Les nou­velles am­bi­tions de Car­los Ghosn

Qua­torze mil­lions de vé­hi­cules par an en 2022, 10 mil­liards d’eu­ros d’éco­no­mies d’ici là : Car­los Ghosn fixe de grands ob­jec­tifs à six ans pour Re­nault, Nis­san et Mit­su­bi­shi, les groupes qu’il di­rige.

Le Figaro - - LE FIGARO ECONOMIE - EM­MA­NUEL EGLOFF @ee­gloff

AU­TO­MO­BILE Ven­dre­di, Car­los Ghosn, a pré­sen­té, à Pa­ris, les grandes lignes du nou­veau plan stra­té­gique de l’al­liance Re­naultNis­san-Mit­su­bi­shi. Le di­ri­geant a pour l’oc­ca­sion coif­fé sa triple cas­quette de PDG de Re­nault, pré­sident de Nis­san et pré­sident de Mit­su­bi­shi, nou­veau membre de l’Al­liance de­puis l’an­née der­nière, lorsque Nis­san en est de­ve­nu le pre­mier ac­tion­naire.

Le plan est pour le moins am­bi­tieux. Car­los Ghosn s’at­tend ain­si à ce que les trois construc­teurs at­tendent un rythme an­nuel de 14 mil­lions de vé­hi­cules ven­dus dans le monde à l’ho­ri­zon 2022. Soit une crois­sance de 40% par rap­port aux vo­lumes ac­tuels ! Le pa­tron des trois construc­teurs s’est fé­li­ci­té d’être « de­ve­nu le pre­mier groupe au­to­mo­bile mon­dial lors du pre­mier se­mestre 2017, avec plus de 5,26 mil­lions d’uni­tés » ven­dues. Il a des chances de gar­der son rang s’il se conforme à ses pré­vi­sions à six ans. Car­los Ghosn a tou­te­fois rap­pe­lé que «la taille n’est pas une fin en soi ».

Le seul réel ob­jec­tif porte sur les don­nées fi­nan­cières, pour les­quelles les at­tentes sont im­por­tantes. Le chiffre d’af­faires conso­li­dé de l’en­semble de­vrait at­teindre 240 mil­liards d’eu­ros. Ce­la re­pré­sente une pro­gres­sion d’un tiers par rap­port au ni­veau ac­tuel. Plus im­por­tant, les sy­ner­gies, c’est-à-dire les sommes éco­no­mi­sées grâce à l’Al­liance, de­vraient s’éle­ver à 10 mil­liards d’eu­ros, une mul­ti­pli­ca­tion par deux par rap­port au ni­veau ac­tuel.

Douze nou­veaux vé­hi­cules élec­triques

Pour y par­ve­nir, les coopérations entre les trois par­te­naires se­ront ap­pro­fon­dies. Le par­tage de pla­te­forme - trains rou­lants, sou­bas­se­ments et tous les élé­ments in­vi­sibles pour le conduc­teur - se­ra gé­né­ra­li­sé. En 2022, plus de 9 mil­lions des vé­hi­cules pro­duits par l’Al­liance n’uti­li­se­ront que quatre pla­te­formes com­munes. Les groupes mo­to­pro­pul­seurs de­vraient aus­si être de plus en plus sou­vent com­muns aux trois groupes.

À ce ni­veau, le groupe compte bien main­te­nir son avance dans la pro­pul­sion élec­trique alors que ses concur­rents, no­tam­ment al­le­mands, mul­ti­plient les an­nonces. Re­nault-Nis­san-Mit­su­bi­shi ne se­ra pas en reste, avec les lan­ce­ments pré­vus de 12 nou­veaux vé­hi­cules en­tiè­re­ment élec­triques. Qua­rante vé­hi­cules uti­li­sant les technologies de conduite au­to­nome sont aus­si au pro­gramme. L’Al­liance compte même de­ve­nir un opé­ra­teur de ser­vices de mo­bi­li­té à la de­mande en uti­li­sant des vé­hi­cules-ro­bots. Le groupe tra­vaille dé­jà sur tous ces élé­ments, fai­sant cir­cu­ler des vé­hi­cules au­to­nomes de­puis plu­sieurs an­nées dans la Si­li­con Val­ley ou la ré­gion pa­ri­sienne. Et Re­nault tra­vaille avec Trans­dev afin d’ap­prendre à gé­rer une flotte de vé­hi­cules à la de­mande.

Mal­gré ce ren­for­ce­ment de la col­la­bo­ra­tion entre les trois construc­teurs, Car­los Ghosn a pré­ci­sé que la mise en oeuvre de ce plan se fe­rait « en res­pec­tant l’iden­ti­té des en­tre­prises ». Pas ques­tion, donc, de fu­sion­ner, même si une évo­lu­tion des struc­tures – Re­nault est ac­tion­naire à 43 % de Nis­san, lui-même ac­tion­naire à 15% de Re­nault et à 34% de Mit­su­bi­shi – n’est pas ex­clue si « la fa­çon dont nous sommes or­ga- ni­sés de­vient un obs­tacle ou une li­mite », se­lon Car­los Ghosn.

Les grandes lignes, com­mu­ni­quées ven­dre­di, concernent l’al­liance dans son en­semble. En oc­tobre, les trois construc­teurs dé­cli­ne­ront cha­cun son propre plan stra­té­gique. Et no­tam­ment les ob­jec­tifs fi­nan­ciers (chiffre d’af­faires, marge opé­ra­tion­nelle et gé­né­ra­tion de li­qui­di­tés), à l’in­ten­tion des in­ves­tis­seurs. Il fau­drait éga­le­ment sa­voir qui met­tra en oeuvre ce plan stra­té­gique. Car­los Ghosn s’est conten­té d’in­di­quer avoir « l’in­ten­tion d’exé­cu­ter le plan tant que ce­la au­ra du sens». Chez Re­nault, son man­dat ar­rive à échéance l’an­née pro­chaine.

F. BOU­CHON/LE FI­GA­RO

Car­los Ghosn, pré­sident de Re­nault, de Nis­san et de Mit­su­bi­shi, dans son bu­reau.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.