Ca­ta­logne : le camp sé­pa­ra­tiste se di­vise

Carles Puig­de­mont est som­mé par les dé­pu­tés d’ex­trême gauche de pro­cla­mer l’in­dé­pen­dance.

Le Figaro - - INTERNATIONAL - MA­THIEU DE TAILLAC @mde­taillac MA­DRID

ES­PAGNE Comment ré­pondre à une ques­tion qu’on ne vou­lait sur­tout pas se po­ser ? Voi­là le di­lemme que les sé­ces­sion­nistes ca­ta­lans ont en­core 48 heures pour ré­soudre, après la mise en de­meure du gou­ver­ne­ment es­pa­gnol d’ex­pli­quer si oui ou non l’in­dé­pen­dance a été dé­cla­rée au Par­le­ment ré­gio­nal. Mar­di, le pré­sident de la ré­gion, le sé­ces­sion­niste Carles Puig­de­mont, a af­fir­mé « as­su­mer le man­dat du peuple de faire de la Ca­ta­logne un État in­dé­pen­dant sous forme de ré­pu­blique », puis « pro­po­sé » au Par­le­ment ca­ta­lan « de sus­pendre les ef­fets de la dé­cla­ra­tion d’in­dé­pen­dance » avant, en­fin, de si­gner en de­hors de l’Hé­mi­cycle un texte « consti­tuant la Ré­pu­blique ca­ta­lane comme État in­dé­pen­dant et sou­ve­rain », en com­pa­gnie du reste des 72 dé­pu­tés in­dé­pen­dan­tistes. Par cette suc­ces­sion de dé­cla­ra­tions et de gestes alam­bi­qués, le pré­sident ca­ta­lan pré­ten­dait convaincre le camp sé­pa­ra­tiste, di­vi­sé sur la stra­té­gie et les rythmes à suivre, de res­ter uni au­tour d’une in­dé­pen­dance dont il ajour­nait les ef­fets.

En exi­geant de lui qu’il sorte de l’am­bi­guï­té, le gou­ver­ne­ment de Ma­ria­no Ra­joy con­traint Carles Puig­de­mont à se fâ­cher avec la moi­tié de son camp. S’il ré­pond par l’af­fir­ma­tive, le pré­sident ca­ta­lan ef­fraie­ra les plus mo­dé­rés, qui sou­haitent don­ner l’image d’un gou­ver­ne­ment ou­vert au dia­logue et évi­ter que Ma­drid n’ac­tive l’ar­ticle 155 de la Consti­tu­tion, lui per­met­tant d’exer­cer di­rec­te­ment cer­taines pré­ro­ga­tives ha­bi­tuel­le­ment ré­ser­vées à la ré­gion. S’il ré­pond qu’il n’a pas dé­cla­ré l’in­dé­pen­dance, Puig­de­mont se coupe des sé­pa­ra­tistes ra­di­caux, no­tam­ment les 10 dé­pu­tés de la CUP (ex­trême gauche), et risque de perdre sa ma­jo­ri­té. Im­pos­sible, en­fin, de ten­ter une ré­ponse élu­sive, d’en­voyer par exemple la co­pie de son dis­cours ou du texte si­gné par les sé­ces­sion­nistes : la mise en de­meure pré­voit qu’« une ré­ponse dif­fé­rente d’une simple ré­ponse af­fir­ma­tive ou né­ga­tive se­ra consi­dé­rée comme une confir­ma­tion » de la dé­cla­ra­tion d’in­dé­pen­dance.

Ma­drid tend la main

Les di­vi­sions ont écla­té au grand jour. Ven­dre­di ma­tin, la CUP a en­voyé une lettre à Puig­de­mont pour exi­ger de lui la pro­cla­ma­tion de la Ré­pu­blique. La veille, la puis­sante as­so­cia­tion ANC, or­ga­ni­sa­trice des grandes mo­bi­li­sa­tions in­dé­pen­dan­tistes, ap­pe­lait à le­ver la sus­pen­sion de la dé­cla­ra­tion, « vu le re­fus de tout dia­logue de l’État es­pa­gnol ». Au sein même de la coa­li­tion Junts Pel Si qui a por­té Puig­de­mont à la pré­si­dence, sa for­ma­tion, le PDeCAT (centre droit) dé­fend une stra­té­gie op­po­sée à celle d’ERC (centre gauche). Un porte-pa­role d’ERC, Se­gi Sa­brià, af­firme qu’« il faut ap­por­ter une ré­ponse po­li­tique claire » à la mise en de­meure : « un oui ». À l’in­verse, le dé­pu­té PDeCAT Jor­di Xu­clà es­time qu’il n’y a pas eu de dé­cla­ra­tion d’in­dé­pen­dance, « car Puig­de­mont a dé­ci­dé que la meilleure voie est le dia­logue ».

À Ma­drid, la porte-pa­role du gou­ver­ne­ment es­pa­gnol, So­raya Saenz de San­ta­ma­ria, a pro­mis de tendre la main si Puig­de­mont ré­pond ne pas avoir dé­cla­ré l’in­dé­pen­dance. « Nous lui pro­po­sons un dia­logue au Par­le­ment, là où se prennent les grandes dé­ci­sions na­tio­nales. » San­ta­ma­ria a rap­pe­lé l’ou­ver­ture d’une Com­mis­sion pour la mo­der­ni­sa­tion du mo­dèle ter­ri­to­rial qui doit tra­vailler à une ré­forme de la Consti­tu­tion. « Rien n’est im­muable, on peut par­ler de tout, tant que l’on res­pecte les règles dé­mo­cra­tiques et les droits des ci­toyens », a-t-elle conclu. La pos­si­bi­li­té d’or­ga­ni­ser un ré­fé­ren­dum en bonne et due forme sur l’in­dé­pen­dance a tou­te­fois été ex­clue à de maintes re­prises par Ma­ria­no Ra­joy.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.