Très forte hausse des créa­tions d’em­ploi de­puis un an

Près de 100 000 em­plois ont été créés. Cette em­bel­lie concerne tous les sec­teurs.

Le Figaro - - LA UNE - ANNE CHEYVIALLE @An­neC­hey­vialle

Les en­tre­prises fran­çaises ont créé 91 700 em­plois au deuxième tri­mestre, un re­cord de­puis près d’une dé­cen­nie. Tous les sec­teurs, y com­pris la construc­tion, pro­fitent de cette em­bel­lie. Seule ex­cep­tion, l’in­dus­trie, qui est très lé­gè­re­ment dans le rouge (- 600). En un an, le sec­teur pri­vé a créé 291 900 em­plois sa­la­riés.

SO­CIAL Les der­niers chiffres le confirment : ça va de mieux en mieux en France sur le front de l’em­ploi. Le deuxième tri­mestre a connu un net coup d’ac­cé­lé­ra­teur avec 91 700 créa­tions de poste dans le sec­teur pri­vé après 57 700 sur les trois pre­miers mois de l’an­née. Il faut re­mon­ter à plus de dix ans, avant la crise de 2007, pour re­trou­ver une même dy­na­mique. Sur­tout, l’em­bel­lie est in­in­ter­rom­pue de­puis onze tri­mestres. Sur un an, le sec­teur pri­vé a créé 291 900 em­plois sa­la­riés, ce qui re­pré­sente une hausse de 1,5 %, pour at­teindre 19,2 mil­lions. Ces créa­tions se tra­duisent par une baisse du chô­mage, conti­nue de­puis mi-2015, qui s’est éta­bli au pre­mier tri­mestre à 9,3 %, se­lon les don­nées de l’In­see.

Autre bonne nou­velle, sou­ligne Em­ma­nuel Jes­sua, di­rec­teur des études de COE-Rexe­code, « l’amé­lio­ra­tion est gé­né­rale et concerne tous les sec­teurs d’ac­ti­vi­té. Il y a une re­prise dans la construc­tion et une ré­duc­tion des des­truc­tions d’em­ploi dans l’in­dus­trie ». Après une nou­velle baisse de 0,2 % en dé­but d’an­née, l’em­ploi in­dus­triel s’est en ef­fet sta­bi­li­sé tan­dis que la hausse dans la construc­tion at­teint 0,4 %. Les ser­vices mar­chands, en pro­gres­sion qua­si constante de­puis fin 2013, res­tent le sec­teur le plus dy­na­mique : ils ont contri­bué à la créa­tion de 52300 de postes. La dy­na­mique se pour­suit éga­le­ment pour l’em­ploi in­té­ri­maire qui at­teint un re­cord, dé­pas­sant la barre des 700000 sa­la­riés. Entre avril et juin, 27700 per­sonnes ont été em­bau­chées en in­té­rim, soit un to­tal sur un an de 106 000.

Re­gain de confiance des chefs d’en­tre­prise

Cette em­bel­lie re­flète la meilleure san­té de l’éco­no­mie fran­çaise, qui a pro­gres­sé de 0,5 % sur les deux pre­miers tri­mestres de l’an­née et qui au­gure une crois­sance an­nuelle de 1,6 %. Le pays n’avait pas connu un tel rythme de­puis 2011. L’em­ploi pro­fite aus­si de la bonne conjonc­ture in­ter­na­tio­nale, en par­ti­cu­lier de la zone eu­ro. Par ailleurs, « les me­sures éco­no­miques ont pro­ba­ble­ment joué », ex­plique l’ex­pert de COE-Rexe­code, fai­sant ré­fé­rence à la po­li­tique d’offre mise en place à par­tir de 2014 par Fran­çois Hol­lande. « Ain­si, les al­lé­ge­ments de charges dans le cadre du pacte de res­pon­sa­bi­li­té ont sans doute eu un im­pact sur les com­por­te­ments d’em­bauche », pré­cise-t-il.

Autre me­sure phare, la prime à l’em­bauche dans les PME mise en place en jan­vier 2016 sur les bas sa­laires qui pou­vait créer, se­lon COE-Rexe­code, 50 000 em­plois. Le dis­po­si­tif a pris fin dé­but juillet. « Il risque d’y avoir un contre­coup dans l’autre sens », re­marque Em­ma­nuel Jes­sua. En outre, l’ef­fet di­rect du pacte de res­pon­sa­bi­li­té sur les créa­tions est peut-être aus­si ar­ri­vé à son maxi­mum. « Ques­tion plus cru­ciale pour l’ave­nir, s’in­ter­roge-t-il, est-ce que ces me­sures de res­tau­ra­tion des marges des en­tre­prises, qui ont per­mis une re­prise de l’in­ves­tis­se­ment, au­ront un ef­fet plus struc­tu­rel ? » En d’autres termes, per­met­tront-elles d’en­clen­cher un cercle ver­tueux qui les ai­de­ra à amé­lio­rer leur com­pé­ti­ti­vi­té et ain­si à re­ga­gner des parts de mar­ché. Les en­tre­prises tri­co­lores ont ac­cu­mu­lé un dé­fi­cit de com­pé­ti­ti­vi­té sur la der­nière dé­cen­nie.

La planche de sa­lut vien­dra-telle de la ré­forme du Code du tra­vail, que le gou­ver­ne­ment veut bou­cler avant le 21 sep­tembre, qui vise à flexi­bi­li­ser le mar­ché du tra­vail. « C’est clai­re­ment le mo­ment idéal pour le faire, quand la dy­na­mique éco­no­mique est po­si­tive », ana­lyse Em­ma­nuel Jes­sua.

En at­ten­dant, les dé­cla­ra­tions d’em­bauche battent des re­cords, elles ont dé­pas­sé pour la pre­mière fois les 2 mil­lions au deuxième tri­mestre. « Cette si­tua­tion va cer­tai­ne­ment se pro­lon­ger, on va avoir dans les mois qui viennent une baisse si­gni­fi­ca­tive du chô­mage », pré­dit l’éco­no­miste Phi­lippe Waech­ter de Na­tixis. À l’appui, le re­gain de confiance des chefs d’en­tre­prise, do­pée par les bons in­di­ca­teurs éco­no­miques, en par­ti­cu­lier la consom­ma­tion, et confor­té par l’élec­tion d’Em­ma­nuel Ma­cron.

BOGGY/STOCK.ADOBE.COM

Les ser­vices mar­chands, en pro­gres­sion qua­si constante de­puis fin 2013, res­tent le sec­teur le plus dy­na­mique : ils ont contri­bué à la créa­tion de 52 300 de postes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.