La French Tech à la conquête de Las Ve­gas

Aux cô­tés des start-up, les hommes po­li­tiques et les grands pa­trons veulent prendre le pouls de l’in­no­va­tion en se ren­dant au plus grand sa­lon mon­dial de l’élec­tro­nique.

Le Figaro - - LA UNE - EL­SA BEMBARON @el­sa­bem­ba­ron

Des start-up aux mul­ti­na­tio­nales, pas moins de 275 en­tre­prises fran­çaises se­ront pré­sentes au plus grand ren­dez-vous mon­dial du high­tech, au CES de Las Ve­gas, qui ouvre ses portes le 5 jan­vier. Fé­ru de tech­no­lo­gie et sou­cieux d’af­fi­cher son sou­tien aux en­tre­pre­neurs, Fran­çois Fillon se­ra éga­le­ment du voyage, de même que le pré­sident du Me­def, Pierre Gat­taz, et que les mi­nistres Mi­chel Sa­pin et Axelle Le­maire. Tous dé­cou­vri­ront les der­nières in­no­va­tions dans les do­maines des ob­jets connec­tés, de la réa­li­té vir­tuelle et aug­men­tée, de la voi­ture au­to­nome ou en­core de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle.

TECH Le temps d’une se­maine, Las Ve­gas se fait ca­pi­tale mon­diale de la tech­no­lo­gie. Le CES, sa­lon de l’élec­tro­nique grand pu­blic qui ouvre ses portes le 5 jan­vier, at­tire 3 900 en­tre­prises ve­nues du monde en­tier et près de 200000 vi­si­teurs pro­fes­sion­nels. Les Fran­çais vont une nouvelle fois jouer les ve­dettes amé­ri­caines.

Iden­ti­fiées sous le la­bel de la French Tech, pro­mues par le gou­ver­ne­ment fran­çais, les start-up na­tio­nales ont ac­quis cré­di­bi­li­té et lé­gi­ti­mi­té aux yeux des ac­teurs in­ter­na­tio­naux. Les grandes en­tre­prises sont elles aus­si de plus en plus nom­breuses à y avoir des stands, à l’image de Le­grand, Va­leo, La Poste, En­gie… Elles y montrent leurs pro­duits et ac­com­pagnent des start-up. « L’am­pleur de la pré­sence fran­çaise à Las Ve­gas montre que la France est de­ve­nue au­jourd’hui in­con­tour­nable sur l’in­no­va­tion », sou­ligne Mi­chel Sa­pin, le mi­nistre de l’Éco­no­mie, pré­sent au CES. «La France re­pré­sente la 3e dé­lé­ga­tion mon­diale avec 275 en­tre­prises ex­po­santes, après les États-Unis et la Chine. Elle est la pre­mière dé­lé­ga­tion mon­diale pré­sente sur l’Eu­re­ka Park (l’es­pace ré­ser­vé aux jeunes en­tre­prises in­no­vantes, NDLR) avec 32 % des star­tup, de­vant les États-Unis, Is­raël, la Corée du Sud ou en­core la Chine»,

pré­cise Axelle Le­maire, se­cré­taire d’État char­gée du Nu­mé­rique et de l’In­no­va­tion, qui se rend elle aus­si sur le sa­lon.

Vi­site de Fran­çois Fillon Les en­tre­prises ne sont pas les seules à faire le dé­pla­ce­ment. De­puis trois ans, le CES s’est im­po­sé dans le ca­len­drier po­li­tique fran­çais. Fran­çois Fillon, can­di­dat LR à la pré­si­den­tielle, vient pour «ob­ser­ver, com­prendre, mon­trer aux en­tre­pre­neurs que nous sommes à leurs cô­tés, que nous avons en­vie de faire bou­ger les lignes ». Ce pas­sion­né de nou­velles

tech­no­lo­gies veut mon­trer que «la France est pé­trie de ta­lents et d’atouts sur les­quels il faut s’ap­puyer. Les en­tre­pre­neurs fran­çais font rê­ver le monde, la France doit pou­voir aus­si rê­ver avec eux ». Fran­çois Fillon

rap­pelle qu’il a «fi­na­le­ment été le seul à avoir por­té le titre éphé­mère et in­édit de “mi­nistre des Tech­no­lo­gies et de l’In­for­ma­tion” (1995), le pre­mier “mi­nistre de l’In­ter­net” fran­çais en quelque sorte ». Au CES, l’ancien pre­mier mi­nistre au­ra l’oc­ca­sion de dé­cou­vrir quelques in­no­va­tions, d’échan­ger avec des en­tre­pre­neurs et d’in­sis­ter sur l’im­por­tance re­vê­tue par le nu­mé­rique.

C’est aus­si pour convaincre les en­tre­prises, grandes et pe­tites, de la né­ces­si­té de me­ner à bien la trans­for­ma­tion di­gi­tale que le Me­def se rend à Las Ve­gas, sous l’égide de son pré­sident Pierre Gat­taz. Le nu­mé­rique est un fac­teur de crois­sance et

de com­pé­ti­ti­vi­té. «Nous vou­lons ai­der les en­tre­prises à se dé­ve­lop­per et à gran­dir. Il faut ré­in­ven­ter l’in­dus­trie pour qu’elle in­tègre l’In­ter­net des ob­jets à ses pro­ces­sus et à ses

pro­duits », men­tionne Oli­vier Mi­dière, am­bas­sa­deur du nu­mé­rique du Me­def, qui sou­ligne que « ceux des 700000 adhé­rents du Me­def qui n’ont pas as­sez in­no­vé se trouvent

dans un contexte dif­fi­cile ». Pour sou­te­nir la trans­for­ma­tion des en­tre­prises, le syn­di­cat des pa­trons va lan­cer son propre fonds d’in­ves­tis­se­ment, qui de­vrait être dé­voi­lé en mars.

Le Me­def cherche aus­si à pro­mou­voir la mise en oeuvre d’un fonds de fonds eu­ro­péen qui de­vrait être do­té de 10 mil­liards d’eu­ros pour «ai­der les start-up dans leur crois­sance et les conser­ver sous pa­villon

eu­ro­péen». Il pré­voit aus­si de lan­cer un in­cu­ba­teur au prin­temps, avec d’autres or­ga­ni­sa­tions pa­tro­nales : l’Af­num (nu­mé­rique), le CCFA (au­to­mo­bile), la FIEEC (élec­tro­nique) et la FFA (as­su­rance). La mo­bi­li­sa­tion est gé­né­rale pour pro­mou­voir l’in­no­va­tion. Les po­li­tiques de tous bords s’ac­cordent à dire que les en­tre­prises fran­çaises ont leur carte à jouer. La France peut de­ve­nir le pays de l’Eu­rope lea­der dans les ob­jets connec­tés. Elle doit aus­si re­le­ver le dé­fi de l’at­trac­ti­vi­té, pour at­ti­rer et re­te­nir les ta­lents. Tout le ter­ri­toire est en­ga­gé en ce sens. Le sym­bole est d’ailleurs très fort, cette année, cinq pré­si­dents de ré­gion se rendent à Las Ve­gas. De leur cô­té, les en­tre­pre­neurs ré­clament una­ni­me­ment une fis­ca­li­té stable et plus com­pé­ti­tive.

Des vi­si­teurs équi­pés de lu­nettes Gear VR (1) au parc d’at­trac­tions de réa­li­té vir­tuelle créé par Sam­sung au coeur de la bi­blio­thèque Fran­çois-Mit­ter­rand. Une py­ra­mide d’Echo Spea­ker (2), l’as­sis­tant vo­cal in­tel­li­gent d’Ama­zon (4), le jour du Black Fri­day dans le centre lo­gis­tique de Pe­ter­bo­rough (Royaume-Uni). La ca­mé­ra de sé­cu­ri­té Nest (3) et la BMW i8 (5), un vé­hi­cule hy­bride re­char­geable.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.