Lock­heed “Have Blue” fur­tif Quand un tri­angle de­vient un avion

Com­ment un rap­port ve­nu in­co­gni­to d’Union so­vié­tique sur­vo­lant une tasse à ca­fé en Ca­li­for­nie pro­voque une ré­vo­lu­tion dans la guerre aé­rienne avec des avions de com­bat fur­tifs.

Le Fana de l'Aviation - - Ce Jour-là… - Par Alexis Ro­cher

C’est une his­toire da­tant de 1975 ra­con­tée par Ben Rich, alors tout jeune pa­tron des fa­meux bu­reaux d’études des Skunk Works sis à Bur­bank, en Ca­li­for­nie. “L’ate­lier des pu­tois”, se­lon la tra­duc­tion lit­té­rale, est un aréo­page d’in­gé­nieurs de Lock­heed avec des mé­thodes simples mais ter­ri­ble­ment ef­fi­caces qui s’im­pose de­puis 1943 comme un des meilleurs bu­reaux d’études aé­ro­nau­tiques du monde. Ben Rich narre dans ses mé­moires de fa­çon très plai­sante com­ment lui est ve­nue l’idée d’un avion in­vi­sible face aux ra­dars (1). Il ne se le­va pas un ma­tin tel Ar­chi­mède en criant “Eu­rê­ka !”. Ren­dant à Cé­sar ce qui ap­par­tient à Cé­sar, Rich ra­conte que c’est De­nys Ove­rhol­ser, obs­cur in­gé­nieur spé­cia­liste des ra­dars, qui lui ap­porte la pierre de Ro­sette per­met­tant de conce­voir l’avion fur­tif, sous la forme d’un dos­sier pas­sant au-des­sus de la tasse de dé­ca­féi­né trô­nant in­va­ria­ble­ment sur son bu­reau.

Ove­rhol­ser ne pro­pose rien de moins qu’un avion in­vi­sible aux ra­dars. Il se base sur les tra­vaux d’un cer­tain Pio­tr Ufimt­sev, un spé­cia­liste so­vié­tique des ra­dars, au­teur en 1964 d’un rap­port tom­bé dans l’ou­bli dans son pays d’ori­gine mais qui n’a

(1) Skunk Works, A Per­so­nal Me­moir of My Years at Lock­heed, par Ben Rich et Leo Ja­nos.

LOCK­HEED MAR­TIN

Ben Rich di­ri­gea les Skunk Works de 1975 à 1991. Il est consi­dé­ré comme le père des avions fur­tifs avec “Have Blue” et le F-117.

LOCK­HEED MAR­TIN

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.