Ligue Eu­ro­pa : Lyon dans le der­nier car­ré

L’Olym­pique Lyon­nais a pris le meilleur sur le Be­sik­tas Is­tan­bul aux tirs au but en de­mi-fi­nales.

Le Figaro - - SPORT - CH­RIS­TOPHE RE­MISE cre­mise@le­fi­ga­ro.fr À IS­TAN­BUL

FOOT­BALL Après Mo­na­co, qua­li­fié en Ligue des cham­pions, au tour de Lyon de s’in­vi­ter dans le der­nier car­ré d’une coupe d’Eu­rope. La Ligue Eu­ro­pa en l’oc­cur­rence. Et au terme d’un sus­pense ha­le­tant. Vain­queurs à l’al­ler d’un match agi­té dans les tri­bunes (voir par ailleurs) et ren­ver­sant sur le ter­rain (2-1), les joueurs du pré­sident Au­las l’ont em­por­té au bout de la soi­rée (1-2, 7 t.a.b à 6) jeu­di soir, à Is­tan­bul.

Des Lyon­nais qui sont bien ren­trés dans le match, avec beau­coup de sé­ré­ni­té mal­gré l’am­biance de feu, mais qui concé­daient l’ou­ver­ture du score, par Ta­lis­ca (1-0, 28e). Après quelques mi­nutes de flot­te­ment, l’OL re­pre­nait sa marche en avant. Et La­ca­zette éga­li­sait (1-1, 35e), avant de man­quer le 2-1 (41e). Ta­lis­ca lui ré­pon­dait du gauche (42e).

Les Turcs at­ta­quaient la se­conde pé­riode sur un rythme in­fer­nal. Lopes sor­tait une cla­quette su­blime sur une tête à bout por­tant de To­sun (55e). Il ne pou­vait en re­vanche rien sur celle de Ta­lis­ca (2-1, 57e). Pres­sion en­core, mais La­ca­zette était tout près du dou­blé. Il man­quait son duel face à Fa­bri (62e). De la place pour mar­quer, il y en avait. Res­tait à le faire… Après plu­sieurs mi­nutes de faux rythme, le match s’en­flam­mait à la Vo­da­fone Are­na. L’OL était sau­vé par son po­teau sur un centre-tir de Qua­res­ma (85e), et Be­sik­tas, par Fa­bri (triple oc­ca­sion à la 88e) et sa barre (90e). Du K.O. dans l’air, mais une pro­lon­ga­tion sur le ter­rain. Sans La­ca­zette, bles­sé.

Pro­lon­ga­tion que les Lyon­nais at­ta­quaient bien, plus frais et plus dan­ge­reux. Quoique, à la 102e mi­nute, ils étaient sau­vés par l’in­ex­pli­cable mal­adresse de Ta­lis­ca, seul au point de pe­nal­ty. Un mi­racle. Dia­kha­by en au­rait mé­ri­té un, lui qui ra­tait en­core le cadre de la tête (105e). Lopes sau­vait de nou­veau l’OL face à To­sun (107e), et Fa­bri fai­sait de même contre To­lis­so (111e). Que d’oc­ca­sions ! Mais fi­na­le­ment plus de but dans cette par­tie qui trou­vait son épi­logue aux tirs au but (7à 6).

Des heurts de­vant le stade, un en­va­his­se­ment de ter­rain, 45 mi­nutes de re­tard pour le coup d’en­voi… Le match al­ler s’était dé­rou­lé dans des condi­tions par­ti­cu­lières, c’est un eu­phé­misme. Mais il n’y a pas eu de dé­bor­de­ment jeu­di soir, à la Vo­da­fone Are­na. Bien au contraire. Les fans turcs, au nombre de 42 000, ont trans­for­mé leur stade en chaudron. Ébou­rif­fant. Ils ont, bien en­ten­du, hué avec vi­gueur chaque pos­ses­sion lyon­naise et chan­té comme des pos­sé­dés le reste du temps afin de pous­ser leur équipe. De l’élec­tri­ci­té dans l’air, oui. De l’hos­ti­li­té aus­si. Mais rien de ré­pré­hen­sible, bien au contraire. Une vraie arène de foot­ball.

Certes, Alexandre La­ca­zette a mar­qué son but. Mais il a man­qué ce­lui du 2-1 à trois re­prises, voyant deux de ses tirs re­pous­sés par les mon­tants (41e, 90e) et un autre cap­té par Fa­bri (63e). Une sale soi­rée qui tour­nait au cau­che­mar avec la bles­sure qui le pri­vait de la pro­lon­ga­tion (rem­pla­cé par Ghez­zal). Sans consé­quence.

“De la place pour mar­quer, il y en avait. Res­tait à le faire…”

MURAD SEZER/REU­TERS

Alexandre La­ca­zette marque face à Be­sik­tas.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.