Le Ra­cing 92 doit en­fin te­nir son rang

Après une sai­son mar­quée par les af­faires, le cham­pion de France dé­fie Mont­pel­lier en barrages.

Le Figaro - - SPORT - AR­NAUD COUDRY @Ar­naudCou­dry

RUG­BY Un vé­ri­table par­cours du com­bat­tant. Dans la fou­lée du bou­clier de Bren­nus sou­le­vé au Camp Nou contre Tou­lon, le Ra­cing a connu une sai­son cau­che­mar­desque. Un exer­cice mar­qué par les af­faires ex­tra­spor­tives. En­chaî­ne­ment des tem­pêtes. On ré­sume les épi­sodes : cor­ti­coïdes (Car­ter, Ro­ko­co­ko et Im­hoff blan­chis), hi­gé­na­mine (Du­lin et Nyan­ga blan­chis), fuite de Goo­sen en Afrique du Sud, ar­res­ta­tion de Car­ter en état d’ivresse, puis d’Ali Williams en pos­ses­sion de co­caïne et, en­fin, le gros mor­ceau, la fu­sion avor­tée avec le Stade Fran­çais. Dans ces condi­tions d’in­sta­bi­li­té per­ma­nente, les ré­sul­tats ont été souf­fre­teux et chao­tiques (éli­mi­na­tion de la Coupe d’Eu­rope au pre­mier tour)… Avec, lors de la der­nière jour­née, un suc­cès in ex­tre­mis contre Bor­deaux-Bègles (22-20), la pré­sence des Fran­ci­liens en phase fi­nale, op­po­sés à Mont­pel­lier en bar­rage, est un pe­tit mi­racle, un jo­li tour de force.

«Il ne faut pas ou­blier que notre che­min a été par­se­mé d’em­bûches. De grosses em­bûches. D’autres groupes se se­raient peut-être ef­fon­drés, voire au­raient écla­té… On a mon­tré que ce groupe est so­li­daire, tou­jours de­bout », rap­pe­lait ré­cem­ment Laurent Tra­vers, l’en­traî­neur des avants. Dé­sor­mais, le Ra­cing, pré­sent pour la hui­tième fois consé­cu­tive en phase fi­nale de­puis son re­tour dans l’élite en 2009-2010, n’a plus rien à perdre. « L’ob­jec­tif prin­ci­pal était d’ar­ri­ver en phase fi­nale et main­te­nant, tout peut ar­ri­ver, in­siste l’ou­vreur star Dan Car­ter, qui a connu de sé­rieuses tur­bu­lences cette an­née. On veut al­ler en­core plus loin. Il faut y croire, c’est un énorme dé­fi pour nous. »

Sur­tout, les Ciel-et-Blanc ont été sé­rieu­se­ment fes­sés lors de leurs deux der­niers pas­sages dans l’Hé­rault. Cau­che­mars à l’Al­trad Stadium (an­cien­ne­ment Yves-du-Ma­noir) : 7-60, en mars 2016, puis 3-54, le 22 avril der­nier. Certes, avec des équipes re­ma­niées… Dans la fou­lée de la fu­sion avor­tée qui avait dé­clen­ché la co­lère du pré­sident mont­pel­lié­rain, la ve­nue des Fran­ci­liens avait été hou­leuse : ban­de­roles contre Ja­cky Lo­ren­zet­ti et Paul Goze, vio­lente saillie de Laurent La­bit contre Mo­hed Al­trad. « C’est un match de phase fi­nale, le contexte et les en­jeux ne sont pas du tout les mêmes, dé­dra­ma­tise l’en­traî­neur des trois-quarts fran­ci­liens. C’est très dif­fi­cile de jouer un match de phase fi­nale chez soi. On va es­sayer d’uti­li­ser nos forces. »

Les Ra­cing­men, qui pour ce bar­rage ont été en stage à cô­té de Per­pi­gnan, vont de­voir re­trou­ver l’ap­pé­tit et la force de frappe qui leur avaient per­mis de dis­pu­ter deux fi­nales l’an der­nier (dé­faits en fi­nale de la Cham­pions Cup contre les Sa­ra­cens). Évi­ter les sautes de concen­tra­tion et d’ef­fi­ca­ci­té qui ont été ré­gu­lières cette sai­son. Ar­ri­ver à ali­gner deux mi-temps du même aca­bit. « On a en­vie d’exis­ter cette an­née mal­gré tout ce qu’il s’est pas­sé. On est dans une po­si­tion d’out­si­ders », in­siste le pi­lier in­ter­na­tio­nal Ed­dy Ben Arous. Les Ciel-et-Blanc pour­ront se sou­ve­nir qu’en 2014, ils avaient pri­vé Tou­louse de de­mi-fi­nales en al­lant s’im­po­ser à ce stade de la com­pé­ti­tion à Er­nestWal­lon (21-16). Seules deux autres équipes (Mont­pel­lier à Castres en 2011 et Castres à Clermont en 2014) ont réus­si à s’im­po­ser à l’ex­té­rieur, sur 14 barrages dis­pu­tés de­puis 2010.

Le MHR, de­mi-fi­na­liste l’an der­nier battu par Tou­lon, sait qu’il af­fron­te­ra sa­me­di une équipe ra­di­ca­le­ment dif­fé­rente, qui n’a plus rien à perdre. Pour Laurent La­bit : « Le Ra­cing de­vra dé­jouer les pro­nos­tics, puisque Mont­pel­lier se­ra le grand fa­vo­ri. » « Ils ont prou­vé leur force de ca­rac­tère et vont vou­loir dé­fendre leur titre. Ce se­ra une bête bles­sée très dan­ge­reuse, met en garde le de­mi de mê­lée mont­pel­lié­rain, Be­noît Paillaugue. Le Ra­cing pos­sède de grands joueurs. » Plu­sieurs d’entre eux ont une re­vanche à prendre, no­tam­ment Dan Car­ter, qui semble re­trou­ver ses moyens au meilleur mo­ment. Les grands joueurs ré­pondent tou­jours pré­sents dans les grands matchs veut l’adage. Ce mo­ment est (en­fin) ve­nu. Top 14, bar­rage, sa­me­di (17h, Ca­nal +) Mont­pel­lier-Ra­cing 92.

FRANCK FIFE/AFP

L’ou­vreur du Ra­cing 92, Dan Car­ter, échappe aux pla­cages bor­de­lais pour ins­crire un es­sai, le 6 mai à Co­lombes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.