La dé­li­vrance et la sa­tis­fac­tion du de­voir ac­com­pli pour la dé­lé­ga­tion fran­çaise

Le Figaro - - L'ÉVÉNEMENT - J.-J. E.

Y’a d’la joie… À force d’in­fu­ser, la nou­velle ne pou­vait pas dé­ga­ger la force de la sur­prise. Et pour­tant, la double at­tri­bu­tion par le CIO des Jeux olym­piques et pa­ra­lym­piques 2024 et 2028, à Pa­ris et Los An­geles, a dé­clen­ché une pro­fonde vague de plai­sir dans les rangs de la can­di­da­ture pa­ri­sienne. « C’est quelque chose qui nous dé­passe… Nous l’avons fait. C’est fan­tas­tique. Don­ner de l’espoir aux jeunes a été l’un des pre­miers points forts dans cette aven­ture. Nous al­lons construire une cé­lé­bra­tion fan­tas­tique. Nous avons beau­coup de pain sur la planche », a ré­su­mé Anne Hi­dal­go, maire de Pa­ris. « Cette vic­toire, c’est la France », a, de son cô­té, sa­lué Emmanuel Ma­cron, de­puis la Gua­de­loupe. Pré­sent dans une vi­déo pré­sen­tée au CIO, le pré­sident de la Ré­pu­blique avait as­su­ré : « Dé­fendre les va­leurs de l’olym­pisme, c’est aus­si oeu­vrer pour plus d’équi­libre, plus de mul­ti­cul­tu­ra­lisme. » To­ny Es­tan­guet, co­pré­sident du co­mi­té de can­di­da­ture, a in­di­qué, aux anges : « On est ve­nus ici pour ga­gner ces Jeux et les ra­me­ner à Pa­ris. L’ob­jec­tif est at­teint, c’est mer­veilleux. On a ga­gné. On a tout pour réus­sir des JO in­croyables. Il faut être confiant. » L’épi­logue ne fai­sait guère de doute, mais il y avait la pro­fonde sa­tis­fac­tion du de­voir ac­com­pli. De­nis Masseglia, le pré­sident du Cnosf, in­siste : « C’est une consécration pour le mou­ve­ment spor­tif fran­çais. On a mis du coeur pour jus­ti­fier la confiance. C’est le plus bel évé­ne­ment que le sport fran­çais ait eu. On est par­tis de loin. C’est un abou­tis­se­ment. Il reste sept ans pour li­vrer de beaux Jeux. Et faire de la France un pays spor­tif. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.