La pau­vre­té a di­mi­nué aux États-Unis sous l’Ad­mi­nis­tra­tion… Oba­ma

Le Figaro - - ECONOMIE - ANNE CHEYVIALLE

Le choc de 2008 de­vient pe­tit à pe­tit de l’his­toire an­cienne aux États-Unis. La bonne san­té de l’éco­no­mie amé­ri­caine ces der­nières an­nées se tra­duit par une amé­lio­ra­tion du ni­veau de vie des Amé­ri­cains et un re­cul de la pau­vre­té. La baisse des re­ve­nus des mé­nages du­rant la crise a été avan­cée comme l’une des ex­pli­ca­tions de la vic­toire élec­to­rale de Do­nald Trump. La der­nière en­quête du Cen­sus Bu­reau, le bu­reau du re­cen­se­ment amé­ri­cain, l’équi­valent lo­cal de l’In­see, le montre : le re­ve­nu réel mé­dian, c’est-à-dire le ni­veau qui di­vise la po­pu­la­tion amé­ri­caine en deux par­ties égales - une me­sure qui re­flète bien l’évo­lu­tion de la classe moyenne - a pro­gres­sé pour la deuxième an­née consé­cu­tive en 2016. Il s’est éle­vé à 59 039 dol­lars, soit 1 809 dol­lars de plus qu’en 2015. Le re­ve­nu mé­dian a dé­pas­sé le ni­veau d’avant la crise de 2008, il est même su­pé­rieur au pic de 1999, avant l’écla­te­ment de la bulle In­ter­net. À no­ter, une nette dif­fé­rence au pro­fit des hommes, qui gagnent 10 000 dol­lars de plus que les femmes. Les in­éga­li­tés sont aus­si fla­grantes se­lon l’ori­gine, à la fa­veur des Asia­tiques, de loin les plus riches avec un re­ve­nu mé­dian de 81 400 dol­lars contre 39 500 pour les Noirs. Des écarts im­por­tants se re­trouvent aus­si en bas de l’échelle so­ciale. Le ni­veau glo­bal de pau­vre­té a re­cu­lé en 2016 à 12,7 % - contre 13,5 % en 2015 - tou­chant 40,6 mil­lions d’Amé­ri­cains. Mais si l’em­bel­lie concerne toutes les com­mu­nau­tés, le taux reste net­te­ment plus éle­vé pour la com­mu­nau­té noire (22 %) et his­pa­nique (19,4 %). Alors qu’il tombe à 10 % pour les Asia­tiques. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.