Ar­naud La­gar­dère re­prend Eu­rope 1 en main

Alors que la ra­dio a en­re­gis­tré sa pire au­dience his­to­rique, l’ac­tion­naire a dé­ci­dé d’en as­su­rer la pré­si­dence, en rem­pla­ce­ment de De­nis Oli­vennes.

Le Figaro - - LA UNE - CH­LOÉ WOITIER @W_Ch­loe ET CA­RO­LINE SALLÉ @ca­ro­li­ne­salle

RA­DIO Pas de ré­pit pour Eu­rope 1. La sta­tion, en dif­fi­cul­té de­puis plu­sieurs sai­sons, signe son pire score de­puis douze ans avec 7,7 % d’au­dience cu­mu­lée. Eu­rope 1 est re­lé­guée à la sixième place du clas­se­ment, loin der­rière le lea­der, RTL (12,2%). Pis, après avoir été dou­blée par France In­fo fin 2016, Eu­rope 1 est dé­sor­mais dé­pas­sée par RMC (7,2 %). Quant à la du­rée d’écoute, elle a re­cu­lé de 6 mi­nutes en trois mois, à 1 heure et 49 mi­nutes. Les au­di­teurs ne sont tou­jours pas sé­duits par la grille des pro­grammes. Mo­di­fiée en ur­gence en sep­tembre à la suite de l’af­faire Mo­ran­di­ni, elle a été chan­gée à nou­veau en jan­vier au vu des ré­sul­tats dé­ce­vants. Sans suc­cès, bien au contraire.

L’ac­tion­naire ne pou­vait pas res­ter les bras croi­sés. Ar­naud La­gar­dère a donc dé­ci­dé d’as­su­mer lui­même la pré­si­dence d’Eu­rope 1 «jus­qu’au mo­ment où elle se­ra re­dres­sée dans son au­dience et ses comptes », an­nonce-t-il dans Le Monde. L’homme est vis­cé­ra­le­ment at­ta­ché à la sta­tion qui a tant pas­sion­né son père, Jean-Luc. S’il ne donne pas d’ob­jec­tif chif­fré, le gé­rant du groupe La­gar­dère cite RTL comme ré­fé­rence, «une ra­dio qui a une ligne co­hé­rente et est in­dé­pen­dante. Nous vi­sons ce ni­veau ».

Ar­naud La­gar­dère prend donc la place de De­nis Oli­vennes, pré­sident de la ra­dio de­puis 2010. Mais ce der­nier reste pa­tron de La­gar­dère Ac­ti­dé­cli­né ve, qui re­groupe l’en­semble des ac­tifs mé­dias du groupe. « Ce n’est pas une sanc­tion. Je veux qu’il se concentre sur des mo­teurs de crois­sance comme la pro­duc­tion au­dio­vi­suelle, le nu­mé­rique, la san­té, les chaînes thé­ma­tiques », égrène Ar­naud La­gar­dère.

Le nou­veau pré­sident en­tend re­ma­nier en pro­fon­deur la sta­tion. Il n’y a pas de temps à perdre, alors que le mercato vient de dé­bu­ter. « Ma pre­mière dé­ci­sion se­ra de nom­mer une nou­velle équipe », af­fir­meil. La di­rec­tion d’Eu­rope 1, pas­sée en dé­cembre de Fabien Na­mias à Ri­chard Le­nor­mand, va de nou­veau chan­ger de mains. Ar­naud La­gar­dère dresse le por­trait-ro­bot du can­di­dat idéal. «Eu­rope 1 a be­soin d’un di­rec­teur qui in­carne la sta­tion, qui y soit ma­tin, mi­di et soir, et la nuit s’il le faut, pro­ba­ble­ment un pro­fes­sion­nel de la ra­dio, qui ait ce mé­tier au fond de lui. Quel­qu’un qui soit fort de ca­rac­tère mais ait aus­si la sou­plesse d’at­ti­rer des ta­lents. »

La chasse au can­di­dat idéal a dé­jà com­men­cé. Au­cune an­nonce of­fi­cielle n’a en­core été faite, mais les spé­cu­la­tions vont bon train. Pro­blème, tout le monde dé­ment. Her­vé Bé­roud, l’ac­tuel di­rec­teur gé­né­ral de BFMTV, a été ap­pro­ché. Mais il a la pro­po­si­tion. Marc-Oli­vier Fo­giel, qui anime ac­tuel­le­ment sur RTL la tranche du soir entre 18 heures et 20 heures, fait par­ti des noms qui cir­culent avec beau­coup d’in­sis­tance. Seule­ment, l’in­té­res­sé as­sure qu’il ne chan­ge­ra pas de mai­son. «La ru­meur qui consiste à dire que je quitte RTL pour re­joindre Eu­rope 1 est in­fon­dée. Je suis bien à RTL, où le 18/20 at­teint des scores his­to­riques », as­sure-t-il. Thier­ry Thuillier, le di­rec­teur gé­né­ral de LCI et an­cien pa­tron de l’in­for­ma­tion de France Té­lé­vi­sions, ba­laye éga­le­ment la ru­meur d’une ar­ri­vée chez Eu­rope 1. Idem pour Ro­bin Le­proux, l’an­cien vice-pré­sident de M6. Autre piste sé­rieuse, celle d’un dé­bau­chage mas­sif du cô­té de Ra­dio France. Plu­sieurs scé­na­rios sont évo­qués. Soit l’ar­ri­vée de Fré­dé­ric Schle­sin­ger, le di­rec­teur dé­lé­gué aux an­tennes et aux pro­grammes de Ra­dio France ou celle de Laurent Gui­mier, ac­tuel pa­tron de France In­fo; soit un ti­cket avec les deux, voire un trio avec Em­ma­nuel Per­reau, le di­rec­teur des pro­grammes et de l’an­tenne de France In­ter. Vieux bris­card de la ra­dio âgé de 64 ans, Fré­dé­ric Schle­sin­ger connaît bien le groupe La­gar­dère pour y avoir di­ri­gé le pôle TV et FM. Laurent Gui­mier, de son cô­té, est pas­sé par Eu­rope 1, dont il a été no­tam­ment le ré­dac­teur en chef de la tranche d’in­for­ma­tion ma­ti­nale. Et Em­ma­nuel Per­reau a oc­cu­pé le poste de di­rec­teur de la com­mu­ni­ca­tion du pôle Ra­dio-TV de La­gar­dère Ac­tive avant d’in­té­grer lui aus­si Eu­rope 1. Mais les trois in­té­res­sés dé­mentent.

L’ar­ri­vée d’un nou­veau di­rec­teur gé­né­ral ne de­vrait pas man­quer de pro­vo­quer des ré­ac­tions en chaîne. Le fu­tur di­ri­geant conser­ve­ra-t-il l’équipe en place, avec en pre­mier

“Ma pre­mière dé­ci­sion se­ra de nom­mer une nou­velle équipe ” AR­NAUD LA­GAR­DÈRE

« Eu­rope 1 a be­soin d’un di­rec­teur qui in­carne la sta­tion, qui y soit ma­tin, mi­di et soir, et la nuit s’il le faut, pro­ba­ble­ment un pro­fes­sion­nel de la ra­dio qui ait ce mé­tier au » fond de lui AR­NAUD LA­GAR­DÈRE

lieu Fabien Na­mias, di­rec­teur de l’in­for­ma­tion ? Quid de Ri­chard Le­nor­mand, qui a conser­vé son titre de di­rec­teur gé­né­ral du pôle ra­dios­té­lé­vi­sion de La­gar­dère Ac­tive ? La grille, qui ne sé­duit pas les au­di­teurs, de­vrait en toute lo­gique être re­ma­niée. Le main­tien d’Ales­san­dra Su­blet, qui a di­vi­sé par deux les au­diences de sa case de l’après-mi­di, se po­se­ra. L’ani­ma­trice est tou­te­fois sou­te­nue par Na­tha­lie An­dré, di­rec­trice des pro­grammes. Même in­ter­ro­ga­tion pour Tho­mas Sot­to, à la tête de la ma­ti­nale de­puis trois ans. Le nou­veau ve­nu pour­rait être ten­té de chan­ger l’in­car­na­tion de ce prime time de la ra­dio, ac­tuel­le­ment clas­sé troi­sième der­rière France In­ter et RTL.

Dans son en­tre­tien au Monde, Ar­naud La­gar­dère re­con­naît que la stra­té­gie de la ra­dio, consis­tant de­puis des an­nées à confier des émis­sions à des stars de la té­lé­vi­sion comme Cy­ril Ha­nou­na, n’a pas tou­jours été payante. « Si Eu­rope 1 avait la pos­si­bi­li­té d’avoir de grands ta­lents qui ont dé­jà réus­si en ra­dio, ce se­rait une grande sé­cu­ri­té», ex­plique-t-il. Le mercato ra­dio s’an­nonce des plus agi­tés.

THO­MAS PADILLA//MAXPPP

Ar­naud La­gar­dère a an­non­cé dans Le Monde qu’il as­su­me­ra la pré­si­dence d’Eu­rope 1 « jus­qu’au mo­ment où elle se­ra re­dres­sée dans son au­dience et ses comptes ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.