L’apos­trophe de Jean-Ch­ris­tophe Buis­son/Ecrans

Le Figaro Magazine - - Sommario -

CHER CHARLES DANTZIG, il se­rait temps d’écrire un livre sur le ci­né­ma au lieu de tour­ner au­tour, ca­mé­ra-sty­lo dé­bran­chée à l’épaule. Comme dans votre Dic­tion­naire (de la lit­té­ra­ture fran­çaise) et votre En­cy­clo­pé­die (du tout et du rien), votre

Trai­té (des gestes) est han­té par une pléiade de fan­tômes du sep­tième art qui se sa­luent par-des­sus les 408 pages de votre livre sa­vant, in­tri­gant, par­fois aga­çant, tou­jours brillant (Gras­set, 22 €). La ma­nière de convo­quer leur mé­moire est aus­si tendre et ori­gi­nale que vos goûts sont sûrs. Voi­ci Hum­phrey Bo­gart, James Ca­gney, To­ny Leung, Sa­cha Gui­try et Ri­ta Hay­worth concou­rant pour le plus beau geste de fu­meur au ci­né­ma ; Au­drey Hep­burn qui joue au man­ne­quin pour Ri­chard Ave­don dans Drôle de fri­mousse ; Ro­bert Mit­chum se ca­brant de rage dans La Nuit du chas­seur avant de des­cendre Shel­ley Win­ters ; Mike Myers po­sant son au­ri­cu­laire droit ba­gué à la com­mis­sure de ses lèvres dans Aus­tin Po­wers, etc.

Vos anec­dotes de tour­nage sont toutes mer­veilleuses : Ed­wige Feuillère in­ca­pable de s’as­seoir entre deux prises de

L’Aigle à deux têtes en rai­son d’une robe plus ser­rée que le poing de Syl­ves­ter Stal­lone à la fin de Ro­cky ; Ani­ta Ek­berg et sa per­ruque blonde (si, si) qui sur­git pour se faire ap­plau­dir à tout rompre (sauf son charme) par les tech­ni­ciens de La Dolce Vi­ta.

Vous avez aus­si no­té que les meilleurs ac­teurs sont ceux qui en font le moins (de gestes). Au contraire de Ro­ber­to Be­ni­gni, que vous de­vez trou­ver exé­crable, voi­ci Mar­lene Die­trich qui lève un sour­cil, Ca­the­rine De­neuve qui sou­rit en plis­sant l’oeil et Mi­chel Si­mon qui « égoutte ses mains comme des pa­ra­pluies » (quelle belle for­mule !). Par­fois, vous vous aven­tu­rez dans des in­ter­pré­ta­tions au­da­cieuses en dé­ni­chant des « gestes sexuels pré­en­fan­tins » dans Ju­liette des es­prits de Fel­li­ni ou en vou­lant ab­so­lu­ment faire de cer­tains films des oeuvres gay.e.s (al­lez hop, un peu d’écri­ture in­clu­sive pour ri­go­ler). Ave, Cé­sar ! des frères Coen, par exemple. Ce qui a pour ver­tu de don­ner en­vie de le re­voir, quand même. Les autres aus­si. Post-apos­tro­phum : soyons hon­nête, il y a aus­si dans ce livre du théâtre, de la danse, de la mu­sique, de la pein­ture, de l’his­toire, de la po­li­tique…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.