Ap­ti­tude à la mise en oeuvre

Le Fana de l'Aviation - - Janvier 1979 À Février 1981 : Plus Haut, Plus Vite -

Bernard Du­breuil : “L’ap­ti­tude à la mise en oeuvre qua­li­fie l’en­semble des opé­ra­tions et in­ter­ven­tions né­ces­saires pé­rio­di­que­ment ou entre deux mis­sions ; ces in­ter­ven­tions des équipes de piste doivent être fa­ci­le­ment réa­li­sables et aus­si ra­pides que pos­sible. L’ap­ti­tude à la mise en oeuvre du “Mi­rage” 2000 a fait l’ob­jet d’un soin par­ti­cu­lier dès la concep­tion de l’avion ; Ch­ris­tian De­caix, sous les ordres de Jean-Jacques Sa­min, di­rec­teur général tech­nique ad­joint, a ob­te­nu la ré­ser­va­tion d’une grande soute pour les équi­pe­ments, si­tuée à l’ex­tra­dos der­rière le pi­lote, dès les pre­miers des­sins de l’avion… André Vi­dal, in­gé­nieur de piste, qui sui­vra tous les pro­to­types 2000, à Istres, se­ra, au­près de Jean-Paul Emo­ré, di­rec­teur tech­nique, l’in­ter­lo­cu­teur de l’équipe de marque de l’ar­mée de l’Air. Une pre­mière vi­site d’ap­ti­tude à la mise en oeuvre a été réa­li­sée par le CEAM à Istres, dès juillet 1979, sur le 2000 01. Avec l’aide des com­mandes de vol élec­triques et de la nu­mé­ri­sa­tion du sys­tème d’armes, la mise en oeuvre du M2000 est de­ve­nue exem­plaire. Deux points par­ti­cu­liers illus­trent bien les pro­grès réa­li­sés dans l’ap­ti­tude à la mise en oeuvre : – le test T2 des CDVE. Ce test in­té­gré au­to­ma­tique, lan­cé par le pi­lote après sa

check- list, contrôle toutes les sé­cu­ri­tés en si­mu­lant des dé­rives sur cha­cune des chaînes ; en fin de test un voyant vert donne le bon de vol, un voyant rouge in­ter­dit le vol. M. Mou­la, tech­ni­cien des CDVE di­sait : “T2 rouge, rien ne bouge… T2 vert tout est clair !” Des mé­moires de pannes orien­taient im­mé­dia­te­ment le dé­pan­nage ; – le chan­ge­ment du mo­teur M53. Cette opé­ra­tion longue et dé­li­cate sur les avions pré­cé­dents a été sim­pli­fiée sur M2000 grâce à des amé­na­ge­ments sur le mo­teur et sur l’avion. C’est ain­si qu’avec une équipe bien for­mée nous dé­mon­trions un dé­mon­tage du mo­teur en 18 mi­nutes . L’échange com­plet du mo­teur était dé­mon­tré en moins d’une heure !”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.