France di­gi­tale : Ni­co­las Brien, pa­tron des star­tup­pers du nu­mé­rique

Le Figaro - - ENTREPRISES - A. B.

France di­gi­tale, pre­mière as­so­cia­tion eu­ro­péenne d’aide au dé­ve­lop­pe­ment des start-up du nu­mé­rique, se dote d’un nou­veau di­rec­teur gé­né­ral. Dé­si­gné par le board, Ni­co­las Brien prend ain­si la tête de ce think-tank qui, en seule­ment cinq ans d’exis­tence, a su fé­dé­rer 800 en­tre­prises fran­çaises et de­ve­nir une ré­fé­rence pour le sec­teur di­gi­tal, comme pour les pou­voirs pu­blics. Ce­la sans au­cun fi­nan­ce­ment pu­blic ni grands groupes.

Par­cours brillant à 28 ans

Une jeune or­ga­ni­sa­tion, pour un «pa­tron» non moins jeune. À seule­ment 28 ans, ce Mont­lu­çon­nais a su très tôt po­ser les ja­lons

d’une car­rière (dé­jà) brillante. « J’ai sou­vent oc­cu­pé pré­co­ce­ment des res­pon­sa­bi­li­tés, ce qui me rend se­rein face au dé­fi qui s’an­nonce »,

concède ce brun au teint clair, ama­teur de boxe. Di­plô­mé de Sciences Po puis de Co­lum­bia - où il se tourne vers la fi­nance et l’éco­no­mie –, il in­tègre à 23 ans le ca­bi­net de la por­te­pa­role du gou­ver­ne­ment Na­jat Val­laudBel­ka­cem. «J’avais pu­blié quelques ar­ticles dans des re­vues sur des su­jets de ré­gu­la­tion fi­nan­cière et le gou­ver­ne­ment avait alors be­soin d’ex­per­tise. » Deux ans plus tard, en 2014, il re­joint fi­na­le­ment TNS Sofres, où il re­trouve

ses pre­mières amours : l’ana­lyse des don­nées. « Les Gafa sont au­jourd’hui les plus gros col­lec­teurs de don­nées et pro­duisent les meilleurs ou­tils d’ana­lyse : c’est pas­sion­nant de voir comment ils sont en ca­pa­ci­té de rendre ob­so­lètes les géants des son­dages », se sou­vient-il. C’est à la fin de ses deux ans chez Sofres que Ni­co­las Brien est contac­té par Oli­vier Ma­thiot, co­fon­da­teur de Ra­ku­ten Groupe (Pri­ce­mi­nis­ter.com) et de France di­gi­tale, pour de­ve­nir di­rec­teur des cam­pagnes de com­mu­ni­ca­tion de l’as­so­cia­tion. Nous sommes en 2016. Au­jourd’hui aux ma­nettes du think-tank, il s’ap­prête à re­le­ver deux dé­fis ma­jeurs. En pre­mier lieu, sen­si­bi­li­ser sur la for­ma­tion des mé­tiers du nu­mé­rique. « Il y a un taux de chô­mage né­ga­tif dans ce sec­teur et po­si­tif par­tout ailleurs. C’est bien qu’il y a un pro­blème!»

in­siste-t-il. D’au­tant plus que le di­gi­tal n’est, pour lui, pas ré­ser­vé à une élite pa­ri­sienne.

« Nous sommes France di­gi­tale, et non pas Îlede-France di­gi­tale… Tout le monde doit avoir ac­cès aux mé­tiers du nu­mé­rique. » La ques­tion

du Brexit est son se­cond chan­tier. « La France n’a pas me­su­ré l’am­pleur des consé­quences du Brexit. L’An­gle­terre en moins, ce se­rait un af­fai­blis­se­ment gé­né­ra­li­sé de la tech eu­ro­péenne face aux États-Unis . »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.