POUR LE MIL­LER ET POUR LE PIRE

Le Figaro Magazine - - Quartiers Libres -

Plus pon­ti­fiant que Léon Zi­trone : Gé­rard Mil­ler. Après ceux de Da­li­da, De­par­dieu, Royal et Sar­ko­zy, il com­mente le des­tin de La­dy Di. A ne pas man­quer, tel­le­ment c’est drôle. Co­mique in­vo­lon­taire : le meilleur. On est au comp­toir du Ca­fé du Com­merce. Mil­ler ne nous ap­prend rien, mais il tient à nous don­ner son avis. Sur le ton su­pé­rieur, pète-sec et pé­remp­toire qu’on lui connaît, et qui le rend si amu­sant et tou­chant.

Moins Mil­ler com­prend, plus il ser­monne. A dé­faut de pen­sée, il a des ar­rière-pen­sées. La pa­role est à l’ac­cu­sa­tion. Comme d’ha­bi­tude, il prend tout le monde de haut. Sur le mode go­gue­nard. Ain­si, l’in­tro­ni­sa­tion du prince de Galles en 1969 est une « cé­ré­mo­nie désuète dont l’in­té­rêt nous échappe ». « Ache­tée sur ca­ta­logue » par la reine mère, « ma­trone ex­pé­ri­men­tée », Dia­na est « l’er­reur de casting du siècle d’un pe­tit clan de pri­vi­lé­giés cou­pé de la réa­li­té du monde et af­fu­blé d’oeillères bien plus han­di­ca­pantes que celles des che­vaux qui tirent leurs car­rosses ». Quant à la reine, c’est une « gran­diose pro­fes­sion­nelle de l’hy­po­cri­sie », au « ton pa­te­lin » et à « l’émo­tion feinte ». Pas une seule fois Mil­ler ne fait l’ef­fort de com­prendre les Wind­sor. Ce sont des loups.

L’An­gle­terre est une na­tion trop com­plexe et sub­tile pour la confier à Gé­rard Mil­ler, sa com­pagne, sa fille et ses amis. Des go­dillots sur un ga­zon an­glais. Mais ne bou­dons pas notre plai­sir : rien n’est plus plai­sant que de voir des per­sonnes com­pas­sées par­ler doc­te­ment de choses fu­tiles. On est ici plus chez P. G. Wo­de­house ou Sa­ki que chez Sha­kes­peare. Et le vrai su­jet du film, c’est Gé­rard Mil­ler lui-même : ses pré­ju­gés, son étroi­tesse d’es­prit, sa rage de com­men­ter tout ce qu’il ne maî­trise pas. Mil­ler y ré­vèle, une fois de plus, qu’il est bien un su­jet, et pas un maître.

La­dy Di, la femme qui s’était trom­pée de vie, France 3, mer­cre­di 23 août à 20 h 55. Sui­vi à 22 h 40 de

L’En­fant roi de Kate et William, de Chris­tian Bi­dault (re­dif­fu­sion).

LA VI­SION TÉ­LÉ DE STÉ­PHANE HOFF­MANN

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.