L’éco­sys­tème de la lo­ca­tion de courte du­rée risque d’être fra­gi­li­sé

Le Figaro - - L'ÉVÉNEMENT - M. V.

L’en­ca­dre­ment plus strict de la lo­ca­tion de meu­blés tou­ris­tiques ne pé­na­lise pas que les pla­te­formes In­ter­net et les par­ti­cu­liers louant (ou sous-louant) leur ré­si­dence prin­ci­pale ou se­con­daire. Avec Airbnb, le mar­ché s’est en ef­fet in­dus­tria­li­sé. Des di­zaines d’agences im­mo­bi­lières ont pi­gnon sur rue à Pa­ris.

L’une d’elles, ins­tal­lée dans un quar­tier bo­bo, loue ain­si 200 meu­blés haut de gamme pour 7 nuits en moyenne. « Airbnb a per­mis à l’ac­ti­vi­té de croître, ren­dant notre offre vi­sible au monde en­tier, ra­conte son pa­tron sous cou­vert d’ano­ny­mat. Nous louons sur­tout des ré­si­dences se­con­daires. La nou­velle pro­cé­dure d’en­re­gis­tre­ment signe la fin de notre ac­ti­vi­té, en dé­cembre. »

La pro­cé­dure oblige les pro­prié­taires à Pa­ris à dé­cla­rer leurs ap­par­te­ments en lo­ca­tion comme ré­si­dence se­con­daire. Pour les louer, ils de­vront ob­te­nir une au­to­ri­sa­tion de chan­ge­ment d’usage dé­li­vrée par les ser­vices d’urbanisme, as­sor­tie d’une com­pen­sa­tion consis­tant à trans­for­mer en lo­ge­ment des bu­reaux ou com­merces. « Les de­mandes de chan­ge­ment d’usage n’abou­tissent pas car il n’y a pas de mètres car­rés com­mer­ciaux à vendre dans les ar­ron­dis­se­ments cen­traux, as­sure le pro­fes­sion­nel. En 2015, la Mai­rie de Pa­ris nous a convo­qués pour que tous les ac­teurs pré­lèvent la taxe de sé­jour et lui re­versent. Elle ne s’est pas sou­ciée de la lé­ga­li­té des ap­par­te­ments loués. Le dur­cis­se­ment de la loi va re­ti­rer du mar­ché de la lo­ca­tion à court terme tous les pied-à-terre. Que fait-on des tou­ristes qui ne trou­ve­ront pas à s’hé­ber­ger en 2018, et n’iront pas à l’hô­tel ?»

Re­port vers la mon­tagne, la mer et la cam­pagne

Créée en 2013, Bnb­sit­ter s’oc­cupe elle de 2 500 ap­par­te­ments à Pa­ris et en pro­vince. Elle gère pour le compte des pro­prié­taires les re­la­tions avec les voya­geurs, ré­dige les an­nonces et s’oc­cupe du mé­nage. « La nou­velle lé­gis­la­tion va ré­duire l’offre sur Airbnb. Notre force est de ne pas avoir mi­sé que sur les grandes villes où il y a une ten­sion sur le lo­ge­ment », dé­clare Pie­ro Ci­pria­no, co­fon­da­teur. Bnb­sit­ter est pré­sent dans 19 villes fran­çaises et 5 à l’étran­ger (Suisse, Bel­gique, Ita­lie).

« Nous mi­sons à l’ave­nir sur les villes où Airbnb ré­pond à un manque d’hé­ber­ge­ment pour les tou­ristes (mon­tagne, mer) et celles où le site contri­bue à dé­ve­lop­per de nou­velles des­ti­na­tions (cam­pagne) », in­siste l’homme d’af­faires. Bpi­france vient d’in­ves­tir 500 000 eu­ros dans la start-up, qui a dé­jà le­vé 3 mil­lions de­puis ses dé­buts.

« Que fait-on des tou­ristes qui ne trou­ve­ront pas à s’hé­ber­ger en 2018, et n’iront pas ?» à l’hô­tel UN DI­RI­GEANT D’UNE AGENCE IM­MO­BI­LIÈRE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.