UN AN APRÈS, HUIT JEUNES DI­PLÔ­MÉS SUR DIX ONT UN EM­PLOI

La moi­tié des bac + 5 ont le sta­tut cadre, contre 9 % seule­ment des bac + 3 ou 4.

Le Figaro - - ECONOMIE - ANNE DE GUIGNÉ @ade­guigne

EM­PLOI L’As­so­cia­tion pour l’em­ploi des cadres (Apec) a pré­sen­té, ce jeu­di, un nou­vel ou­til pour mieux ap­pré­hen­der l’in­ser­tion pro­fes­sion­nelle des jeunes. Ce ba­ro­mètre est dé­dié à la si­tua­tion des jeunes di­plô­més de ni­veau bac + 3 ou plus une an­née tout juste après l’ob­ten­tion de leur di­plôme. Le ré­sul­tat de la pre­mière édi­tion ap­pa­raît ras­su­rant. Douze mois après avoir fi­ni leur cur­sus et être en­trés sur le mar­ché du tra­vail, ces jeunes qua­li­fiés sont à 82 % en em­ploi. Mieux, à 92 %, ils ont dé­jà été em­bau­chés au moins une fois de­puis la fin de leurs études. Une pe­tite mi­no­ri­té, 8 %, n’a donc ja­mais tra­vaillé. Ces don­nées va­rient peu en fonc­tion du ni­veau du di­plôme, entre les bac + 3 et les bac + 5.

« Ce sont de bons ré­sul­tats, com­pa­rés à l’en­semble du mar­ché de l’em­ploi. Ils ne nous étonnent pas. La dé­té­rio­ra­tion, ob­ser­vée pen­dant les an­nées de crise, est der­rière nous », affirme Jean-Ma­rie Marx, le di­rec­teur gé­né­ral de l’Apec. Ces don­nées ap­pa­raissent dans la li­gnée des ré­sul­tats de l’étude an­nuelle de l’As­so­cia­tion sur l’in­ser­tion pro­fes­sion­nelle des jeunes. Deux ans après leur di­plôme, 86 % de la gé­né­ra­tion 2014 était en em­ploi et 44 % tou­jours dans leur pre­mier poste.

Dans le dé­tail des postes oc­cu­pés, le sort des bac + 3 ou 4, qui ont ar­rê­té leurs études en li­cence ou en mas­ter 1, et ce­lui des bac+5, qui ont va­li­dé leur mas­ter 2, dif­fère sen­si­ble­ment. Le plus frap­pant concerne le sta­tut : 53 % des bac+5 sont cadres, contre seule­ment 9% des bac+3 ou 4! Ce hia­tus illustre bien l’es­prit en­core très hié­rar­chique du monde du tra­vail fran­çais mais aus­si, bien sûr, la va­leur ac­cor­dée par les em­ployeurs au mas­ter 2.

Les ré­mu­né­ra­tions mé­dianes sont éga­le­ment su­pé­rieures pour les plus di­plô­més : 28 000 eu­ros pour les ti­tu­laires d’un mas­ter 2 contre 21 600 eu­ros pour les bac + 3 ou 4. Ces der­niers sont en­fin plus nom­breux à qua­li­fier leur em­ploi d’ali­men­taire, 33 % ver­sus 24 % pour les bac + 5.

Taux de chô­mage de jeunes ac­tifs de 23,8 %

Le ba­ro­mètre s’est éga­le­ment pen­ché plus spé­ci­fi­que­ment sur les plus di­plô­més, les bac+5. Ces jeunes ont mis en moyenne deux mois et de­mi pour trou­ver un tra­vail. 49% sont tou­jours dans leur pre­mier em­ploi et 32% ont dé­jà re­bon­di dans un nou­veau poste. Ils sont à 55 % en CDI et à 38 % en CDD. A contra­rio des idées re­çues, l’in­ser­tion pro­fes­sion­nelle est plus ra­pide pour les di­plô­més en sciences hu­maines et so­ciales, en sciences tech­no­lo­giques et en lettres, langues et arts.

Toutes les si­tua­tions sont tou­te­fois loin d’être sta­bi­li­sées. Si on ad­di­tionne les bac+5 au chô­mage et ceux qui consi­dèrent leur em­ploi comme ali­men­taire, 40% de cette po­pu­la­tion très qua­li­fiée n’est pas sa­tis­faite de son sort. « On ob­serve une lé­gère amé­lio­ra­tion mais pas de chan­ge­ment ra­di­cal. Il y a tou­jours un su­jet au­tour du pre­mier em­ploi des jeunes, no­tam­ment pour ceux qui ont sui­vi une for­ma­tion gé­né­ra­liste, note Jean-Ma­rie Marx. Cette si­tua­tion reste tou­te­fois bien meilleure que celle ren­con­trée par l’en­semble des jeunes qui dé­marrent leur vie pro­fes­sion­nelle. » Fin 2016, quelque 23,8% des jeunes ac­tifs de moins de 25 ans étaient, toutes for­ma­tions confon­dues, au chô­mage.

«Ces ré­sul­tats sont très en­cou­ra­geants pour les jeunes qui vont re­cher­cher cette an­née un pre­mier em­ploi, compte te­nu du mar­ché très por­teur (l’Apec pré­voit jus­qu’à 10% de hausse an­nuelle de re­cru­te­ment des cadres en 2017, NDLR), es­time Pierre Lam­blin, di­rec­teur du dé­par­te­ment études de l’Apec. Ils de­vraient être en­core mieux lo­tis que la gé­né­ra­tion 2015. »

FO­TO­LIA

Le ré­sul­tat de la pre­mière édi­tion ap­pa­raît ras­su­rant. Douze mois après avoir fi­ni leur cur­sus et être en­trés sur le mar­ché du tra­vail, les jeunes qua­li­fiés sont à 82 % en em­ploi.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.