Ni dra­peau ni « Mar­seillaise » dans les clips

Le Figaro - - POLITIQUE - J. W.

Pour les clips de la cam­pagne 2017, le CSA a pon­du une nou­velle règle qui a pro­vo­qué l’une de ces po­lé­miques dont Twit­ter a le se­cret : l’in­ter­dic­tion to­tale de « faire ap­pa­raître tout em­blème na­tio­nal ou eu­ro­péen ». « Quand un pays es­time que son hymne na­tio­nal et son dra­peau de­viennent dan­ge­reux, c’est qu’il va vrai­ment mal ! », s’est étran­glé Thier­ry Ma­ria­ni, dé­pu­té Ré­pu­bli­cain des Fran­çais de l’étran­ger. Au FN, l’in­di­gna­tion est en­core mon­tée d’un cran. Sur Twit­ter tou­jours, son vice-pré­sident Flo­rian Phi­lip­pot a as­su­ré : « Le CSA in­ter­dit Mar­seillaise et dra­peau fran­çais dans les clips de la pré­si­den­tielle car il craint… “un na­tio­na­lisme dé­li­rant”. Ef­fa­rant ! » « Au­cun de nos in­ter­lo­cu­teurs du CSA ne nous a dit qu’il crai­gnait un “ex­cès de na­tio­na­lisme”, affirme de son cô­té un membre de l’équipe de cam­pagne de Fran­çois Fillon. Le but est plu­tôt d’em­pê­cher qu’un can­di­dat se pré­sente comme un “can­di­dat of­fi­ciel”. » Un clip de cam­pagne est com­po­sé de 50 % d’images four­nies par le can­di­dat et 50 % d’images tour­nées par le ser­vice pu­blic, face ca­mé­ra. Jus­qu’en 1988, dra­peaux et hymnes étaient pros­crits de ces images face ca­mé­ra. Cette an­née, alors que même Jean-Luc Mé­len­chon a rem­pla­cé L’In­ter­na­tio­nale par La Mar­seillaise et le dra­peau rouge par le bleu-blanc-rouge dans ses mee­tings, la règle a été éten­due à la to­ta­li­té du clip.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.