PÉ­KIN CENSURE LES RÉ­SEAUX SO­CIAUX

Le Figaro - - ECONOMIE - A. D.

À quelques mois du 19e con­grès du Par­ti com­mu­niste, qui se tien­dra cet au­tomne, Pé­kin ne fait pas dans la de­mi-me­sure. Ven­dre­di, le gou­ver­ne­ment a an­non­cé qu’il ou­vrait une en­quête contre les trois ré­seaux so­ciaux les plus po­pu­laires de Chine : la mes­sa­ge­rie We­chat, le site de mi­cro­blog­ging Wei­bo et le mo­teur de re­cherche Bai­du. Se­lon Pé­kin, ces trois ac­teurs ma­jeurs d’In­ter­net dans le pays au­raient vio­lé la nou­velle loi sur la cy­ber­sé­cu­ri­té en pu­bliant des « conte­nus illi­cites » qui « mettent en dan­ger la sé­cu­ri­té na­tio­nale », a rap­por­té le South Chi­na Mor­ning Post. Le gou­ver­ne­ment de l’em­pire du Mi­lieu n’a pas per­du de temps. La loi sur la cy­ber­sé­cu­ri­té, ap­pli­quée de­puis le 1er juin der­nier, per­met aux au­to­ri­tés de pour­suivre toute per­sonne ou en­ti­té pu­bliant des in­for­ma­tions qu’elles es­timent nui­sibles au ré­gime. L’en­quête sur les prin­ci­paux ré­seaux so­ciaux a dé­mar­ré à Pé­kin et Can­ton à la ré­cep­tion de mes­sages d’uti­li­sa­teurs si­gna­lant des « conte­nus illi­cites ». Cer­tains in­ter­nautes se ser­vi­raient des trois pla­te­formes pour dif­fu­ser des « in­for­ma­tions vio­lentes » et des « ru­meurs obs­cènes » qui « mettent en dan­ger la sé­cu­ri­té na­tio­nale, la sé­cu­ri­té pu­blique et l’ordre so­cial ». La pé­riode est sombre pour la li­ber­té d’ex­pres­sion en Chine. Fin juin, Wei­bo avait dé­jà été vi­sé par la dé­ci­sion de Pé­kin d’in­ter­dire le live strea­ming, la dif­fu­sion ins­tan­ta­née de vi­déo en ligne étant trop dure à cen­su­rer. Dans la fou­lée, la cy­ber­po­lice avait fer­mé des di­zaines de comptes de di­ver­tis­se­ment en ligne sur Wei­bo, Tencent et Bai­du. À cette ré­pres­sion in­té­rieure s’ajoute la dé­ci­sion prise par Apple, fin juillet, de re­ti­rer de son AppS­tore les ap­pli­ca­tions de VPN (ré­seaux pri­vés vir­tuels), qui per­mettent de mas­quer son lieu réel de connexion et d’ac­cé­der aux nom­breux ser­vices blo­qués en Chine, comme Fa­ce­book, Twit­ter ou Gmail. Le géant amé­ri­cain a ex­pli­qué que les au­to­ri­tés lui avaient de­man­dé « de re­ti­rer cer­taines ap­pli­ca­tions qui n’étaient pas en confor­mi­té avec leurs nou­velles ré­gle­men­ta­tions ». Ce re­cul a fait hur­ler les op­po­sants à la censure.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.