Les cher­cheurs in­vitent le monde à mar­cher pour la science

Après l’élec­tion de Trump, les scien­ti­fiques dé­fendent l’im­por­tance de la re­cherche.

Le Figaro - - SCIENCES - CY­RILLE VANLERBERGHE @cy­ril­le­van

SCIENCE ET SO­CIÉ­TÉ L’in­ves­ti­ture de Do­nald Trump à la Mai­son-Blanche le 20 jan­vier a lar­ge­ment ébran­lé le monde de la re­cherche. Cli­ma­tos­cep­ti­cisme, prises de po­si­tion an­ti­vac­cin, coupes bud­gé­taires et me­naces de des­truc­tion de don­nées is­sues de la re­cherche ont sus­ci­té de fortes ré­ac­tions au sein de la com­mu­nau­té scien­ti­fique. Née sur les ré­seaux so­ciaux, l’idée d’un mou­ve­ment de ré­sis­tance s’est ré­pan­due comme une traî­née de poudre et les scien­ti­fiques amé­ri­cains, puis ceux du monde en­tier, ont dé­ci­dé de dé­fi­ler lors d’une grande «Marche pour les sciences », le sa­me­di 22 avril.

Elle doit se concré­ti­ser par des ma­ni­fes­ta­tions dans plus de 500 villes un peu par­tout dans le monde. La ma­jeure par­tie des ini­tia­tives se si­tuent aux États-Unis, mais la mo­bi­li­sa­tion est aus­si forte en Eu­rope, avec 93 marches re­cen­sées dans 24 pays, dont 22 dé­fi­lés en France (voir le site mar­che­pour­less­ciences.fr).

« Le mou­ve­ment March for Science a été lan­cé aux États-Unis en ré­ac­tion aux po­si­tions an­ti­scien­ti­fiques, cli­ma­tos­cep­tiques et an­ti-en­vi­ron­ne­men­tales du pré­sident Trump. Mais nous ne mar­chons pas contre le pré­sident Trump ! » ex­plique l’ar­gu­men­taire du mou­ve­ment en France. La pro­blé­ma­tique est en ef­fet as­sez dif­fé­rente d’un cô­té à l’autre de l’At­lan­tique. Les cher­cheurs amé­ri­cains ma­ni­festent avant tout contre des coupes bud­gé­taires qui me­nacent des dis­ci­plines en­tières. L’Ad­mi­nis­tra­tion Trump pro­pose de re­ti­rer 2,6 mil­liards de dol­lars du bud­get de l’Agence amé­ri­caine de pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment (EPA), une coupe bru­tale de 31%. Si le bud­get de la Nasa est stable, l’ob­jec­tif est de mettre fin à toutes les re­cherches sur la Terre et son cli­mat.

Des dé­ci­sions qui risquent d’avoir des consé­quences pour l’en­semble des tra­vaux sur le cli­mat dans le monde. « Il y a un pro­jet d’an­nu­la­tion d’une mis­sion de la Nasa pour sur­vo­ler la Terre et d’une autre sur la cou­leur des océans pour suivre les éco­sys­tèmes ma­rins, re­grette Valérie Mas­son-Del­motte, cli­ma­to­logue au CEA (Com­mis­sa­riat à l’éner­gie ato­mique) et membre du Giec (Groupe d’ex­perts in­ter­gou­ver­ne­men­tal sur l’évo­lu­tion du cli­mat). Ces don­nées sont gra­tuites. Elles sont vi­tales pour la science. Les ÉtatsU­nis ont un rôle de grande base de don­nées mon­diale sur le cli­mat. Si on perd trois centres aux États-Unis, on risque de perdre des don­nées très im­por­tantes pour ef­fec­tuer des si­mu­la­tions. »

La re­cherche et l’uni­ver­si­té ab­sentes de la cam­pagne

Les scien­ti­fiques se mo­bi­lisent aus­si pour dé­fendre l’im­por­tance de la science dans nos so­cié­tés. Les or­ga­ni­sa­teurs du mou­ve­ment en France re­grettent no­tam­ment que la re­cherche et l’uni­ver­si­té soient to­ta­le­ment ab­sentes des dé­bats de l’élec­tion pré­si­den­tielle. Ils s’in­quiètent éga­le­ment d’une trop fra­gile cul­ture scien­ti­fique tant dans la po­pu­la­tion que chez ses di­ri­geants, et in­vitent tous les ci­toyens à mar­cher à leur cô­té.

Fait rare, la Marche pour les sciences ras­semble aus­si bien les cher­cheurs des la­bo­ra­toires que les di­ri­geants des grands or­ga­nismes de re­cherche et les so­cié­tés sa­vantes, comme l’Aca­dé­mie des sciences. «Nous sommes pas­sés du sou­tien à l’or­ga­ni­sa­tion, ex­plique Alain Fuchs, pré­sident du CNRS. En tout in­di­vi­du som­meille un être ar­chaïque qui pré­fère croire plu­tôt que d’en­tendre la vé­ri­té. On connaît dans l’his­toire des mo­ments où cet être ar­chaïque est res­sor­ti, et il ne faut pas que ce­la se passe dans notre pays. »

STEVEN SENNE/AP

Ma­ni­fes­ta­tion de la com­mu­nau­té scien­ti­fique en ré­ac­tion aux po­si­tions de Do­nald Trump, le 19 fé­vrier, à Bos­ton.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.