Le spectre d’une nou­velle « jungle » près de Dun­kerque

La po­lice alerte sur la pré­sence de plus en plus im­por­tante de mi­grants dans un « bi­don­ville im­pro­vi­sé » à Steen­voorde.

Le Figaro - - SOCIÉTÉ - JEAN-MARC LE­CLERC @le­clerc­jm

IM­MI­GRA­TION Dé­jà 120 tentes ré­per­to­riées, avec plus de 400 oc­cu­pants. C’est un cam­pe­ment qui ne cesse de croître, à rai­son d’une di­zaine d’ar­ri­vées par jour. Une nou­velle « jungle » de Ca­lais est-elle en train de naître à Steen­voorde, à une tren­taine de ki­lo­mètres au sud de Dun­kerque, dans le Nord? Le bu­reau lo­cal du syn­di­cat Un­sa-Po­lice alerte, en tout cas, sur « l’hy­giène et la sa­lu­bri­té pu­blique dé­plo­rables dans ce bi­don­ville im­pro­vi­sé ». Il a émer­gé en quelques jours dans le bois joux­tant l’aire de re­pos de Saint-Laurent sur l’au­to­route A25, entre Lille et Dun­kerque.

« Après la fer­me­ture de la “jungle” de Ca­lais, puis l’in­cen­die du camp de Grande-Synthe, en avril der­nier, ce qui était pré­vi­sible s’est pro­duit : des mi­grants déplacés dans d’autres dé­par­te­ments re­viennent dans la ré­gion », as­sure un re­pré­sen­tant de ce syn­di­cat bien im­plan­té chez les CRS. Se­lon lui, « les ré­seaux de pas­seurs ont peut-être pro­fi­té de la re­la­tive confu­sion qui a pu ré­gner du­rant la pé­riode élec­to­rale pour pous­ser l’avan­tage et per­mettre l’im­plan­ta­tion d’un point de fixa­tion pour les clan­des­tins. » Une chose est cer­taine, pour­suit-il : «Le contrôle et la fer­me­ture du camp de Steen­voorde sont de la res­pon­sa­bi­li­té des mi­grants eux-mêmes, et ce qui s’y passe de­vient de plus en plus opaque. Or c’est comme ce­la que la “jungle” a com­men­cé… »

À en croire les po­li­ciers du dé­ta­che­ment CRS de Saint-Omer, mais aus­si de la po­lice aux fron­tières (PAF) lo­cale, « beau­coup de ré­si­dents de ce camp im­pro­vi­sé sont des jeunes qui re­viennent des centres d’ac­cueil et d’orientation (CAO) où les au­to­ri­tés les avaient orien­tés, du temps de Ber­nard Ca­ze­neuve. »

Un autre camp, plus mo­deste, a aus­si vu le jour à Norrent-Fontes (Pasde-Ca­lais), en bor­dure de l’au­to­route A26. Les mi­grants es­pèrent ain­si pou­voir grim­per, à la nuit tom­bée, dans des ca­mions en par­tance pour la Grande-Bre­tagne. Il y a quelques mois, sur les mêmes au­to­routes, des mi­grants avaient créé à plu­sieurs re­prises des barrages en­flam­més pour stop­per des vé­hi­cules et s’y in­tro­duire de force.

La po­lice a pu consta­ter, dans les en­vi­rons de ces deux cam­pe­ments, la pré­sence de vé­hi­cules vo­lés près des sec­teurs où sont im­plan­tés des CAO, no­tam­ment ceux de l’est de la France ou de la ré­gion lyon­naise.

Se­lon l’Un­sa, le cam­pe­ment de Steen­voorde re­pré­sente dé­jà 10 % de la po­pu­la­tion de la ville. Le syn­di­cat po­li­cier re­doute que des in­ci­dents se pro­duisent. Comme lun­di soir, à Ca­lais, où une rixe im­pli­quant une soixan­taine d’Éthio­piens et d’Éry­thréens a écla­té près de la zone in­dus­trielle des Dunes où ont lieu les dis­tri­bu­tions de re­pas.

Pour l’heure, les au­to­ri­tés pré­fec­to­rales peinent à éloi­gner les étran­gers en si­tua­tion ir­ré­gu­lière dans la ré­gion, alors que les fonc­tion­naires de la PAF du lit­to­ral nord doivent faire face à une nou­velle vague mi­gra­toire. Les forces de l’ordre ont ain­si réa­li­sé plus de 8 000 in­ter­pel­la­tions sur les quatre pre­miers mois de l’an­née.

L’Un­sa-Po­lice ré­clame « un ren­fort consé­quent d’ef­fec­tifs tant pour les CRS au­to­rou­tiers que pour la po­lice aux fron­tières ». Le dos­sier de l’im­mi­gra­tion n’au­ra pas mis bien long­temps à se rap­pe­ler au bon sou­ve­nir du nou­veau mi­nistre de l’In­té­rieur, Gé­rard Col­lomb.

PHI­LIPPE HUGUEN/AFP

Le cam­pe­ment de Steen­voorde a émer­gé en quelques jours.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.