Un par­ti qui pros­père de­puis la IIIe Ré­pu­blique, mais scin­dé de­puis 45 ans

Le Figaro - - POLITIQUE - M. S.

Fon­dé en 1901, le Par­ti ra­di­cal a fait de la laï­ci­té un vé­ri­table mar­queur po­li­tique. « Nous sommes les en­fants de Cle­men­ceau », sou­ligne le dé­pu­té Oli­vier Fa­lor­ni. En 1972, une branche du Par­ti ra­di­cal - qui de­vien­dra le PRG re­joint le Pro­gramme com­mun de Fran­çois Mit­ter­rand et s’al­lie du­ra­ble­ment avec le PS. Le Par­ti ra­di­cal va­loi­sien (du nom du siège, si­tué place de Va­lois, à Pa­ris) se rap­proche de son cô­té de l’UDF, puis de l’UDI, avec un an­crage au centre droit. « Nous avons ré­gu­liè­re­ment es­sayé de nous re­trou­ver, mais les contin­gences élec­to­rales l’ont tou­jours em­por­té », re­grette Guillaume La­croix, vice-pré­sident du PRG. De­puis 45 ans, les ra­di­caux n’ont donc exis­té qu’à la fa­veur d’al­liances avec les deux par­tis tra­di­tion­nels, consi­dé­ra­ble­ment af­fai­blis au­jourd’hui. Un rôle de par­ti « pi­vot » dont ses membres veulent sor­tir au­jourd’hui. « Le cen­trisme, ce n’est pas un ra­masse-tout », sou­ligne Guillaume La­croix. En 2007, Jean-Louis Bor­loo et Jean-Mi­chel Bay­let sou­hai­taient dé­jà per­mettre la « réuni­fi­ca­tion », res­tée au stade de dé­cla­ra­tion d’in­ten­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.