Com­ment bâ­tir une équipe de France olym­pique en or ?

Le Figaro - - L'ÉVÉNEMENT - JEAN-JULIEN EZVAN @JeanJu­lienEz­van EN­VOYÉ SPÉ­CIAL À LI­MA

À RIO DE JA­NEI­RO, en août 2016, dans le sillage des équipes de France de boxe (6 mé­dailles), d’ath­lé­tisme (6 éga­le­ment), de ju­do (5), d’équi­ta­tion et d’es­crime (3), la France a bat­tu son re­cord de mé­dailles, avec 42 po­diums (dont 10 d’or), ef­fa­çant les 41 mé­dailles ré­col­tées à Pé­kin en 2008. Le re­cord de mé­dailles d’or date, lui, tou­jours d’At­lan­ta en 1996, avec 15 titres olym­piques. « Mon am­bi­tion est de dou­bler le nombre de mé­dailles », a lan­cé, à Li­ma, Lau­ra Fles­sel, la mi­nistre des Sports. 2024 com­mence main­te­nant. Avec l’obli­ga­tion d’en­fi­ler de larges bleus de travail.

« Des Jeux réus­sis passent aus­si par la réus­site des Fran­çais. Il est lo­gique qu’on ait une am­bi­tion de per­for­mance spor­tive. Il y a un be­soin de moyens, mais on a aus­si be­soin de re­pen­ser notre or­ga­ni­sa­tion pour qu’elle puisse être plus per­for­mante », pro­longe De­nis Masseglia, le pré­sident du Co­mi­té na­tio­nal olym­pique et spor­tif fran­çais. Avant d’ex­pli­quer : «Au­jourd’hui, le ni­veau moyen de­puis les quatre, cinq, six der­nières olym­piades nous per­met d’es­pé­rer entre 10 et 12 mé­dailles d’or. Ce n’est pas ce que les Fran­çais vont at­tendre de nos ath­lètes. Il va fal­loir re­pen­ser et amé­lio­rer l’or­ga­ni­sa­tion de la per­for­mance et du haut ni­veau fran­çais. Ce sont des tra­vaux qui ont com­men­cé avec le mi­nis­tère des Sports. On est d’ac­cord sur le diag­nos­tic et la né­ces­si­té de tra­vailler en­semble pour amé­lio­rer notre dis­po­si­tif. Il faut, dès To­kyo 2020, qu’on sente une pro­gres­sion dans les ré­sul­tats pour qu’une dy­na­mique s’en­clenche et qu’elle se tra­duise par une es­pé­rance de ré­sul­tats si­gni­fi­ca­tive à Pa­ris en 2024. Il y au­ra une vé­ri­table at­tente. » À l’image de celle qu’ont su sa­tis­faire les Bri­tan­niques, qui n’ont fait que grim­per les marches. Qua­trièmes du ta­bleau des mé­dailles à Pé­kin en 2008 (trois ans après avoir ob­te­nu l’or­ga­ni­sa­tion des JO 2012) avec 47 mé­dailles (dont 19 d’or), ils étaient troi­sièmes de leurs JO en 2012 (65 mé­dailles, dont 29 d’or) et deuxièmes à Rio en 2016 (de­vant la Chine) avec 65 mé­dailles (dont 27 titres). « Se­bas­tian Coe l’a der­niè­re­ment dit dans une in­ter­view : l’un des plus beaux hé­ri­tages de Londres, ce sont les mé­dailles de Rio. Il y a cette feuille stra­té­gique qui doit nous per­mettre de nous ins­tal­ler de ma­nière pé­renne. On est dans les meilleures na­tions olym­piques et pa­ra­lym­piques. 2024, c’est dé­jà de­main. À l’ho­ri­zon 2028 et 2032, il y a des dé­ci­sions et des op­ti­mi­sa­tions à mettre en place », in­siste Jean-Phi­lippe Ga­tien, di­rec­teur des sports de Pa­ris 2024.

2024, une exi­gence : l’ex­cel­lence. «Ce qui m’in­té­resse, c’est de voir com­ment notre or­ga­ni­sa­tion va nous per­mettre, non seule­ment d’être per­for­mants en 2024, mais d’as­seoir quelque chose de pé­renne par la suite», avance De­nis Masseglia, avant de dé­tailler : «On a une culture as­so­cia­tive dé­ve­lop­pée, on a une base qui est im­por­tante, mais on a des choses qui baissent, on n’a, par exemple, pas un lien suf­fi­sant avec l’école, qui nous per­met de dé­tec­ter les meilleurs ta­lents. Ce n’est pas un gros mot, la dé­tec­tion. » Et le pré­sident du Cnosf d’in­sis­ter : «La pé­riode qui s’ouvre est exal­tante, pas­sion­nante. On a un mo­dèle fran­çais qui date des an­nées 1960, c’est comme un di­no­saure. Qu’est-ce qui au­jourd’hui n’a pas évo­lué de­puis les an­nées 1960 ? La mu­sique, mais pas la ma­nière de l’en­re­gis­trer, ni de la consom­mer. On est dans un contexte où les Jeux doivent en­traî­ner une prise de conscience de l’im­por­tance du sport pour la so­cié­té, mais aus­si pour nous de la né­ces­si­té de faire évo­luer notre mo­dèle spor­tif. La France est le seul pays d’Eu­rope oc­ci­den­tale à être or­ga­ni­sé comme on l’est. On a une vo­lon­té pré­si­den­tielle de ré­forme, on a, avec les autres par­ties pre­nantes, une ana­lyse par­ta­gée de la né­ces­si­té de faire évo­luer la gou­ver­nance du sport, de fa­çon à ce que l’on ait le mo­dèle spor­tif de la France de de­main. Les Jeux peuvent y contri­buer. Les Jeux doivent être un for­mi­dable ac­cé­lé­ra­teur pour que le sport soit pla­cé au coeur d’un pro­jet de so­cié­té. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.