chines et de pré­ser­ver une par­tie de la main-d’oeuvre en évi­tant qu’elle soit en­voyée outre-Rhin, cette ac­ti­vi­té a été li­mi­tée à des ma­té­riels de se­conde ligne (en­traî­ne­ment, liai­son…) et de trans­port.

entre la fi n 1940 et mai 1945, quelque 2 000 ap­pa­reils sont sor­tis des usines fran­çaises, à un rythme le plus lent pos­sible : Mes­serscm­hitt 108 “Taï­fun” et hy­dra­vion Dor­nier 24 à la SNCA du Nord, Ara­do 196 d’en­traî­ne­ment chez Sipa, Fie­se­ler 156 “Storch” d’ob­ser­va­tion chez Mo­rane, Jun­kers 52 dans les ate­liers Amiot, Sie­bel Si.204 à la SNCA du Centre, pour ne ci­ter que les prin­ci­paux pro­grammes. Pa­ral­lè­le­ment, des sé­ries fran­çaises ont été pour­sui­vies comme le bi­mo- teur lé­ger “Goé­land” chez Cau­dron ou les Bloch 175 à la SNCASO et, dans le do­maine des mo­teurs, le GR.14N chez Gnome et Rhône.

as­pects po­si­tifs de cette col­la­bo­ra­tion for­cée, outre le lan­ce­ment de la sé­rie des Bloch 161 des­ti­nés – mais ja­mais li­vrés ! – à la Luf­than­sa, des études de ma­té­riels nou­veaux, par­fois à la vo­ca­tion clai­re­ment guer­rière, sont confiées à des bu­reaux d’études et ate­liers fran­çais : Mes­ser­sch­mitt 208 (fu­tur Nord 1100) à Nord Avia­tion, qua­dri­mo­teur de bom­bar­de­ment Hein­kel 274 chez Far­man, trans­port d’as­saut Blöhm & Vost BV.144 chez Bre­guet… Des pro­jets qui, s’ils per­mettent de main­te­nir en ac­ti­vi­té des em­bryons de bu­reaux d’études, ap­portent peu de chose sur le plan tech­no­lo­gique, les pro­grammes les plus avan­cés étant évi­dem­ment dé­ve­lop­pés en Al­le­magne. Car le rythme très lent de pro­gres­sion des tra­vaux en France, le risque de sa­bo­tages et le dan­ger de fuites d’in­for­ma­tions sen­sibles in­citent l’oc­cu­pant à la plus grande pru­dence vis-à-vis de ses dif­fi­ciles “co­opé­rants” fran­çais. Cette ac­ti­vi­té aide néan­moins à ca­mou­fler les ef­forts clan­des­tins de plu­sieurs groupes d’in­gé­nieurs ten­tant de pré­pa­rer l’ave­nir.

1944, le gou­ver­ne­ment pro­vi­soire de la Ré­pu­blique fran­çaise,

SCA

Conçu en hâte et construit pré­ci­pi­tam­ment, l’“avion ex­pé­ri­men­tal à réaction” VG.70 (VG pour Ver­nisse et Gal­tier, les in­gé­nieurs qui l’ont des­si­né) de l’Ar­se­nal de l’Aé­ro­nau­tique fait grosse im­pres­sion. Mais il ne s’agit en­core que d’une ma­quette échelle 1. Le pro­to­type dis­pa­raî­tra dis­crè­te­ment après son cin­quième vol…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.