LE CSA RE­ÇOIT UNE AVA­LANCHE DE PLAINTES CONTRE CY­RIL HA­NOU­NA

L’ani­ma­teur de « Touche pas à mon poste ! » sur C8 cu­mule en une seule jour­née plus de si­gna­le­ments que sur toute l’an­née 2016, après un ca­nu­lar ju­gé ho­mo­phobe.

Le Figaro - - ECONOMIE - CA­RO­LINE SALLÉ @ca­ro­li­ne­salle

PO­LÉ­MIQUE Cy­ril Ha­nou­na, cham­pion des dé­ra­pages à la té­lé­vi­sion… Les rap­pels à l’ordre ont beau se mul­ti­plier, le pré­sen­ta­teur de « Touche pas à mon poste ! » ne semble pas vrai­ment s’en sou­cier. Jeu­di soir, l’ani­ma­teur star de C8 l’a en­core dé­mon­tré. Le tru­blion du PAF a mis au point un ca­nu­lar té­lé­pho­nique tour­nant en dé­ri­sion les ho­mo­sexuels.

À l’an­tenne, Ha­nou­na prend une voix ef­fé­mi­née pour ré­pondre aux ap­pels sus­ci­tés par une pe­tite an­nonce pos­tée peu avant sur In­ter­net et se moque de ses in­ter­lo­cu­teurs. Hi­la­ri­té gé­né­rale sur le pla­teau. Mais tol­lé sur les ré­seaux so­ciaux, où de nom­breux té­lé­spec­ta­teurs jugent la sé­quence ou­ver­te­ment ho­mo­phobe. La vague d’in­di­gna­tion se trans­forme ra­pi­de­ment en ava­lanche de plaintes. Tout au long de la jour­née de ven­dre­di, elles dé­ferlent au­près du Conseil su­pé­rieur de l’au­dio­vi­suel, jus­qu’à dé­pas­ser la barre des 8 600 si­gna­le­ments vers 20 heures ven­dre­di. C’est plus, en une seule jour­née, que le nombre de plaintes cu­mu­lées par « TPMP » du­rant toute l’an­née 2016…

De­puis plu­sieurs mois, Cy­ril Ha­nou­na est très clai­re­ment dans le col­li­ma­teur du gen­darme de l’au­dio­vi­suel. Le CSA a sor­ti un pre­mier carton jaune en no­vembre. Une sé­quence dans la­quelle l’un de ses lieu­te­nants em­bras­sait la poi­trine d’une jeune femme contre son gré a va­lu à la chaîne en clair du groupe Ca­nal + une pre­mière mise en de­meure. Mo­tif : l’émis­sion vé­hi­cu­lait des pré­ju­gés sexistes et pré­sen­tait une image dé­gra­dante de la femme. Mais l’ani­ma­teur a fait fi de cet avertissement. Quelques jours plus tard, il de­man­dait à sa chro­ni­queuse Ca­pu­cine Anav de tou­cher son en­tre­jambe. Puis­qu’il y avait ré­ci­dive sur les mêmes fon­de­ments ju­ri­diques, le ré­gu­la­teur a sai­si le rap­por­teur in­dé­pen­dant du Conseil d’État, Ré­gis Fraisse, afin d’en­ga­ger une pro­cé­dure de sanc­tion. Ce n’était pas la pre­mière. C8 avait dé­jà fait l’ob­jet d’une mise en de­meure sur le ter­rain cette fois du res­pect de la per­sonne hu­maine, dos­sier éga­le­ment trans­mis au rap­por­teur in­dé­pen­dant. Ce der­nier est en train d’ins­truire les deux af­faires, mais les choses traînent. Ce­la fait près de six mois que les dos­siers sont sur le bu­reau de Ré­gis Fraisse, et, pour l’heure, au­cune sanc­tion n’a été pro­non­cée, confor­tant sans doute Cy­ril Ha­nou­na dans son sen­ti­ment d’im­pu­ni­té. Le CSA, de son cô­té, se re­trouve pieds et poings liés, puis­qu’il est sus­pen­du à la dé­ci­sion du rap­por­teur, qui se fait at­tendre.

En at­ten­dant, le ras-le-bol des té­lé­spec­ta­teurs s’am­pli­fie. Entre 2012 et 2015, « Touche pas à mon poste ! » n’avait en­gen­dré que 74 si­gna­le­ments au­près du CSA. L’an der­nier, en 2016, ce chiffre bon­dis­sait à 6 444. Et de­puis le dé­but de l’an­née, près de 9 000 plaintes ont été en­re­gis­trées à l’en­contre de l’émis­sion.

Réunion de crise à Ca­nal +

Du cô­té de la chaîne, on tente d’éteindre l’in­cen­die. « Une réunion d’ur­gence s’est te­nue ven­dre­di ma­tin avec Cy­ril Ha­nou­na, ses pro­duc­teurs et la di­rec­tion de Ca­nal+. Nous avons pris la me­sure de l’émo­tion sus­ci­tée. La sé­quence, dif­fu­sée après 22 heures, n’a ja­mais eu pour in­ten­tion de bles­ser qui­conque et Cy­ril Ha­nou­na s’en ex­pli­que­ra ven­dre­di soir à l’an­tenne », ex­plique Gé­raldB­rice Vi­ret, le di­rec­teur gé­né­ral des an­tennes de Ca­nal +.

Ce­la suf­fi­ra-t-il ? La chaîne en clair du groupe Ca­nal+, pro­prié­té de Vincent Bol­lo­ré, risque gros, en théo­rie. L’ar­se­nal des sanc­tions com­porte l’amende, à hau­teur de 3 % du chiffre d’af­faires de C8, la suppression du di­ver­tis­se­ment, voire l’in­ter­dic­tion pure et simple d’émettre. Or Cy­ril Ha­nou­na ras­semble en moyenne 1,5 mil­lion de té­lé­spec­ta­teurs tous les soirs en ac­cess et concentre à lui tout seul la ma­jo­ri­té des re­cettes pu­bli­ci­taires de la chaîne. Pas sûr que Vincent Bol­lo­ré, qui a in­ves­ti 250 mil­lions d’eu­ros sur cinq ans dans la so­cié­té de pro­duc­tion de Cy­ril Ha­nou­na, voie d’un bon oeil le dé­raille­ment de sa lo­co­mo­tive publicitaire…

CY­RILLE GEORGE JERUSALMI/C8

Cy­ril Ha­nou­na, jeu­di soir, sur le pla­teau de l’émis­sion « Touche pas à mon poste ! ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.