PA­RIS EST TOXIQUE

Le Figaro Magazine - - Quartiers Libres -

C’est bien connu : l’un­der­ground d’au­jourd’hui fait le clas­si­cisme de de­main. Le ro­man en ar­got des­cend de Cé­line, mais pas seu­le­ment : avant lui, Ra­be­lais et Hu­go se sont nour­ris des dia­lectes po­pu­laires. Et n’ou­bliez pas que c’est Sha­kes­peare qui a in­ven­té le mot « swag » ! Le dé­fi du ro­man contem­po­rain est de re­flé­ter l’évo­lu­tion des moeurs comme de la langue. Voi­là une in­tro­duc­tion bien faux-cul pour me jus­ti­fier de trai­ter un livre ul­tra­violent dans ce ma­ga­zine en ve­lours cô­te­lé. Sans pa­ter­na­lisme bourge ni com­plai­sance or­du­rière, Jo­hann Zar­ca réus­sit sa plon­gée hy­per­réa­liste dans des bas-fonds pa­ri­siens en voie d’asep­ti­sa­tion. Le jar­gon des jeunes, ban­lieu­sards ou cam­pa­gnards, semble l’un des en­jeux de cette ren­trée lit­té­raire : Fief, de Da­vid Lo­pez, tente aus­si d’in­té­grer cette dés­in­té­gra­tion syn­taxique mais son tra­vail se voit trop, son ver­lan res­pire l’ate­lier d’écri­ture, tan­dis que Pa­name Un­der­ground sent la rue, la fu­mée, le tra­fic de drogue, le sexe ta­ri­fé, le par­fum ca­pi­teux des hé­taïres bau­de­lai­riennes. Son sa­bir est ce­lui de la frus­tra­tion, de la trouille et du dé­sir.

Quel est ce Zar­ca qui siffle sur nos têtes ? Un blo­gueur dont ce­ci est dé­jà le troi­sième ro­man. Son site Le Mec de l’un­der­ground est far­fe­lu et libre. Il se­ra sans doute éton­né, voire cho­qué, d’être sa­lué ici. Il est l’un des fi­na­listes du prix de Flore, dont Vincent Ra­va­lec fut le pre­mier lau- ré­at, il y a vingt-trois ans. Sa prose di­recte, ru­gueuse mais émo­tive, des­crip­tive et dis­tan­ciée, au­rait pu s’in­ti­tu­ler Can­tique de la ra­caille. Ce ro­man-guide dé­bute au Club 88 de la rue Saint-De­nis dans une chambre de love ho­tel, se pour­suit à Pi­galle, Bar­bès et Bel­le­ville (dans des lieux dont tout por­teur de Ber­lu­ti res­sor­ti­rait pieds nus), dé­am­bule de deals ris­qués en com­bats de boxe clan­des­tins, de ba­ckrooms

gays en bars de skins, en pas­sant par les ca­ta­combes et le bois de Vin­cennes qui, vi­si­ble­ment, n’est pas en­core au cou­rant de la pé­na­li­sa­tion des clients. Im­pos­sible de ci­ter ici une seule phrase de ce gon­zo-re­por­tage fu­rieux, écrit à l’AK-47 par un Au­diard qui au­rait lu Le Dé­mon, de Sel­by. C’est gros­sier, agres­sif, glauque mais drôle comme une fête dont on ne se sou­vient pas. Jo­hann Zar­ca est LA ré­vé­la­tion de cette ren­trée bien sage… Il est l’écri­vain qui bous­cule le plus la langue fran­çaise, de fa­çon net­te­ment moins obs­cène que l’écri­ture in­clu­sive. Im­pos­sible de lâ­cher cette en­quête punk sur le monde-ca­ché-de-ce­qui-se-trame-quand-les-bo­bos-dorment. Croyez-en un néo­ru­ral : Pa­name Un­der­ground

donne en­vie de re­ve­nir ! Pa­name Un­der­ground, de Jo­hann Zar­ca, Edi­tions Goutte d’Or, 247 p., 17 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.