MINICITADINES : LES CONSTRUC­TEURS REVOIENT LEUR CO­PIE Su­zu­ki Ignis

Le Figaro - - ET VOUS - DE­NIS HA­MON

Après une tra­ver­sée du dé­sert liée à l’ab­sence ca­rac­té­ri­sée de nou­veau­tés, Su­zu­ki a ré­cem­ment re­noué avec la crois­sance en mul­ti­pliant les pro­po­si­tions. Au­jourd’hui, le construc­teur ja­po­nais s’in­vite au coeur de la ci­té avec une Ignis aus­si dé­con­cer­tante que char­mante. En pré­am­bule à sa dé­cou­verte, sa­chez que si votre che­min a un jour croi­sé ce­lui de la pré­cé­dente Ignis, dont la dif­fu­sion a pris fin en 2008, ou­bliez tout ce que vous sa­vez de ce mo­dèle. Cette nouvelle mou­ture fait table rase du pas­sé et ap­pa­raît bien plus dé­lu­rée que sa de­van­cière. Entre-temps, les vé­hi­cules à vo­ca­tion buis­son­nière sont de­ve­nus ten­dance.

Des­si­née pour par­tie en Ita­lie, mais pro­duite au Ja­pon, l’Ignis se doit, pour pros­pé­rer, de mar­quer les es­prits. Cô­té phy­sique, c’est plu­tôt réus­si. Mal­gré sa pe­tite taille, pas plus de 3,70 m de long, elle at­tire les re­gards. L’Ignis af­fiche cet air dé­ter­mi­né qui la rend prête à vivre toutes les aven­tures. Des portes à faux ré­duits, dou­blés de pas­sages de roues pro­émi­nents, confirment sa vo­lon­té de s’af­fran­chir des conven­tions ré­gis­sant le style des ci­ta­dines. Une garde au sol de 18 cen­ti­mètres au­then­ti­fiant son ap­par­te­nance à l’uni­vers des cros­so­vers y contri­bue éga­le­ment.

À bord, nous re­trou­vons cette force dans le des­sin avec un agen­ce­ment em­preint de mo­der­ni­té. Ma­té­riaux simples, mais pré­sen­ta­tion ori­gi­nale ponc­tuée d’in­serts dans le ton de la car­ros­se­rie, tout ce­la met de bonne hu­meur. La fonc­tion­na­li­té n’est pas ou­bliée, avec quelques me­nus ran­ge­ments et, pour les com­mu­ni­cants, en guise de ta­blette, un écran tac­tile an­cré à la planche de bord. Un en­vi­ron­ne­ment aus­si ra­fraî­chis­sant que sé­dui­sant et, qui plus est, très ac­cueillant. À l’avant comme à l’ar­rière, l’es­pace ne manque pas. En re­vanche, bi­zar­re­rie de l’offre, l’Ignis de base avec ban­quette ar­rière frac­tion­nable est ho­mo­lo­guée en cinq places, mais, dès qu’elle monte en gamme, elle se conver­tit en stricte quatre places, avec sièges ar­rière in­di­vi­duels et cou­lis­sants. Heu­reu­se­ment que le coffre, alors confi­gu­rable à 260 litres, y gagne en conte­nance.

Prio­ri­té à l’hy­bride

Au cha­pitre mo­to­ri­sa­tion, l’Ignis se dis­tingue en­core de la concur­rence en do­tant sa pro­po­si­tion stan­dard, un 4-cy­lindres es­sence 1.2 DUALJET dé­ve­lop­pant 90 ch, d’une va­riante dite à hy­bri­da­tion lé­gère per­met­tant d’éco­no­mi­ser quelques grammes de CO2 (97 au lieu de 104 g). L’ap­port, même mo­deste, de l’élec­trique se fait sen­tir dès les pre­miers tours de roue, en ve­nant épau­ler un couple can­ton­né à 120 Nm. Quant à la mi­nus­cule bat­te­rie à l’ori­gine du pro­cé­dé, elle puise son éner­gie dans les frei­nages et autres dé­cé­lé­ra­tions. Cette ver­sion Hy­brid SHVS ob­tient notre pré­fé­rence, d’au­tant que l’écart de prix reste mi­nime (800 eu­ros). Ce pe­tit mo­teur es­sence donne de la voix, un peu trop par­fois. Au moins, ce­la tient éveillé, tout comme la sé­che­resse des sus­pen­sions. Mais cette ci­ta­dine d’un nou­veau genre s’avère amu­sante à conduire. Aus­si lé­gère que ma­niable, elle se fau­file dans le tra­fic. Autre fa­cul­té ap­pré­ciée en ville, l’Ignis braque court : pas plus de 4,70 m de rayon ; c’est à 10 cen­ti­mètres près le score d’une Twin­go par­ti­cu­liè­re­ment douée dans cet exer­cice. La pe­tite ja­po­naise n’est pas non plus avare en équi­pe­ment. Frei­nage au­to­ma­tique d’ur­gence, alerte au fran­chis­se­ment de ligne, sys­tème mul­ti­mé­dia et ca­mé­ra de re­cul, rien ne manque à sa fi­ni­tion la plus hup­pée fac­tu­rée à par­tir de 16 190 eu­ros en SHVS, voire 17 690 eu­ros ac­com­pa­gnée d’une trans­mis­sion intégrale par le biais d’un vis­co-cou­pleur.

In­utile ce­pen­dant de cher­cher une quel­conque pa­ren­té avec le Su­zu­ki Jim­ny, au­then­tique ba­rou­deur de son état. L’Ignis se ré­vèle moins aven­tu­reuse. En­fin, dans une ver­sion édul­co­rée, l’Ignis c’est aus­si l’exo­tisme à bon compte, avec un ti­cket d’en­trée fixé à 12 790 eu­ros.

T. AN­TOINE/ACE TEAM

La Su­zu­ki Ignis (ici mo­dèle SHVS All­grip) confirme sa vo­lon­té de s’af­fran­chir des conven­tions ré­gis­sant le style des ci­ta­dines.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.