Pa­ris et Ber­lin cherchent la bonne prime à la casse

Outre-Rhin, les construc­teurs paie­ront le coup de pouce aux ache­teurs.

Le Figaro - - LA UNE - EM­MA­NUEL EGLOFF @ee­gloff

AUTOMOBILE En sep­tembre, Ni­co­las Hu­lot doit dé­voi­ler les contours de la nou­velle prime à la casse que le gou­ver­ne­ment sou­haite mettre en place. L’ob­jec­tif est clair : ac­cé­lé­rer la mise au re­but des voi­tures die­sels les plus pol­luantes. Il s’agit, for­cé­ment, des plus an­ciennes. L’Al­le­magne vient d’éta­blir un cons­tat iden­tique. Et la so­lu­tion adop­tée se rap­proche de celle choi­sie par la France, puis­qu’il s’agit, là aus­si, de mettre en place une prime à la casse pour remplacer les vieux die­sels. Mais il existe une dif­fé­rence fon­da­men­tale : ce sont di­rec­te­ment les construc­teurs qui la met­tront en place et, plus im­por­tant, la fi­nan­ce­ront.

Volks­wa­gen, BMW et Daim­ler l’ont ac­cep­té à l’is­sue du som­met or­ga­ni­sé par le gou­ver­ne­ment al­le­mand le 2 août dans le but de sau­ver le die­sel en Al­le­magne. Et les construc­teurs n’ont pas tar­dé à joindre les actes aux pa­roles.

Volks­wa­gen vient ain­si d’an­non­cer la mise en place d’aides consé­quentes, pou­vant at­teindre un maxi­mum de 10 000 eu­ros. Le groupe de Wolf­sburg fait va­rier ce mon­tant en fonc­tion du mo­dèle ache­té. Pour une pe­tite Up!, Volks­wa­gen offre 2 000 eu­ros de prime. Pour une Golf, elle at­teint 5 000 eu­ros. Et pour une grande Pas­sat, elle grimpe à 10 000 eu­ros. Et un bo­nus peut être ac­cor­dé si l’ache­teur opte pour une pro­pul­sion al­ter­na­tive (gaz, hy­bride ou élec­trique). Le mon­tant des aides est plus faible chez BMW - 2 000 eu­ros - mais l’offre s’ap­plique à toute l’Eu­rope. Daim­ler fait éga­le­ment une pro­po­si­tion à tous ses clients eu­ro­péens, mais fait va­rier le mon­tant de la prime entre Mer­cedes (2 000 eu­ros) et Smart (1 000 eu­ros).

Ca­li­brage dif­fi­cile

La vo­lon­té du gou­ver­ne­ment al­le­mand de faire por­ter le risque par les construc­teurs semble ju­di­cieuse, tant le juste ca­li­brage d’une telle me­sure est dif­fi­cile pour un État. En France, le pré­cé­dent gou­ver­ne­ment avait mis en place une aide de 500 eu­ros pour l’achat de cer­taines voi­tures d’oc­ca­sion. Le bud­get était éta­bli pour 34 000 de­mandes par an. Pour 2016, dans son der­nier rap­port, la Cour des comptes en a re­cen­sé… quatre.

Ce qui n’em­pêche pas le mi­nis­tère de l’Éco­lo­gie de tra­vailler sur son pro­jet. Se­lon Les Échos du 11 août, il por­te­rait sur une prime de 1 000 eu­ros pour tout ache­teur d’une voi­ture neuve met­tant au re­but un vieux die­sel, une somme pou­vant être por­tée à 2 000 eu­ros sous condi­tion de res­source.

Ce dis­po­si­tif, s’il est adop­té en l’état, ne semble pas être une ga­ran­tie de suc­cès. En France, l’ache­teur de voi­ture neuve au­jourd’hui est soit une en­tre­prise, soit un par­ti­cu­lier âgé en moyenne de 56 ans, et as­sez ai­sé. Ce n’est pas du tout la cible du dis­po­si­tif, qui concerne des mé­nages mo­destes dis­po­sant d’un vé­hi­cule an­cien.

Comme le rap­pe­lait, fin juillet, Ber­nard Jul­lien, pro­fes­seur à l’uni­ver­si­té de Bor­deaux et spé­cia­liste de l’automobile : « pour un mé­nage qui ac­quiert d’or­di­naire un vé­hi­cule d’oc­ca­sion de plus de 15 ans au­tour de 2 000 eu­ros, pas­ser à la norme Eu­ro 5 si­gni­fie ac­qué­rir un vé­hi­cule im­ma­tri­cu­lé après le 1er jan­vier 2011 pour le­quel il fau­drait qu’il puisse payer au moins 7 000 eu­ros. »

Une prime de 1 000 eu­ros ne lui per­met­tra pas de ren­trer dans son bud­get. L’aide de 2 000 eu­ros pour­rait être plus in­té­res­sante. Mais là, le pro­blème pour­rait ve­nir de son suc­cès : 500 000 ventes an­nuelles re­pré­sen­te­raient un poids pour le bud­get de l’État d’un mil­liard d’eu­ros. Or, le gou­ver­ne­ment sou­haite que ce dis­po­si­tif soit fi­nan­cé par le sys­tème du bo­nus-ma­lus. L’an der­nier, il avait dé­ga­gé 30 mil­lions d’eu­ros de bé­né­fice. De quoi ac­cor­der 30 000 primes de 1000 eu­ros. Le parc automobile fran­çais compte en­vi­ron 30 mil­lions de vé­hi­cules. À ce rythme, il fau­dra donc 1 000 an­nées pour le re­nou­ve­ler com­plè­te­ment.

STOCK.ADOBE.COM

L’ob­jec­tif de cette prime est clair : ac­cé­lé­rer la mise au re­but des voi­tures die­sels les plus pol­luantes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.