Villes et dé­par­te­ments re­lâchent la pres­sion fis­cale

Les maires ont aug­men­té la taxe d’ha­bi­ta­tion et la taxe fon­cière de 0,1 % cette an­née. La fis­ca­li­té lo­cale des en­tre­prises a pro­gres­sé plus for­te­ment.

Le Figaro - - ECONOMIE - ÈCAEN QUI RIT, LI­MOGES QUI PLEURE èTAXE D’HA­BI­TA­TION : LA RÉ­FORME SE PRÉ­PARE

Ce n’est pas en­core la « pause fis­cale», mais on s’en rap­proche. Cette an­née, les grandes villes et les dé­par­te­ments ont su se mon­trer plus rai­son­nables en ma­tière d’im­pôts lo­caux. C’est du moins ce qui res­sort de la der­nière étude du Fo­rum pour la ges­tion des villes, ré­vé­lée par Le Figaro. Les taux de taxes d’ha­bi­ta­tion et fon­cière n’ont, en moyenne, été aug­men­tés que de 0,1 % cette an­née, après 1 % en 2016 et 1,8 % en 2015. Les en­tre­prises sont moins à la fête. Le taux de la contri­bu­tion fon­cière des en­tre­prises a aug­men­té de 0,5% en 2017, après 1,1 % en 2016. Les dé­par­te­ments se sont mon­trés moins gour­mands que l’an­née pas­sée. Ils n’ont aug­men­té leur taux de taxe fon­cière que de 0,6 % en moyenne… après un bond de plus de 5% en 2016. Si les élus lo­caux ont moins ac­tion­né le le­vier fis­cal cette an­née, c’est parce qu’ils en­tament leur deuxième moi­tié de man­dat. Une pé­riode du­rant la­quelle ils se montrent fis­ca­le­ment plus pru­dents.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.