Ces de­meures d’écri­vains de­ve­nues mu­sées

Le Figaro - - CULTURE - C. B.

Bien que plus ou moins au­then­tiques, les mai­sons d’écri­vain font par­tie des in­con­tour­nables du tou­risme, cha­cun ve­nant y pui­ser une bribe du gé­nie créa­tif. Il suf­fit, pour ce­la, d’en pous­ser la porte.

Cur­zio Ma­la­parte, à Ca­pri (Ita­lie)

Les ba­teaux touristiques marquent tou­jours une pause en bas de cette villa plate, construite à flanc de fa­laise, sur le Ca­po Mas­sul­lo. Édi­fiée en 1937, elle ser­vit de dé­cor au film de Jean-Luc Go­dard Le Mé­pris (1963). Elle ac­cueille dé­sor­mais des évé­ne­ments cultu­rels.

Ka­ren Blixen, à Rung­sted­lund (Da­ne­mark) et à Ngong (Ke­nya)

Au Da­ne­mark, les bou­quets illu­minent chaque pièce et les ri­deaux blancs traînent sur le par­quet. Comme du vi­vant de l’écri­vain. La vi­site de cette pro­prié­té ty­pi­que­ment scan­di­nave se fait en chaus­sons. Am­biance Fes­tin de Ba­bette. L’autre fa­cette de Blixen, plus bo­hème, celle de Out of Afri­ca, se dé­couvre au Ke­nya. La mai­son, dont la porte fut lais­sée ou­verte à ja­mais, a été trans­for­mée en mu­sée.

Léon Tol­stoï, à Kha­mov­ni­ki (Rus­sie)

Des pa­tins, une che­mise lais­sée sur le lit, le bu­reau, une table dres­sée, de mul­tiples pho­tos : la mai­son du grand Russe et de ses treize en­fants semble avoir été quit­tée hier. Au pre­mier étage de la dat­cha, un gar­dien en­clenche, à la de­mande, l’en­re­gis­tre­ment d’un dis­cours de l’écri­vain. Une chance quand on sait que Tol­stoï exi­geait un si­lence ab­so­lu entre 9 heures et 15 heures, temps consa­cré à son écri­ture.

Les Soeurs Brontë, à Ha­worth (An­gle­terre)

Filles de pas­teurs au des­tin tra­gique (elles meurent toutes avant 39 ans), Anne, Char­lotte et Emi­ly vé­curent dans cette pe­tite mai­son, au­jourd’hui le Brontë Par­so­nage Mu­seum. Dans chaque pièce, un pe­tit fouillis re­crée de la vie (ser­vice à thé, écri­toire por­ta­tive, bague, ma­nus­crit mi­nia­ture, robes…). La salle à man­ger, au coeur de la vie des Brontë pour les re­pas, le thé, la bro­de­rie, la cou­ture, la lec­ture, l’écri­ture ou les vi­sites, est la pièce maî­tresse. C’est de là que jaillirent Jane Eyre ou Les Hauts de Hur­levent.■

L’autre fa­cette de Blixen, plus bo­hème, celle de Out of Afri­ca, se dé­couvre Ke­nya» au

La chambre de Ka­ren Blixen, dans sa mai­son de la ban­lieue de Nai­ro­bi.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.