VIO­LENCES

De nom­breux in­ci­dents la nuit de la Saint-Syl­vestre

Le Figaro - - LA UNE - C. C. ET YOLANDE BALDEWECK (À STRAS­BOURG)

SÉ­CU­RI­TÉ Alors que les ser­vices re­dou­taient une me­née ter­ro­riste, le ré­veillon de la Saint-Syl­vestre s’est « par­ti­cu­liè­re­ment bien pas­sé », sans « pro­blème ma­jeur », a consi­dé­ré di­manche ma­tin Bru­no Le Roux. Ce­pen­dant, 454 per­sonnes ont été in­ter­pel­lées à tra­vers la France, no­tam­ment pour des agres­sions vi­sant les forces de l’ordre, et 301 pla­cées en garde-à-vue. «Ce que je re­grette une nouvelle fois, c’est sur le ter­ri­toire un trop grand nombre d’agres­sions, d’in­sultes ou de jets de pro­jec­tiles di­vers sur les forces de sé­cu­ri­té», a in­sis­té le mi­nistre de l’In­té­rieur, ci­tant le cas d’un sa­peur-pom­pier « lé­gè­re­ment bles­sé » au bras à Oyon­nax (Ain) et deux CRS contu­sion­nés par des jets de pierre à Nice.

« Je de­mande bien en­ten­du la plus grande fer­me­té », a ré­pé­té Bru­no Le Roux. Pré­ve­nant qu’« au­cun acte » contre « ceux qui sont là pour nous pro­té­ger ne se­ra to­lé­ré », il a te­nu à « fé­li­ci­ter et re­mer­cier avant tout les 100000 forces de sé­cu­ri­té qui étaient mo­bi­li­sées», «les 40 000 sa­peurs-pom­piers sur le ter­ri­toire » et les « forces as­so­cia­tives mo­bi­li­sées sur la sé­cu­ri­té ci­vile». Se­lon lui, ce bi­lan po­si­tif est la consé­quence de « dis­po­si­tifs de sé­cu­ri­té » qui « avaient été di­men­sion­nés compte te­nu de la me­nace », en par­ti- cu­lier ter­ro­riste. Des in­ci­dents épars ont no­tam­ment été dé­plo­rés dans les Bouches-du-Rhône, en Isère ou en­core en Loire-At­lan­tique.

La ca­la­mi­té des pé­tards

Le phé­no­mène des voi­tures brû­lées a été ob­ser­vé un peu par­tout dans l’Hexa­gone: quelque 25 vé­hi­cules ont par exemple été re­trou­vés car­bo­ni­sés dans les Yve­lines, une di­zaine d’autres au to­tal ayant brû­lé à Brest, Rennes et Vannes. On dé­nombre 650 in­cen­dies de vé­hi­cules, là où ils étaient 602 l’an pas­sé. Sur les cinq der­nières an­nées, le nombre de vé­hi­cules brû­lés a di­mi­nué de 20 %.

Avec au moins une di­zaine de per­sonnes bles­sées dans la nuit de sa­me­di à di­manche, dont un en­fant de 3 ans, Stras­bourg a été de nou­veau con­fron­tée à la ca­la­mi­té des pé­tards pen­dant le Nou­vel An. Les bles­sés ont été opé­rés de la main, dont six au ser­vice SOS Mains des Hô­pi­taux uni­ver­si­taires, ba­sés à Ill­kirch-Graf­fens­ta­den. Trois ont dû être am­pu­tés d’une par­tie de doigt. L’an pas­sé, seules trois per­sonnes avaient dû être soi­gnées, alors qu’il y avait eu deux morts en 2013 et un mort en 2014, avec chaque fois des bles­sés graves. Par ailleurs, un im­por­tant dis­po­si­tif n’a pas em­pê­ché cer­tains dé­bor­de­ments. Des ponts me­nant vers l’hy­per-centre, mais aus­si les car­re­fours sur les bou­le­vards ex­té­rieurs ont été «te­nus» par des jeunes qui s’amu­saient avec des pé­tards et des fu­sées, par­fois à tirs ten­dus vers d’autres groupes.

Une rixe dans le centre-ville, entre deux bandes, a dé­gé­né­ré, fai­sant un bles­sé grave et don­nant lieu à plu­sieurs in­ter­pel­la­tions. Si dans la ca­pi­tale al­sa­cienne le nombre de vé­hi­cules in­cen­diés a bais­sé, il y a eu des vio­lences dans cer­taines ban­lieues, sui­vies d’in­ter­pel­la­tions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.