L’AR­GENT DE LA VIEILLE

Le Figaro Magazine - - Quartiers Libres -

★★★ TROIS JOURS CHEZ MA TANTE, d’Yves Ra­vey, Mi­nuit, 192 p., 15 €. Après vingt ans d’exil au Li­be­ria, Mar­cel­lo Mar­ti­ni est de re­tour à Lyon. L’heure est grave. Sa tante, une vieille dame très riche qui vit dé­sor­mais dans une mai­son de re­traite mé­di­ca­li­sée, l’a convo­qué pour lui an­non­cer qu’elle met­tait fin au vi­re­ment men­suel qu’elle lui al­louait jusque-là. Pire, sa for­tu­née pa­rente a pris ren­dez-vous chez le no­taire pour le len­de­main même, afin de le déshé­ri­ter. Mar­cel­lo Mar­ti­ni, dont le pas­sé trouble re­monte pe­tit à pe­tit à la sur­face, a trois jours pour es­sayer de sau­ver les meubles. Et rien n’est ga­gné. Loin de là… L’in­trigue – une sor­dide em­brouille au­tour d’un hé­ri­tage – peut pa­raître d’une conster­nante ba­na­li­té. Elle fait par­tie de ces ma­chia­vé­liques pièges lit­té­raires qu’af­fec­tionne par­ti­cu­liè­re­ment Yves Ra­vey. Le temps de ces Trois jours chez ma tante étouf­fants à sou­hait, où le hé­ros (et nar­ra­teur) se ré­vèle pro­gres­si­ve­ment une fief­fée cra­pule, l’au­teur d’Un no­taire peu or­di­naire et d’une quin­zaine de ro­mans noirs d’une ma­gis­trale sin­gu­la­ri­té se lance avec le lec­teur dans un sub­til jeu du chat et de la sou­ris, au fil d’un ré­cit ajus­té et po­li à l’ex­trême, pour l’en­traî­ner dans un en­gre­nage so­phis­ti­qué, te­nant du Si­me­non épu­ré ou du Cha­brol sty­li­sé. At­mo­sphère, at­mo­sphère… PHI­LIPPE BLAN­CHET

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.