L’au­dience de la presse pour­suit sa crois­sance, ti­rée par le mo­bile

Les consul­ta­tions sur smart­phone sont dé­sor­mais su­pé­rieures aux lec­tures sur pa­pier pour plu­sieurs titres, dont « Le Fi­ga­ro ».

Le Figaro - - MÉDIAS PUBLICITÉ ET - CHLOÉ WOITIER @W_Ch­loe

PRESSE L’ap­pé­tit des Fran­çais pour la presse n’est pas re­tom­bé après la sé­quence de l’élection pré­si­den­tielle. Se­lon les ré­sul­tats de l’étude de ré­fé­rence ONE Glo­bal de l’ACPM pour le mois de juin, l’au­dience moyenne des marques de presse est en hausse de 1,8 % par rap­port à la vague pré­cé­dente, qui me­su­rait le mois d’avril. Cette au­dience re­groupe le nombre de lec­teurs d’un titre de presse aus­si bien sur le pa­pier que sur le nu­mé­rique. Au to­tal, plus de 51 mil­lions de Fran­çais, soit 97,6 % de la po­pu­la­tion de plus de 15 ans, ont lu au moins un ma­ga­zine ou un jour­nal en juin.

Cette nou­velle étude confirme une ten­dance ob­ser­vée de­puis plu­sieurs mois : le mo­bile tire les au­diences de l’in­dus­trie. On sa­vait de­puis jan­vier que les lec­tures nu­mé­riques des titres de presse (53 %) avaient dé­pas­sé leurs consul­ta­tions sur pa­pier (47 %). Ce rap­port n’a pas évo­lué en six mois. Mais, à l’in­té­rieur de la fa­mille des écrans nu­mé­riques, le mo­bile (24 % des lec­tures) a net­te­ment sup­plan­té l’or­di­na­teur (19 %) et se place loin de­vant la ta­blette (10 %). Dé­sor­mais, seuls 12 % des lec­teurs de presse s’in­forment uni­que­ment via leur or­di­na­teur, une dé­grin­go­lade de 8 points en trois mois. A contra­rio, le smart­phone est uti­li­sé comme seul moyen de lec­ture de la presse par 16 % des Fran­çais. Il est l’ap­pa­reil le plus uti­li­sé par ceux qui ne consultent pas les jour­naux et ma­ga­zines en for­mat pa­pier. Chez cer­taines marques de presse, les lec­tures sur mo­bile sont dé­sor­mais su­pé­rieures à celles sur pa­pier. C’est le cas du Fi­ga­ro (10,9 mil­lions contre 10,1 mil­lions), du Monde (11,8 mil­lions contre 11,2 mil­lions), du Pa­ri­sien-Au­jourd’hui en France (11,2 mil­lions contre 8,6 mil­lions) ou de L’Ex­press (6,9 mil­lions contre 5,8 mil­lions), pour n’en ci­ter que quelques-uns. Du cô­té de la presse ré­gio­nale, la bascule a été faite pour La Dé­pêche du Mi­di et s’ap­prête à l’être pour Ni­ce­Ma­tin et Le Dau­phi­né. Pour d’autres marques en re­vanche, la lec­ture sur pa­pier reste lar­ge­ment pré­do­mi­nante. Ce cas de fi­gure est ré­pan­du dans la presse ma­ga­zine, moins puis­sante sur In­ter­net que la presse d’in­for­ma­tion. Les marges de pro­gres­sion d’au­dience res­tent donc im­por­tantes.

Vi­ta­li­té de la presse d’in­fo

L’es­sor de la presse sur mo­bile ré­pond aux nou­veaux usages des Fran­çais. Se­lon le ca­bi­net eMar­ke­ter, ils passent près de 2 heures par jour sur leur smart­phone. Les groupes mé­dias ne sont pas pas­sés à cô­té de ces mu­ta­tions et pro­posent des sites pen­sés pour la lec­ture sur les écrans ver­ti­caux. Les ap­pli­ca­tions ont aus­si été re­vues pour dé­ve­lop­per de nou­veaux ser­vices, comme des alertes per­son­na­li­sées, des unes à la carte en fonc­tion des centres d’in­té­rêt, ou des for­mats in­no­vants comme les « sto­ries ». Le smart­phone est aus­si un ex­cellent moyen de cap­ter l’at­ten­tion des 18-30 ans, qui fré­quentent de moins en moins les mar­chands de jour­naux.

L’étude ONE Glo­bal per­met aus­si de dis­tin­guer les groupes mé­dias les plus puis­sants. Sur cette vague, Le Monde et Le Fi­ga­ro font jeu qua­si égal, avec res­pec­ti­ve­ment 24,2 et 24,1 mil­lions de lec­teurs de leurs marques, quel que soit le sup­port. Ces deux groupes de­vancent 20 Mi­nutes et Le Pa­ri­sien (à éga­li­té à 22,3 mil­lions de lec­teurs), puis Femme Ac­tuelle (19 mil­lions) et Té­lé Loi­sirs (18,9 mil­lions). Ces ré­sul­tats dé­montrent la vi­ta­li­té de la presse d’in­for­ma­tion, vers la­quelle les Fran­çais se tournent mas­si­ve­ment en ces temps d’ac­tua­li­té fré­né­tique. Le dé­fi est dé­sor­mais de conver­tir les au­diences gra­tuites en abon­nés aux offres pre­mium.

L’ACPM pu­blie éga­le­ment ce jeu­di une étude sur la dif­fu­sion de la presse payante sur le pre­mier se­mestre 2017. Si les achats de jour­naux et de ma­ga­zines en ver­sion pa­pier sont en re­cul de 1,5 % en un an, les ventes des ver­sions PDF ont gon­flé de 20 % sur la même pé­riode. La presse quo­ti­dienne na­tio­nale est la fa­mille qui se porte le mieux. Elle seule voit pro­gres­ser sa dif­fu­sion payée, avec une hausse de 0,6 % de ses ventes. Cette crois­sance est es­sen­tiel­le­ment due aux ver­sions nu­mé­riques des quo­ti­diens, qui ont grim­pé de 17,7 %.

MARMARA/LE FI­GA­RO

À l’in­té­rieur de la fa­mille des écrans nu­mé­riques, le mo­bile (24% des lec­tures) a net­te­ment sup­plan­té l’or­di­na­teur (19%) et se place loin de­vant la ta­blette (10%).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.