« La Pro­vence » à l’abri de l’af­faire Tapie

L’homme d’af­faires af­firme que le quo­ti­dien ne par­ti­ci­pe­ra pas à son plan de rem­bour­se­ment.

Le Figaro - - MÉDIAS ET PUBLICITÉ - CH­LOÉ WOITIER @W_Ch­loe

PRESSE La Pro­vence ne de­vrait pas être tou­chée par la condam­na­tion dé­fi­ni­tive de Ber­nard Tapie à res­ti­tuer les 404 mil­lions d’eu­ros oc­troyés en 2008 dans le li­tige qui l’op­pose de­puis les an­nées 1990 au Cré­dit lyon­nais. L’homme d’af­faires, pro­prié­taire du quo­ti­dien de­puis 2012, a pris ses pré­cau­tions pour que le jour­nal ne pâ­tisse pas de ses en­nuis ju­di­ciaires.

Dé­voi­lé par Le Ca­nard en­chaî­né et Mé­dia­part, un plan de rem­bour­se­ment, sur le­quel se pro­non­ce­ra le tri­bu­nal de com­merce le 6 juin, pré­voit la res­ti­tu­tion in­té­grale des 404 mil­lions d’eu­ros, mais éche­lon­né et pro­gres­sif sur sept ans. La Pro­vence contri­bue­rait au fi­nan­ce­ment du plan de sau­ve­garde grâce au ver­se­ment de di­vi­dendes à son prin­ci­pal ac­tion­naire. « L’ac­tuel pro­jet vise à dé­ve­lop­per cet ac­tif in­dus­tiel dont la va­lo­ri­sa­tion de­vrait consi­dé­ra­ble­ment aug­men­ter dans les an­nées à ve­nir », in­dique le do­cu­ment. Il évoque éga­le­ment des « ces­sions par­tielles du ca­pi­tal au fur et à me­sure du développement du groupe ».

« Le jour­nal La Pro­vence n’est pas concer­né par le rem­bour­se­ment des 404 mil­lions d’eu­ros, ni de près ni de loin », a ré­agi Ber­nard Tapie au­près de France Bleu Pro­vence. « Il n’y a pas de sou­ci à avoir pour des gens qui ne sont pas en dan­ger », a-t-il ajou­té à l’at­ten­tion des plus de 800 sa­la­riés du groupe de presse.

L’op­tion Ne­thys

L’homme d’af­faires a évo­qué à plu­sieurs re­prises le bou­clier que consti­tuait pour le jour­nal la pré­sence d’un deuxième ac­tion­naire. Fin 2015, Ber­nard Tapie a fait en­trer le belge Ne­thys, qui dé­tient 11 % du ca­pi­tal, afin de dé­ve­lop­per des sy­ner­gies. Cet ac­teur ins­ti­tu­tion­nel belge est pré­sent dans l’éner­gie, les té­lé­coms mais aus­si la presse belge avec L’Ave­nir. Se­lon un pacte d’ac­tion­naires, Ne­thys peut mon­ter jus­qu’à 34 % du ca­pi­tal, voire 49 % se­lon cer­taines sources. En cas de ces­sion des parts de Ber­nard Tapie, ces der­nières au­raient donc un ache­teur na­tu­rel. Ne­thys dé­tient éga­le­ment 20 % de Nice-Ma­tin. Il a la pos­si­bi­li­té de de­ve­nir ma­jo­ri­taire à par­tir de 2018.

La Pro­vence a été re­dres­sée sous l’im­pul­sion de son ex-PDG, Claude Per­rier. Après des an­nées de fortes pertes, La Pro­vence a dé­ga­gé en 2016 3,4 mil­lions d’eu­ros d’ex­cé­dent brut d’ex­ploi­ta­tion, pour un ré­sul­tat net de 1,8 mil­lion d’eu­ros. Claude Per­rier, dé­mis­sion­naire, vient d’être rem­pla­cé par JeanCh­ris­tophe Ser­fa­ti. Autre re­cru­te­ment mé­dia­tique, Franz-Oli­vier Gies­bert, nom­mé di­rec­teur éditorial char­gé des pro­jets.

« Il n’y a pas de sou­ci à avoir pour des per­sonnes qui ne sont pas dan­ger» en BER­NARD TAPIE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.