La sur­vie de la Wein­stein Com­pa­ny est en jeu

Stu­dios, mé­dias et édi­teurs veulent évi­ter que le nom Wein­stein soit as­so­cié à leurs pro­jets.

Le Figaro - - MÉDIAS ET PUBLICITÉ - IN­GRID VER­GA­RA£@Ver­ga­ra_i

PRO­DUC­TION Rien ne va plus pour la Wein­stein Com­pa­ny de­puis le scan­dale au­tour de son co­fon­da­teur Har­vey Wein­stein. L’évic­tion du con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion de l’ex-ma­gnat de Hol­ly­wood, dé­sor­mais hon­ni, n’a pas suf­fi à ju­gu­ler le flot de col­la­bo­ra­tions rom­pues, de dé­part de ta­lents et de pro­jets re­mis en cause. Der­nier en date, ce­lui de la fic­tion té­lé­vi­sée Guan­ta­na­mo. Le réa­li­sa­teur Oli­ver Stone a dé­cla­ré dans un mes­sage Fa­ce­book ven­dre­di qu’il se ré­cu­sait du pro­jet - sa pre­mière fic­tion té­lé­vi­sée - tant que la Wein­stein Com­pa­ny res­te­rait im­pli­quée.

Apple a éga­le­ment mis fin au contrat le liant avec TWC pour la pro­duc­tion d’un bio­pic sur El­vis Pres­ley.

De son cô­té, Ama­zon Stu­dios tra­vaille au moyen d’as­su­rer dif­fé­rem­ment l’ave­nir de deux sé­ries à gros bud­gets, cen­sées être co­fi­nan­cées par The Wein­stein Com­pa­ny : The Ro­ma­noffs, une sa­ga au­tour de la fa­mille im­pé­riale russe avec Isa­belle Hup­pert et Aa­ron Eck­hart ain­si qu’une autre sé­rie (dont le titre reste en­core à dé­ter­mi­ner) avec Ro­bert de Ni­ro et Ju­lianne Moore. « Nous re­con­si­dé­rons nos op­tions concer­nant les pro­jets que nous avons avec The Wein­stein Com­pa­ny », a-t-elle fait sa­voir dans un com­mu­ni­qué.

Pro­ces­sus de vente

Dans le do­maine de l’édi­tion, Ha­chette Book Group a an­non­cé qu’il fer­mait Wein­stein Books, une fi­liale dont il avait hé­ri­té avec le ra­chat en 2016 de Per­seus Groupe. Les livres sous contrat avec Wein­stein Books se­ront pu­bliés di­rec­te­ment par Ha­chette Book et les sa­la­riés ra­pa­triés dans la mai­son mère.

L’ave­nir de la Wein­stein Co est donc dé­sor­mais clai­re­ment re­mis en ques­tion. D’après des in­for­ma­tions ob­te­nues par Va­rie­ty, son con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion se­rait d’ailleurs di­vi­sé sur la pro­chaine étape stra­té­gique à adop­ter. D’un cô­té, les deux pa­trons res­tants no­tam­ment, Ro­bert Wein­stein, le frère de Har­vey, et le di­rec­teur opé­ra­tion­nel de la so­cié­té Da­vid Glas­ser es­pèrent ré­sis­ter à l’ou­ra­gan. Un ca­bi­net d’avo­cats a été en­ga­gé pour ten­ter de chif­frer le mon­tant de dom­mages et in­té­rêts au­quel la so­cié­té va être confron­tée à cause des agis­se­ments de Har­vey Wein­stein. La so­cié­té se­rait en dis­cus­sion pour s’ados­ser à des par­te­naires fi­nan­ciers et ré­flé­chi­rait à un chan­ge­ment de nom. D’autres ad­mi­nis­tra­teurs poussent pour en­ga­ger un pro­ces­sus de vente im­mé­diate afin de pou­voir ré­cu­pé­rer au moins la va­leur des ac­tifs ac­tuels de la so­cié­té avant qu’ils ne se dé­pré­cient da­van­tage. Par­mi eux, la fran­chise The Pro­ject Run­way, une émis­sion de té­lé­réa­li­té à suc­cès au­tour de la mode pré­sen­tée par Hei­di Klum et ses dé­cli­nai­sons in­ter­na­tio­nales.

Avant le scan­dale, le groupe était va­lo­ri­sé au­tour de 800 mil­lions d’eu­ros.

Les ré­per­cus­sions de l’af­faire dé­passent dé­sor­mais la Wein­stein Co. Hier, Ama­zon a an­non­cé la mise à pied im­mé­diate du pa­tron de sa fi­li­lale consa­crée aux films et sé­ries, Roy Price. Ce­lui-ci est ac­cu­sé d’avoir har­ce­lé une pro­duc­trice. La di­rec­tion d’Ama­zon est éga­le­ment ac­cu­sée d’avoir gar­dé le si­lence mal­gré les dé­non­cia­tions qui lui avaient été re­mon­tées.

Le pro­duc­teur Har­vey Wein­stein est soup­çon­né de har­cè­le­ment et d’agres­sions sexuels.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.