Car­nage évi­té dans le mé­tro de Londres

La bombe de l’at­ten­tat re­ven­di­qué par Daech n’a pas ex­plo­sé comme pré­vu. The­re­sa May a dé­ci­dé de re­le­ver le ni­veau d’alerte, de « sé­vère » à « cri­tique ».

Le Figaro - - INTERNATIONAL - FLORENTIN COLLOMP @fcol­lomp COR­RES­PON­DANT À LONDRES

ROYAUME-UNI Le pire a sans doute été évi­té. La rame bon­dée de la Dis­trict Line ve­nant de Wim­ble­don à des­ti­na­tion du centre de Londres, à l’heure de pointe, ven­dre­di ma­tin, ve­nait d’en­trer dans la sta­tion de Par­sons Green quand une dé­to­na­tion a re­ten­ti dans le der­nier wa­gon. Les té­moins évoquent une boule de feu tra­ver­sant l’ha­bi­tacle. Aus­si­tôt, c’est la pa­nique. Les pas­sa­gers prennent la fuite dans cette sta­tion du Tube à ciel ou­vert du sud-ouest de Londres, en­traî­nant une vaste bous­cu­lade. Ap­pe­lés à 8 h 20, les se­cours sont sur place en moins de cinq mi­nutes. Au to­tal, 29 bles­sés sont ad­mis à l’hô­pi­tal - au­cun dans un état grave -, en ma­jo­ri­té pour des brû­lures au vi­sage ou aux membres. Un pé­ri­mètre de sé­cu­ri­té de 50 mètres au­tour de la gare est éva­cué par pré­cau­tion.

Ra­pi­de­ment, la po­lice re­trouve un « en­gin ex­plo­sif ar­ti

sa­nal » as­sez ru­di­men­taire aban­don­né sur le sol du wa­gon, vi­si­ble­ment pas en­dom­ma­gé. Des pho­tos prises par des voya­geurs montrent un large seau blanc en flammes dans un sac en plas­tique Lidl, dont sortent des câbles. Une odeur de pro­duits chi­miques a été sen­tie. Se­lon les pre­mières pistes, un mi­nu­teur n’au­rait pas fonc­tion­né et la bombe, des­ti­née à faire un maxi­mum de dé­gâts, n’a pas ex­plo­sé comme pré­vu.

Ce qui pour­rait ex­pli­quer la dé­to­na­tion dans cette sta­tion du quar­tier ré­si­den­tiel de Ful­ham. «Si c’était une at­taque ter­ro­riste, elle a vi­si­ble­ment ra­té », es­ti­mait Lau­ren, une pas­sa­gère du wa­gon, in­ter­ro­gée par la BBC. «Ce n’est pas Ox­ford Street, ici, c’est Par­sons Green, comme un vil­lage dans Londres,

où il ne se passe rien », ren­ché­ris­sait son com­pa­gnon, Char­lie. Un quar­tier pri­sé des fa­milles d’ex­pa­triés fran­çais pour son école fran­co­phone.

Dans la soi­rée, l’État is­la­mique a re­ven­di­qué l’at­ten­tat via l’agence de pro­pa­gande Amaq, avant d’in­di­quer que « plu­sieurs charges ex­plo­sives ont été po­sées dans le mé­tro de Londres, dont une qui a fonc­tion­né».

C’est la cin­quième at­taque ter­ro­riste mor­telle cette an­née sur le sol bri­tan­nique qui semble avoir été évi­tée de jus­tesse, après celles de West­mins­ter, Lon­don Bridge, Fins­bu­ry Park et Man­ches­ter, qui ont fait 36 morts. «L’en­gin ex­plo­sif était clai­re­ment

des­ti­né à faire beau­coup de mal », a confir­mé la pre­mière mi­nistre, The­re­sa May. Elle a en­suite dé­ci­dé dans la soi­rée de re­le­ver d’un cran le ni­veau d’alerte, de «sé­vère » à «cri­tique », si­gni­fiant qu’un nou­vel at­ten­tat est « im­mi­nent ».

La pré­sence po­li­cière a été ren­for­cée dans la ca­pi­tale, en par­ti­cu­lier dans les trans­ports. Le Royaume-Uni va éga­le­ment dé­ployer des mi­li­taires sur cer­tains sites. Le maire de Londres, Sa­diq Khan, a ap­pe­lé les Lon­do­niens à être « vi­gi­lants » tout en res­tant « calmes ». Le com­man­de­ment an­ti­ter­ro­riste de la Me­tro­po­li­tan Po­lice a pris les rênes de l’en­quête, avec l’ap­pui du ren­sei­gne­ment in­té­rieur MI5. Un sus­pect au­rait été iden­ti­fié grâce aux ca­mé­ras de sur­veillance du mé­tro, se­lon Sky News. Plus d’une cen­taine d’en­quê­teurs sont mo­bi­li­sés dans cette chasse à l’homme.

Do­nald Trump a sou­le­vé une contro­verse en vi­li­pen­dant sur Twit­ter, peu après les évé­ne­ments, des « ter­ro­ristes ra­tés qui étaient dans la ligne de mire de Scot­land Yard ». The­re­sa May a cri­ti­qué des « spé­cu­la­tions in­utiles ».■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.