Cen­sure du Conseil consti­tu­tion­nel coû­teuse pour l’État

Le Figaro - - ECONOMIE -

Le Conseil consti­tu­tion­nel a in­va­li­dé ven­dre­di le mode de cal­cul de la co­ti­sa­tion sur la va­leur ajou­tée (CVAE) des groupes fis­ca­le­ment in­té­grés. Cette dé­ci­sion ré­joui­ra les quelque 9000 en­tre­prises qui ont fait des ré­cla­ma­tions sur le su­jet, pour un mon­tant es­ti­mé à 130 mil­lions d’eu­ros lors de l’au­dience en avril. La fac­ture pour l’État de­vrait tou­te­fois for­te­ment aug­men­ter. Le Conseil consti­tu­tion­nel laisse en ef­fet la porte ou­verte à de nou­velles ré­cla­ma­tions de la part des groupes, por­tant sur les an­nées non pres­crites, c’est-à-dire 2015 et 2016. Cer­tains avancent que ce conten­tieux de masse pour­rait coû­ter au to­tal, avec les in­té­rêts mo­ra­toires, en­vi­ron 750 mil­lions d’eu­ros aux fi­nances pu­bliques. De plus, la dé­ci­sion du Conseil consti­tu­tion­nel s’ap­plique im­mé­dia­te­ment. De quoi creu­ser un trou dans les fi­nances pu­bliques, alors que les re­cettes de CVAE liées aux groupes fis­ca­le­ment in­té­grés re­pré­sentent 340 mil­lions d’eu­ros par an. Sai­si d’une ques­tion prio­ri­taire de consti­tu­tion­na­li­té (QPC), le Conseil consti­tu­tion­nel es­time que les groupes fis­ca­le­ment in­té­grés - qui règlent l’im­pôt pour leurs fi­liales éga­le­ment - sont dé­fa­vo­ri­sés par le cal­cul de la CVAE. Il en ré­sulte en ef­fet que le taux d’im­po­si­tion qui leur est ap­pli­qué est su­pé­rieur à ce­lui dont bé­né­fi­cient les autres groupes. Nombre de pe­tites fi­liales se­raient en ef­fet exo­né­rées de CVAE si elles fai­saient par­tie d’un groupe non fis­ca­le­ment in­té­gré. «Si cette dé­ci­sion était at­ten­due pour ré­ta­blir le droit et l’éga­li­té des en­tre­prises, elle sou­ligne une nou­velle fois le manque de sé­cu­ri­té ju­ri­dique et fis­cale si cru­cial pour les ac­teurs éco­no­miques », ana­lyse Gaëlle Me­nu-Le­jeune, avo­cate as­so­ciée au ca­bi­net Fi­dal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.