Is­raël ap­pelle sous les dra­peaux les hommes en noir

La Cour su­prême a in­va­li­dé, mar­di, un amen­de­ment da­tant de 2015 li­mi­tant l’in­té­gra­tion des jeunes ul­traor­tho­doxes dans l’ar­mée.

Le Figaro - - INTERNATIONAL - CY­RILLE LOUIS @cy­ril­le_­louis COR­RES­PON­DANT À JÉ­RU­SA­LEM

IS­RAËL La Cour su­prême is­raé­lienne a in­va­li­dé mar­di soir, au nom du prin­cipe d’éga­li­té de­vant la loi, un amen­de­ment adop­té en 2015 pour li­mi­ter l’in­té­gra­tion des jeunes ul­traor­tho­doxes dans l’ar­mée. Es­ti­mant que cette dis­po­si­tion fa­vo­rise in­jus­te­ment les étu­diants ins­crits au sé­mi­naire tal­mu­dique (ye­shi­va), les hauts ma­gis­trats ont don­né un an au gou­ver­ne­ment pour re­voir sa co­pie. Les re­pré­sen­tants du monde ha­ré­di (lit­té­ra­le­ment : les « crai­gnant-Dieu ») ont ac­cueilli avec co­lère ce nou­vel épi­sode d’une que­relle qui, pour anec­do­tique qu’elle puisse pa­raître, touche au coeur même du pacte na­tio­nal is­raé­lien.

L’exemp­tion de ser­vice mi­li­taire dont bé­né­fi­cient les étu­diants en re­li­gion re­monte à la créa­tion de l’État (1948). Da­vid Ben Gou­rion crut ain­si pou­voir s’as­su­rer à peu de frais le sou­tien des quelques cen­taines d’ul­traor­tho­doxes alors éta­blis en Is­raël ain­si que de leurs rab­bins. Mais cette po­pu­la­tion n’a de­puis ces­sé de croître, au point qu’un quart des en­fants ren­trant ac­tuel­le­ment à l’école pri­maire en sont is­sus et qu’en­vi­ron 10 000 jeunes re­li­gieux at­teignent chaque an­née l’âge de la conscrip­tion. « Ce qui fut d’abord un pro­blème mar­gi­nal a fi­ni par consti­tuer une at­teinte ma­ni­feste à l’éga­li­té entre les ci­toyens, ob­serve Gi­lad Ma­lach, cher­cheur à l’Ins­ti­tut is­raé­lien pour la dé­mo­cra­tie. C’est pour­quoi la Cour su­prême a ré­cla­mé en 1997 qu’une loi dé­fi­nis­sant clai­re­ment le pé­ri­mètre de ce pri­vi­lège rem­place l’ar­ran­ge­ment in­for­mel des dé­buts.»

Un texte vo­té en 2002 dé­bou­cha sur la créa­tion, par l’ar­mée, d’uni­tés non-mixtes adap­tées aux conscrits is­sus du monde ha­ré­di ain­si que sur la mise en place d’un ser­vice ci­vil. Mais il fal­lut at­tendre la for­ma­tion d’un gou­ver­ne­ment ex­cluant les deux grands par­tis ul­traor­tho­doxes, en 2013, pour que cette loi soit ren­due plus opé­ra­tion­nelle. Au nom du « par­tage équi­table du far­deau », il fut alors dé­ci­dé qu’un quo­ta d’ul­traor­tho­doxes de­vrait à l’ave­nir pas­ser sous les dra­peaux. Dans le cas contraire, pré­ci­sait l’amen­de­ment, les sub­ven­tions ver­sées aux ye­shi­vas se­raient re­vues à la baisse et les ap­pe­lés ré­frac­taires pour­raient être en­voyés en pri­son. Une pers­pec­tive qui pro­vo­qua une gi­gan­tesque ma­ni­fes­ta­tion des hommes en noir dans les rues de Jé­ru­sa­lem – avant que des élec­tions an­ti­ci­pées ne mettent tem­po­rai­re­ment fin à ce psy­cho­drame.

Bras de fer

Les par­tis ul­traor­tho­doxes, re­ve­nus au gou­ver­ne­ment au prin­temps 2015, ont en ef­fet convain­cu Be­nya­min Né­ta­nya­hou de mettre en som­meil cette po­li­tique d’in­té­gra­tion. Seuls 2800 ha­ré­dim ont en­dos­sé l’uni­forme en 2016 alors que le mi­nis­tère de la Dé­fense en at­ten­dait 3200. Mais le bras de fer n’est pas ter­mi­né, comme en at­teste la dé­ci­sion ren­due mar­di soir par la Cour su­prême. Tan­dis que ces re­li­gieux disent oeu­vrer au sa­lut du peuple juif en consa­crant leur temps à l’étude de la To­rah, des voix de plus en plus en plus nom­breuses es­timent en ef­fet que leur in­té­gra­tion à l’ar­mée et au mar­ché du travail est iné­luc­table. « Ce ju­ge­ment consti­tue une avan­cée im­por­tante, se ré­jouit l’édi­to­ria­liste Ben Dror-Ye­mi­ni dans le quo­ti­dien Ye­dioth Ah­ro­noth, alors qu’une mi­no­ri­té s’obs­tine avec cy­nisme à em­pê­cher l’État d’Is­raël de de­ve­nir un peu plus juste et un peu plus fonc­tion­nel. »■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.