Le coup de faux des “Phan­tom” II

Cette opé­ra­tion fut la plus grande chasse aux MiG ja­mais réalisée par les “Phan­tom” II sur le Nord-Viêt­nam.

Le Fana de l'Aviation - - Histoire - Par Al­bert Gran­do­li­ni

Opé­ra­tion em­blé­ma­tique de la guerre du Viêt­nam, Bo­lo vit de grands duels aé­riens dans un confl it où ils étaient plu­tôt rares. Elle est de­puis cé­lé­brée aux États-Unis comme un mo­dèle du genre, où in­no­va­tion tac­tique, su­pé­rio­ri­té tech­no­lo­gique, lea­der­ship se com­bi­nèrent pour of­frir le suc­cès. Un suc­cès pour­tant fu­gace car, dans les se­maines qui sui­virent, les pi­lotes de MiG re­prirent l’ini­tia­tive après avoir ana­ly­sé leurs échecs.

ren­contres aé­riennes illus­trent les concep­tions op­po­sées de chaque camp dans la fa­çon de conduire les opé­ra­tions. Du cô­té amé­ri­cain, tout dans leur doc­trine d’em­ploi les pous­sai­tit à me me­ner une guerre aé­rienne ienne dé­ci­sive en en­ga­gean­teant mas­si­ve­ment leur­surs moyens contre un ad­ver­saire de se­cond nd ordre. Mais les s avia­teurs amé­ri­cains al­laient être frus­trés, obli­gés de me­ner une camm­pagne gra­duelle dans une longue guerre d’usure im­po­sée par l’exé­cu­tif utif po­li­tique qui crai­gnait une es­ca­lade ca­lade du con­flit avec la Chine et l’Union so­vié­tique. De fait, dès le dé­but de la cam­pagne Rol­ling Thun­der – le bom­bar­de­ment du Nord-Viêt­nam en 1965 pour faire plier Ha­noi et ces­ser son sou­tien à l’in­sur­rec­tion com­mu­niste au Sud-Viêt­nam – les États Unis se re­trou­vèrent de fac­to en con­flit avec les Chi­nois. Ceux- ci dé­ployèrent plu­sieurs di­vi­sions de dé­fense an­ti­aé­riennes au Nord-Viêt­nam, leurs sol­dats opé­rant sous uni­formes nord-viet­na­miens. Puis les pi­lotes amé­ri­cains firent face aux pre­miers tirs de SAM-2, mis en oeuvre dans un pre­mier temps par des opé­ra­teurs so­vié­tiques – leurs écoutes ra­dio le confir­maient. Tout concou­rait à un nou­veau scé­na­rio co­réen où les Amé­ri­cains durent af­fron­ter non seule­ment l’avia­tion nord-co­réenne, mais aus­si des corps aé­riens en­tiers russes et chi­nois. Moins de trois ans après les crises de Ber­lin et Cu­ba, le spectre d’un confl it mon­dial et nu­cléaire était dans tous les es­prits.

dans ce contexte qu’al­lait se dé­ve­lop­per un vaste sys­tème de dé­fense an­ti­aé­rien in­té­gré mis en oeuvre par les Nord-Viet­na­miens. Ces der­niers in­ves­tirent une grande part de leurs res­sources mi­li­taires et éco­no­miques pour sa mise sur pied, avec à terme la re­lève des uni­tés chi­noises. Le but était d’abord de dé­fen­dre­dé­fen les grands centres ur­bains et éco­no­mique miques cen­trés au­tour d’Ha­noi,d’Ha ain­si que son dé­bou dé­bou­ché ma­ri­time, le por port d’Hai­phong, et qu quelques com­plexes in in­dus­triels, comme le les acié­ries de T Thai Nguyen ou les m mines de char­bon de Hon Hong Gai-Cam Pha. Le sys­tè­me­sys­tèm de­vait en­suite s’étendre gr gra­duel­le­ment à tout le ter­ri­toire nord-viet­na­mien,n cou­vrant les voies de com­mu­ni­ca­tion vi­tales pour as­su­rer la lo­gis­tique des uni­tés en­ga­gée au Sud. Compte te­nu des moyens li­mi­tés du pays, y com­pris en res­sources hu­maines for­mées et édu­quées, le dé­ve­lop­pe­ment de l’avia­tion nord-viet­na­mienne fut dès le dé­part res­treint. Vu les cir­cons­tances, les Nord-Viet­na­miens éla­bo­rèrent une doc­trine d’em­ploi ori­gi­nale pour leur pe­tite avia­tion de chasse, l’uti­li­sant comme une arme d’ap­point aux uni­tés de DCA et de SAM à qui étaient dé­vo­lues l’es­sen­tiel de la dé­fense an­ti­aé­rienne. Les deux

USAF

Le co­lo­nel Ro­bin Olds en train de peindre une étoile rouge sur l’en­trée d’air de son F-4C après sa vic­toire ob­te­nue contre un MiG-21, le 2 jan­vier 1967, lors de l’opé­ra­tion Bo­lo.

DR

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.