À LIRE AUS­SI

Faites la guerre, pas l’amour

Le Figaro - - LITTERAIRE -

Théo a deux amours. Son pays n’en fait pas par­tie. À dix-huit ans, ce jeune homme va être ap­pe­lé en Al­gé­rie, qui n’évoque pour lui qu’An­toine, son meilleur ami. An­toine l’a pré­cé­dé là-bas et est tom­bé dans le co­ma à la suite d’une em­bus­cade. Théo ap­pré­hende la guerre à tra­vers cette tra­gé­die, même si, en mé­tro­pole, les échos du conflit se font de plus en plus vio­lents en cette an­née 1961. Théo est af­fai­ré ailleurs. Il dé­couvre l’amour et la sen­sua­li­té, dans les bras de Mi­la, une jeune femme de vingt et un ans, et bien­tôt dans ceux de Ma­rianne, la mère d’An­toine. Sur le tourne-disque John­ny chante. Am­biance. Yves Bi­chet fait re­naître toute une époque. Bien­tôt, Théo doit se pré­sen­ter à la conscrip­tion. Il pen­sait se faire re­ca­ler en tri­chant. Le pot aux roses est dé­cou­vert. La sen­tence est sans ap­pel : il est convo­qué pour la guerre. « Tout est al­lé trop vite », écrit le ro­man­cier lorsque Théo, en ca­vale, doit re­joindre la Suisse où les ob­jec­teurs de conscience peuvent trou­ver re­fuge. « Chou­quettes, c’est ri­di­cule, mais il a en­vie de chou­quettes », pense Théo dans la voi­ture qui le conduit à la fron­tière. Le gar­çon, au seuil de l’âge adulte, n’est pas tout à fait se­vré de son en­fance et au­rait par­fois be­soin de s’y ré­fu­gier à nou­veau. Mais il a choi­si de ne pas se sou­mettre, n’est ce pas une ques­tion d’âge aus­si ? À tra­vers l’his­toire de Théo, Yves Bi­chet évoque le conflit du point de vue de cette jeu­nesse qui ne s’est guère ex­pri­mée par la suite. Il oriente le fo­cus sur les dé­si­rs d’un gar­çon som­mé de s’éman­ci­per qui choisit mal­adroi­te­ment mais fou­gueu­se­ment de ne pas al­ler là où on l’at­ten­dait. Dou­lou­reux et ter­ri­ble­ment hu­main. FRAN­ÇOISE

DARGENT

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.