LES ROU­TIERS SE MO­BI­LISENT CONTRE LES OR­DON­NANCES

Le Figaro - - ECONOMIE - M. M.

C’est au tour des rou­tiers de mon­ter au cré­neau contre la ré­forme du Code du travail par or­don­nances, un jour après la pre­mière mo­bi­li­sa­tion me­née par la CGT et So­li­daires qui n’a pas fait beau­coup de bruit. Mer­cre­di, les fé­dé­ra­tions des tran­sports de la CFDT et de la CFTC ont ap­pe­lé à une mo­bi­li­sa­tion na­tio­nale le 18 sep­tembre. Et celles de la CGT et FO à une grève des rou­tiers re­con­duc­tible à par­tir du 25 sep­tembre. Les dé­pôts de car­bu­rants se­ront « bien évi­dem­ment » une cible, « ce se­ra une grève qui au­ra des consé­quences très concrètes sur l’éco­no­mie fran­çaise », aver­tit Jérôme Vé­ri­té, se­cré­taire gé­né­ral de la fé­dé­ra­tion CGT-Tran­sports. Les deux mou­ve­ments res­tent tou­te­fois bien dis­tincts. Pas ques­tion de faire front com­mun. « Cette jour­née du 18 sep­tembre n’a pas de lien avec la mo­bi­li­sa­tion de la CGT et FO », tient à pré­ci­ser Patrick Blaise, le se­cré­taire gé­né­ral de CFDT-Route qui évoque une ma­ni­fes­ta­tion sur Pa­ris, la dif­fu­sion de tracts ou en­core des bar­rages fil­trants. En outre, il in­siste : « Il n’y a pas de dis­si­dence avec la confé­dé­ra­tion » qui re­fuse pour­tant de lan­cer un ap­pel à la ma­ni­fes­ta­tion. « La CFDT se­ra mo­bi­li­sée la se­maine du 18 sep­tembre pour in­ter­pel­ler les em­ployeurs sur le ren­for­ce­ment du dia­logue so­cial. Les rou­tiers ont choi­si cette mé­thode, pour­quoi pas », ex­plique de son cô­té Vé­ro­nique Des­cacq, se­cré­taire gé­né­rale ad­jointe de la cen­trale ré­for­miste. Quant à FO, si cer­taines fé­dé­ra­tions ont dé­ci­dé de suivre la mo­bi­li­sa­tion, la cen­trale re­fuse elle aus­si de des­cendre dans la rue. « Le bu­reau confé­dé­ral n’ap­pelle pas à ma­ni­fes­ter le 21 sep­tembre » aux cô­tés de la CGT, un jour avant l’adop­tion des or­don­nances en Con­seil des mi­nistres, a fait sa­voir son se­cré­taire gé­né­ral, Jean-Claude Mailly, lors d’une émis­sion sur le site Bour­so­ra­ma, mer­cre­di. Et il n’a pas mâ­ché ses mots : la pre­mière mo­bi­li­sa­tion qui s’est te­nue ce mar­di « était in­fé­rieure » aux at­tentes de la CGT, « ce n’était pas les grandes foules ». Au­tant dire que le front syn­di­cal reste bel et bien dés­uni.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.