Le plan in­cli­né de Saint-LouisArz­vil­ler, un cu­rieux édi­fice

Le Figaro - - SÉRIE -

Un as­cen­seur… à ba­teaux qui per­met de tra­ver­ser les Vosges, il fal­lait y pen­ser ! Voi­ci la par­ti­cu­la­ri­té du plan in­cli­né de Saint-Louis-Arz­vil­ler, en Mo­selle. Cons­truit en 1969, en pleine pé­riode d’ex­pan­sion gaul­lo-pom­pi­do­lienne, il a rem­pla­cé une autre voie na­vi­gable de 17 écluses. Ob­jec­tif ? Faire ga­gner du temps aux ba­teaux. Site in­dus­triel le plus vi­si­té de Lor­raine, le plan in­cli­né de Saint-Louis-Arz­vil­ler ac­cueille 100 000 vi­si­teurs par an pour un chiffre d’af­faires de 700 000 eu­ros.

La vi­site sur place dé­bute par l’ex­plo­ra­tion de la salle des ma­chines : un sys­tème de pou­lies et deux gros mo­teurs de 120 che­vaux font fonc­tion­ner l’ou­vrage. Le fu­ni­cu­laire - qui se dé­place ho­ri­zon­ta­le­ment sur des rails - marche aus­si grâce à la force de l’eau.

Il est en­suite temps de prendre place à bord d’un pe­tit ba­teau - pla­cé dans un

« cha­riot-bac » - et d’en­ta­mer la des­cente du plan in­cli­né : 44 mètres de dé­ni­ve­lé en 4 mi­nutes. « C’est le mo­ment le

plus im­pres­sion­nant », s’en­flamme Mi­chel Ca­ra­bin, guide de­puis plus de trente ans sur le site. La suite ? Une pe­tite pro­me­nade en ba­teau le long du ca­nal, au coeur d’une val­lée ver­doyante et es­car­pée. Un vrai bol d’air frais.

Au­jourd’hui, entre 7 500 et 10 000 ba­teaux passent par le plan in­cli­né chaque an­née. « 120 pé­niches par an y passent en­core, mais avant, c’était 40 par jour ! »,

se re­mé­more Mi­chel Ca­ra­bin. Char­gées de sable ou de cé­réales, les pé­niches em­prun­taient ce ca­nal - qui re­lie la Marne au Rhin - avant de fi­ler vers Stras­bourg, l’Al­le­magne ou les Pays-Bas. RE­TROU­VEZ MER­CRE­DI NOTRE SÉ­RIE: LES NOU­VEAUX UTOPISTES, les chro­niques mar­tiennes d’Elon Musk

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.